Publications


  • 8-October-2014

    English

    Energy Efficiency Market Report 2014

    The evidence is clear: energy efficiency has played, and continues to play, a large and valuable role in the sustainable development of the global economy. The energy demand that is avoided as a result of steady improvements in the efficiency of energy-using stock such as buildings, cars and appliances is larger than the total final consumption from coal, oil or gas in IEA member countries.

    The market for energy efficiency investments is very large – estimated between USD 310 billion and USD 360 billion in 2011 – and this market is producing results: total final consumption in IEA countries is estimated to be 60% lower today because of energy efficiency improvements over the last four decades. Since 2001, investments in energy efficiency in 18 IEA countries have helped to avoid over 1 700 million tonnes of oil-equivalent from being consumed.

    This year’s report includes an in-depth look at energy efficiency developments in the transport sector and in finance. Huge new waves of demand for mobility are emerging in OECD non‑member economies, bringing with them the challenges of pollution and congestion already faced in OECD countries. Fuel-economy standards and other policies are expected to help shape the market for more energy-efficient vehicles in the years to come. In financial markets, energy efficiency is becoming an important segment in its own right, aided by a growing range of financial products. We document the growing scale and diversity of energy efficiency products and actors.

    Finally, this report reviews national energy efficiency market developments in various jurisdictions around the world, including Canada, China, the European Union, India and Italy. These case studies provide snapshots of specific energy efficiency sub-markets, and insights into how these markets may evolve in the coming years.

  • 6-October-2014

    English

    Paying for Performance in Health Care - Implications for Health System Performance and Accountability

    The detailed analysis of these 10 case studies together with the rest of the analytical text highlight the realities of P4P programs and their potential impact on the performance of health systems in a diversity of settings. This book provides critical insights into the experience to date with P4P and how this tool may be better leveraged to improve health system performance and accountability.

  • 2-October-2014

    English

    How Was Life? - Global Well-being since 1820

    How was life in 1820, and how has it improved since then? What are the long-term trends in global well-being? Views on social progress since the Industrial Revolution are largely based on historical national accounting in the tradition of Kuznets and Maddison. But trends in real GDP per capita may not fully re­flect changes in other dimensions of well-being such as life expectancy, education, personal security or gender inequality. Looking at these indicators usually reveals a more equal world than the picture given by incomes alone, but has this always been the case? The new report How Was Life? aims to fill this gap. It presents the first systematic evidence on long-term trends in global well-being since 1820 for 25 major countries and 8 regions in the world covering more than 80% of the world’s population. It not only shows the data but also discusses the underlying sources and their limitations, pays attention to country averages and inequality, and pinpoints avenues for further research.

    The How Was Life? report is the product of collaboration between the OECD, the OECD Development Centre and the CLIO-INFRA project. It represents the culmination of work by a group of economic historians to systematically chart long-term changes in the dimensions of global well-being and inequality, making use of the most recent research carried out within the discipline. The historical evidence reviewed in the report is organised around 10 different dimensions of well-being that mirror those used by the OECD in its well-being report How’s Life? (www.oecd.org/howslife), and draw on the best sources and expertise currently available for historical perspectives in this field. These dimensions are:per capita GDP, real wages, educational attainment, life expectancy, height, personal security, political institutions, environmental quality, income inequality and gender inequality.

  • 26-septembre-2014

    Français

    Essai n° 487 : Essai in vitro de micronoyaux sur cellules de mammifères

    L’essai micronoyau in vitro est un essai de génotoxicité pour la détection des micronoyaux dans le cytoplasme de cellules en interphase. Les micronoyaux peuvent provenir de fragments de chromosomes acentriques (c’est-à-dire sans centromère), ou de chromosomes entiers qui ne peuvent migrer vers les pôles pendant l’étape d’anaphase de la division cellulaire. L’essai détecte l’activité de substances d’essai clastogènes et aneugènes dans les cellules qui ont subi une division cellulaire au cours ou après l’exposition à une substance d’essai. Cette Ligne directrice prévoit l’utilisation de protocoles, avec et sans cytochalasine B (inhibiteur de polymérisation de l’actine). La cytochalasine B permet l’identification et l’analyse sélective de la fréquence des micronoyaux dans les cellules qui ont complété une mitose, ces cellules étant binucléées. La Ligne directrice permet l’utilisation de protocoles sans blocage de la cytokinèse à condition qu’il soit démontré que la population cellulaire a subi une mitose.

