Salle de presse

L’OCDE prévoit une accélération synchronisée de la croissance de l’économie mondiale, mais appelle instamment à de nouvelles mesures des pouvoirs publics pour assurer une croissance à moyen terme durable et inclusive

 

20/09/2017 - Selon la dernière édition des Perspectives économiques intermédiaires de l’OCDE, la dynamique de croissance de l’économie mondiale s’est accélérée, le développement de l’investissement, de l’emploi et des échanges commerciaux soutenant une croissance synchronisée dans la plupart des pays. 

 


Comparé à 2016, le rythme d’expansion devrait être plus rapide cette année et connaître une nouvelle poussée en 2018, sans garantir toutefois une croissance solide, durable et inclusive à moyen terme.    

 

Selon ces Perspectives, la reprise de l’investissement des entreprises et des échanges demeure trop faible pour soutenir une croissance saine de la productivité, cependant que la progression des salaires a été décevante en moyenne et inégale entre les salariés. Les marchés émergents sont essentiels à la croissance mondiale globale – la vigueur de leur croissance future dépendant de l’approfondissement des réformes.

 

« Les perspectives de croissance à court terme repose sur une plus large assise et la phase d’expansion est prometteuse, mais gardons-nous de tout excès d’optimisme », a déclaré la Chef économiste de l’OCDE, Catherine L. Mann. « Il faudrait poursuivre sur la voie d’une politique monétaire accommodante dans certaines économies sans perdre de vue, toutefois, la stabilité financière, de façon à faciliter de nouveaux rééquilibrages en faveur de mesures budgétaires et structurelles. Il faut redoubler d’efforts sur le front structurel pour soutenir la reprise qui s’esquisse dans l’investissement, remédier à la lenteur des gains de productivité et faire que les dividendes de la reprise profitent à tous ».

 

« Comme la politique budgétaire s’est assouplie dans de nombreuses économies, il est primordial que la marge de manœuvre ainsi libérée soit utilisée pour mettre en œuvre des mesures budgétaires porteuses de croissance et d’équité ».  

 

L’OCDE prévoit que l’économie mondiale progressera de 3.5 % cette année et de 3.7 % en 2018, avec une embellie de la production industrielle et des échanges et une nouvelle accélération des dépenses de technologie, en plein essor.

 

Ces prévisions rendent compte d’améliorations modestes dans l’économie mondiale depuis la dernière édition des Perspectives économiques de juin 2017.

 

La croissance maintient le rythme dans les grandes économies avancées. Aux États-Unis, elle devrait être de 2.1 % cette année et de 2.4 % en 2018, à la faveur d’un regain des dépenses de consommation et de l’investissement des entreprises. La création d’emplois est restée solide, mais nul ne peut dire encore dans quelle mesure la détente budgétaire et les réformes réglementaires pourront impulser un élan supplémentaire en 2018.   

 

Dans la zone euro, la croissance devrait être de 2.1 % en 2017 et de 1.9 % en 2018, soit des estimations en hausse par rapport aux précédentes du fait d’une croissance plus forte dans les grandes économies européennes.

 

En Allemagne, la croissance devrait être de 2.2 % en 2017 et de 2.1 % en 2018 ; en France, elle devrait être de 1.7 % pour cette année et de 1.6 % en 2018, tandis qu’en Italie, ces deux taux devraient s’établir respectivement à 1.4 % et 1.2 % en 2017 et 2018. La révision des estimations précédentes s’explique par des résultats plus solides que prévu au premier semestre de 2017, sur fond de taux d’emploi en hausse, d’une politique monétaire accommodante et d’un climat politique moins incertain. Cette embellie s’explique aussi par une progression plus vigoureuse de la consommation et de l’investissement et par une croissance plus solide des exportations. 

 

Au Royaume-Uni, le ralentissement de la croissance qui avait été prévu précédemment devrait se poursuivre jusqu’en 2018 alors que des incertitudes demeurent quant à l’issue des négociations sur le retrait de l’Union européenne. Si le taux de chômage est en repli à moins de 4.5 %, la faible croissance de la productivité et des salaires réels persiste. La dépréciation de la livre sterling a légèrement amélioré les perspectives des exportations, mais elle a aussi poussé l’inflation vers le haut. Dans ces conditions, la croissance au Royaume-Uni devrait être de 1.6 % en 2017 et de 1 % en 2018.

 

Au Japon, la croissance a augmenté au premier semestre de cette année, à la faveur d’une reprise de l’investissement public et d’une plus forte croissance sur les marchés asiatiques, et devrait s’établir à 1.6 % en 2017, soit légèrement au-dessus des prévisions des Perspectives économiques de juin 2017. L’augmentation des bénéfices des entreprises devrait être propice à un renforcement de leurs investissements jusqu’en 2018, mais la faiblesse de la croissance des salaires et les mesures d’assainissement des finances publiques pèseront sans doute sur l’activité en 2018, qui devrait voir la croissance s’établir à 1.2 %.

 

Au Canada, la croissance devrait être de 3.2 % cette année et de 2.3 % en 2018.

 

La croissance dans les grandes économies de marché émergentes s’est globalement améliorée, portée par un rebond de l’activité dans certains pays producteurs de produits de base et par l’investissement dans les infrastructures publiques en Chine, mais elle demeure en demi-teinte dans un certain nombre de pays exportateurs de pétrole. Les perspectives de croissance en Chine sont revues à la hausse et devraient s’établir à 6.8 % en 2017, et à un taux légèrement plus modeste de 6.6 % en 2018, compte tenu de la diminution des mesures de relance et de la poursuite des efforts pour stabiliser l’endettement des entreprises et rééquilibrer l’économie.

 

En Inde, les effets temporaires de la démonétisation et du déploiement de la taxe sur les produits et services (TPS) ont incité à revoir à la baisse les prévisions de croissance, à 6.7 % pour 2017 et 7.2 % pour 2018. À plus long terme, la TPS devrait stimuler l’investissement, la productivité et la croissance.

 

Après une phase de récession, l’économie de la Russie connaît un rebond, la hausse des prix du pétrole et la baisse des taux d’intérêt stimulant à court terme la croissance qui devrait avoisiner 2 % en 2017 et 2018. Au Brésil, l’assouplissement de la politique monétaire contribue à une reprise progressive et le repli marqué de l’inflation soutient la confiance des consommateurs. La croissance devrait s’établir à 0.6 % en 2017 et à 1.6 % en 2018, mais les perspectives à moyen terme seront fonction des réformes qui seront déployées – y compris celle des pensions de retraite – pour assurer la viabilité des finances publiques et améliorer la croissance de la productivité.

 

Dans cette édition des Perspectives économiques intermédiaires, l’OCDE appelle à nouveau les pouvoirs publics à rééquilibrer leur action en mettant moins l’accent sur le volet monétaire au profit de mesures budgétaires et structurelles de soutien à la croissance et aux salaires. L’OCDE préconise un meilleur usage des politiques publiques en matière de prélèvements et de prestations pour parvenir à une croissance plus inclusive et affirme qu’il faudra redoubler d’efforts sur le front des réformes structurelles dans tous les pays pour gagner en productivité et améliorer les salaires et les compétences.

 

Les journalistes souhaitant obtenir des informations sont invités à contacter la Division des médias de l'OCDE (Tél. : +33 1 4524 9700).

 

Pour obtenir de plus amples informations, veuillez consulter la page suivante : http://www.oecd.org/fr/economie/perspectives/perspectives-economiques/.

 

 

Documents connexes