Partager

Salle de presse

OCDE/BID : Les pays d’Amérique latine et des Caraïbes pourraient aller plus loin en matière de gestion budgétaire et d’égalité des rémunérations dans la fonction publique

 

20/06/2014 - Les pays de la région Amérique latine et Caraïbes (ALC) vont devoir redoubler d’efforts en matière de gestion budgétaire, de perception de l’impôt et d’égalité des rémunérations dans la fonction publique s’ils veulent combler leur retard sur les économies avancées dans le domaine de la performance des administrations publiques, selon un rapport conjoint de l’OCDE et de la Banque interaméricaine de développement (BID).

 

Selon ce rapport intitulé Panorama des administrations publiques : Amérique latine et Caraïbes, près de la moitié des 17 pays examinés se sont dotés d’instruments budgétaires novateurs tels que des règles budgétaires ou des fonds de stabilisation qui leur ont assuré une protection supplémentaire pendant la crise économique mondiale.

 

Toujours selon ce rapport, des progrès peuvent être réalisés au niveau de la gestion globale des finances publiques, du recrutement et de la rémunération des fonctionnaires et de la passation des marchés publics. Cela pourrait contribuer à améliorer les niveaux de vie, à renforcer les services publics et à se protéger face aux chocs économiques à venir.

 

Le rapport révèle, par exemple, de fortes inégalités de rémunération au sein de la fonction publique des pays de la région, avec des écarts beaucoup plus marqués que dans les pays de l’OCDE entre la rémunération des cadres de haut niveau et celle des autres fonctionnaires. Cette première comparaison de cet ordre des rémunérations des fonctionnaires à l’échelle internationale montre que, dans la région ALC, les cadres supérieurs perçoivent 11 fois le revenu moyen tel que mesuré par le PIB par habitant, contre 6 fois le revenu moyen dans les pays de l’OCDE.

 

« De bonnes pratiques au sein des administrations publiques sont cruciales pour le développement économique, la résilience et le bien-être global », indique Edwin Lau, chef de la Division de réforme du secteur public de l’OCDE. Il ajoute que le rapport, qu’il présente à Mexico, « montre précisément les domaines dans lesquels les autorités des pays d’Amérique latine et des Caraïbes ont progressé et ceux où il reste du chemin à parcourir. »

 

Les pays de la région ALC ont de plus petits gouvernements et des institutions plus récentes que dans les économies avancées. Cependant, les citoyens exigent de plus en plus le même niveau de services publics, d’infrastructures et de vie.

 

« Ces dix dernières années, les pays de la région ont réalisé d’importantes innovations dans la gestion des finances publiques, telles que la budgétisation axée sur la performance. Cela étant, ils doivent poursuivre leurs efforts pour se laisser une marge de manœuvre budgétaire afin d’accroître leurs dépenses dans des domaines où les besoins sont très importants : les programmes de lutte contre la pauvreté, les infrastructures de base et l’atténuation des chocs économiques », fait observer Gustavo Garcia, économiste principal spécialiste des questions budgétaires à la Division de la gestion budgétaire de la BID.

 

Le rapport compare la situation de 17 pays de la région ALC dans 31 domaines afin de montrer  comment ces pays se situent les uns par rapport aux autres, et par rapport à la moyenne de l’OCDE en matière de performance des administrations publiques. Les notes pays sont disponibles ici.

 

Cet examen a permis d’aboutir aux principales constations suivantes :

 

  • Le secteur public des pays de la région ALC est de taille modeste, puisqu’il emploie 10,7 % de la population active, contre 15,3 % en moyenne dans la zone OCDE. S’il est bon que le secteur public soit calibré au plus juste, une certaine taille est nécessaire pour assurer un niveau de service suffisant.

 

  • Dix pays ALC ont instauré des règles budgétaires, et ils sont nombreux à avoir créé des fonds de stabilisation destinés à absorber les fluctuations cycliques des cours des produits de base. Huit pays de la région ont mis en place des cadres de dépenses à moyen terme permettant d’avoir des perspectives budgétaires à plus long terme.

 

  • Les recettes publiques des pays ALC représentent 25,6 % du PIB, contre 41,9 % en moyenne pour la zone OCDE, et leurs dépenses publiques s’élèvent, en moyenne, à 27,8 % du PIB, contre 45,2 % pour les pays de l’OCDE. C’est dû, pour partie, au faible niveau des impôts perçus. La fraude fiscale et l’absence de progressivité des structures fiscales constituent des défis majeurs.

 

  • La rémunération des agents publics est moins élevée que dans les économies avancées, même si elle tend à être supérieure à celle des employés du secteur privé. Les écarts de rémunération sont importants, ce qui signifie que les cadres supérieurs gagnent 6,7 fois plus que les secrétaires, contre 4,6 fois plus dans les pays de l’OCDE.

 

Pour plus d’informations, veuillez contacter Catherine Bremer, de la Division des médias de l’OCDE (+33 1 45 24 80 97), ou Pablo Bachelet, du Bureau des relations extérieures de la BID (+1 202 623 1328).

 

Documents connexes