    Also AvailableEgalement disponible(s)
  • 26-septembre-2014

    Français

    Essai n° 310 : Biodégradabilité facile - dégagement de CO2 dans des flacons hermétiquement clos (essai de l'espace libre au-dessus du liquide)

    Cette Ligne directrice est une méthode de dépistage pour l'évaluation de la biodégradabilité facile de substance chimique.

    La substance d'essai, normalement à 20 mg C/L, représentant la seule source de carbone et d’énergie, est incubée (pendant 28 jours normalement) dans des bouteilles scellées, en aérobiose, contenant un milieu tampon composé de sels minéraux, dans lequel a été ensemencée une population mixte de micro-organismes. Afin de vérifier la procédure d'essais, une substance de référence (éthylèneglycol, benzoate de sodium ou aniline et 1-octanol), à la biodégradabilité connue, doit être testée en parallèle. On recommande d’analyser trois réplicats de flacon après un nombre suffisant d'intervalles de temps. De même, au moins cinq flacons (les flacons d'essai, les flacons témoins blanc, et les flacons avec la substance de référence) sont analysés à la fin de l'essai, afin de calculer les intervalles de confiance à 95% pour le pourcentage moyen de biodégradation. L'évolution de CO2 dégagé par la biodégradation aérobie finale de la substance d'essai est déterminée en mesurant l’excèdent de carbone inorganique (CI) produit dans les flacons d'essai par rapport à celui produit dans les flacons témoins blanc ne contenant que le milieu ensemencé. Le degré de biodégradation est exprimé en pourcentage de la production maximale théorique de CI (ThCI), basé sur la quantité de substance d'essai ajoutée au départ. Une biodégradation >60% de la ThCI, dans l’intervalle de 10 jours au cours de cet essai, démontre que la substance d'essai est facilement biodégradable en aérobiose.

  • 26-septembre-2014

    Français

    Essai n° 475: Essai d'aberration chromosomique sur moelle osseuse de mammifères

    L'essai d'aberration chromosomique in vivo sur mammifères est employé à l’identification des composés d'essai qui induisent des aberrations structurales dans des cellules de moelle osseuse d’animaux, généralement des rongeurs (rats, souris et hamsters chinois). Les aberrations structurales peuvent être de deux types : chromosomiques ou chromatidiques.

    Des animaux sont exposés à la substance d'essai (liquide ou solide) par une voie d'exposition appropriée (habituellement par gavage via une sonde gastrique ou d’une canule de tubage appropriée, ou par injection intrapéritonéale) et sont sacrifiés après des délais appropriés de traitement. Avant le sacrifice, les animaux sont traités avec un inhibiteur de fuseau. Des préparations chromosomiques sont alors faites à partir des cellules de moelle et colorées, et des cellules de métaphase sont analysées pour mettre en évidence les aberrations chromosomiques. Chacun des groupes traités et de contrôle doivent inclure au moins 5 animaux analysables par sexe. La dose de limite est 2000 de mg/kg pc/jour pour le traitement jusqu'à 14 jours, et de 1000 mg/kg pc/jour pour le traitement de plus de 14 jours.

  • 26-septembre-2014

    Français

    Essai n° 474: Le test de micronoyaux sur les érythrocytes de mammifères

    L'essai de micronoyaux de mammifères est employé pour la détection des dommages induits par la substance d'essai aux chromosomes ou à l'appareil mitotique des érythroblastes, par l'analyse des érythrocytes prélevés dans la moelle et/ou les cellules du sang périphérique des animaux, habituellement des rongeurs (souris ou rats).

    Le but de l'essai de micronoyaux est d'identifier des substances (liquide ou solide) qui causent des lésions cyto-génétiques et des micronoyaux dans lesquels il reste des fragments de chromosomes ou des chromosomes entiers. Une augmentation de la fréquence des érythrocytes polychromatiques micronucléés chez les animaux traités est une indication des dommages chromosomiques induits. Les animaux sont exposés à la substance d'essai par une voie d’exposition appropriée (habituellement par gavage à l'aide d'une sonde gastrique ou d'une canule de tubage adaptée, ou par injection intrapéritonéale). La moelle et/ou les cellules sanguines sont rassemblées, préparées sur des lames et colorées. Les lames sont analysées pour détecter la présence de micronoyaux. Chacun des groupes traités et de contrôle doivent inclure au moins 5 animaux analysables par sexe. L'administration des traitements se compose d'une dose unique de la substance d'essai ou de deux doses quotidiennes (ou plus). La dose limite est 2000 mg/kg pc/j pour le traitement jusqu'à 14 jours, et 1000 mg/kg pc/j pour le traitement de plus de 14 jours.

