Salle de presse

Peu de pays font payer le carbone assez cher pour que les objectifs climatiques puissent être atteints

 

18/09/2018 - D’après un nouveau rapport de l’OCDE, s’ils veulent respecter les engagements qu’ils ont pris dans le cadre de l’Accord de Paris pour réduire les émissions et ralentir le changement climatique, les gouvernements doivent augmenter les prix du carbone beaucoup plus vite.

La publication Effective Carbon Rates 2018: Pricing Carbon Emissions through Taxes and Emissions Trading présente de nouvelles données sur les taxes et les permis échangeables applicables aux émissions de carbone, dans 42 pays de l’OCDE et du G20 qui représentent environ 80 % des émissions mondiales. Elle montre que les prix du carbone, bien qu’ils augmentent peu à peu, sont encore trop bas aujourd’hui pour avoir un impact notable dans la lutte contre le changement climatique.

Selon le rapport, le déficit de tarification du carbone (qui compare le prix réel du carbone et les coûts réels du changement climatique, estimés à 30 EUR par tonne de CO2) était de 76.5 % en 2018. C’est moins que les 83 % observés en 2012 et les 79.5 % constatés en 2015 mais cela reste insuffisant. Au rythme actuel de diminution de ce déficit, le prix du carbone ne compensera les coûts réels qu’en 2095. Une action beaucoup plus énergique est nécessaire pour inciter les entreprises à innover et à rivaliser en vue de décarboner l’économie, et pour encourager les ménages à adopter un mode de vie bas carbone.

« Le gouffre qui sépare aujourd’hui le prix du carbone et le coût réel des émissions pour notre planète est inacceptable », a déclaré Angel Gurría, Secrétaire général de l’OCDE. « Donner un prix correct au carbone est une manière concrète et efficace, par rapport à son coût, de ralentir le changement climatique. Nous laissons échapper une occasion de mettre les économies sur la voie d’une croissance bas carbone et nous perdons un temps précieux chaque jour qui passe. »

Le prix du carbone est en l’occurrence mesuré à l’aide du taux effectif sur le carbone, qui est la somme de trois éléments : les taxes qui visent spécifiquement les énergies fossiles, les taxes sur le carbone et les prix des permis d’émission échangeables. Sous l’effet de chacun de ces trois éléments, plus la quantité de carbone contenue dans une source d’énergie est grande, plus le prix de celle‑ci est majoré, ce qui encourage les utilisateurs à se tourner vers les énergies qui émettent peu ou n’émettent pas du tout.

D’après le rapport, dans l’industrie et dans le secteur résidentiel et commercial, les émissions sont dans leur grande majorité totalement gratuites. C’est dans le secteur des transports routiers que le déficit de tarification du carbone est le plus bas (21 % si l’on utilise la référence de 30 EUR) et dans l’industrie qu’il est le plus élevé (91 %). Il est supérieur à 80 % dans le secteur de l’électricité et dans le secteur résidentiel et commercial.

L’analyse des prix du carbone en 2015 met en évidence de fortes variations entre pays, le déficit de tarification allant de 27 % en Suisse à plus de 90 % dans certaines économies émergentes. La Corée, la France, l’Inde, le Mexique et le Royaume‑Uni ont sensiblement réduit leur déficit de tarification entre 2012 et 2015. Toutefois, en 2015, il n’y avait toujours que 12 pays, sur les 42 étudiés, qui présentaient un déficit inférieur à 50 %.

De nouvelles initiatives de tarification du carbone dans certains pays, comme le système d’échange de permis d’émission de la Chine et les nouveaux efforts déployés par le Canada et la France pour faire payer le carbone, pourraient nettement réduire ce déficit. L’intensité carbone du PIB est en général plus basse dans les pays où le déficit de tarification est moins grand.

Selon le rapport, les échanges de permis d’émission constituent un moyen efficace de faire payer les émissions, à condition que les prix des permis soient stables et se situent à un niveau élevé conforme à la réalité. Les taxes présentent l’avantage d’être faciles à administrer, notamment si elles viennent se greffer sur le régime fiscal existant. Les réformes sans incidence sur les recettes peuvent permettre de réduire d’autres prélèvements et faire payer le carbone peut aider à mobiliser des recettes internes.


Lire la publication
Effective Carbon Rates 2018
Consulter un résumé présentant les principaux résultats


Pour de plus amples renseignements, les journalistes sont invités à contacter Catherine Bremer de la Division des médias de l'OCDE (+33 1 45 24 97 00).

 

Coopérant avec plus d’une centaine de pays, l’OCDE est un forum stratégique international qui s’emploie à promouvoir des politiques propres à améliorer le bien-être économique et social des populations du monde entier.

 

Documents connexes