    Also AvailableEgalement disponible(s)
  • 26-septembre-2014

    Français

    Essai n° 473: Essai d'aberration Chromosomique In Vitro chez les Mammifères

    Le but de l'essai in vitro d'aberration chromosomique est d'identifier les agents qui causent des aberrations chromosomiques structurales dans les cellules mammifères cultivées. Les aberrations structurales peuvent être de deux types : chromosomiques ou chromatidiques.

    L'essai in vitro d'aberration chromosomique peut utiliser des cultures de lignées cellulaires établies, des souches cellulaires ou des cultures de cellules primaires. Des cultures cellulaires sont exposées à la substance d'essai (liquide ou solide) avec et sans activation métabolique pendant environ 1.5 fois le cycle cellulaire normal. Au moins trois concentrations analysables de la substance d'essai devraient être employées. Il faut normalement réaliser les cultures en doublon à chaque niveau de dose. À intervalles prédéterminés après exposition des cultures de cellules à la substance d'essai, les cellules sont traitées avec une substance qui bloque la métaphase, récoltées et teintées. Les cellules métaphasiques sont analysées au microscope pour déceler les aberrations chromosomiques.

    Also AvailableEgalement disponible(s)
  • 26-septembre-2014

    Français

    Le tourisme et l'économie créative

    Alors que l'importance de l'économie créative continue de croître, de fortes synergies entre le tourisme et les industries créatives émergent offrant ainsi un potentiel considérable pour amplifier la demande touristique et développer de nouveaux produits, expériences et marchés. Ces nouveaux liens entrainent le passage d’un modèle classique de tourisme culturel vers de nouveaux modèles de tourisme créatif basés sur la culture immatérielle et la création contemporaine. Ce rapport fait des proposition pour l'élaboration de politiques efficaces dans ce domaine, en s’appuyant sur la relation de plus en plus forte entre tourisme et secteurs créatifs. A partir d’études de cas récentes, il étudie également comment renforcer et valoriser ces liens pour générer davantage de valeur ajoutée. Des politiques actives sont nécessaires pour que les pays, les régions et les villes bénéficient au maximum des synergies entre tourisme et créativité. Les principales questions politiques sont analysées.

    Also AvailableEgalement disponible(s)
  • 23-septembre-2014

    Français

    Économies interconnectées - Comment tirer parti des chaînes de valeur mondiales

    Cette publication examine comment les chaînes de valeur mondiales ont évolué et les défis politiques qu'elles ont engendrés.

  • << < 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | 8 | 9 | 10 | 11 | 12 | 13 | 14 | 15 | 16 | 17 | 18 | 19 | 20 | 21 | 22 | 23 | 24 | 25 | 26 | 27 | 28 | 29 | 30 | 31 | 32 | 33 | 34 | 35 | 36 | 37 | 38 | 39 | 40 | 41 | 42 | 43 | 44 | 45 | 46 | 47 | 48 | 49 | 50 | 51 | 52 | 53 | 54 | 55 | 56 | 57 | 58 | 59 | 60 | 61 | 62 | 63 | 64 | 65 | 66 | 67 | 68 | 69 | 70 | 71 | 72 | 73 | 74 | 75 | 76 | 77 | 78 | 79 | 80 | 81 | 82 | 83 | 84 | 85 | 86 | 87 | 88 | 89 | 90 | 91 | 92 | 93 | 94 | 95 | 96 | 97 | 98 | 99 | 100 | 101 | 102 | 103 | 104 | 105 | 106 | 107 | 108 | 109 | 110 | 111 | 112 | 113 | 114 | 115 | 116 | 117 | 118 | 119 | 120 | 121 | 122 | 123 | 124 | 125 | 126 | 127 | 128 | 129 | 130 | 131 | 132 | 133 | 134 | 135 | 136 | 137 | 138 | 139 | 140 | 141 | 142 | 143 | 144 | 145 | 146 | 147 | 148 | 149 | 150 | 151 | 152 | 153 | 154 | 155 | 156 | 157 | 158 | 159 | 160 | 161 | 162 | 163 | 164 | 165 | 166 | 167 | 168 | 169 | 170 | 171 | 172 | 173 | 174 | 175 | 176 | 177 | 178 | 179 | 180 | 181 | 182 | 183 | 184 | 185 | 186 > >>