Partager

Salle de presse

L’OCDE invite la Lettonie à continuer d’améliorer la qualité de l’enseignement et à redoubler d’efforts pour garantir l’égalité des chances

 

19/05/2016 - Depuis son indépendance en 1991, la Lettonie a accompli d’importantes avancées dans l’amélioration de son système éducatif. Néanmoins, elle doit aujourd’hui renforcer les efforts déployés en faveur de la qualité de l’enseignement, et veiller à ce que tous les élèves accèdent à un enseignement de qualité, selon un nouveau rapport de l'OCDE.

 

Il ressort du rapport Education in Latvia que les enfants lettons sont plus nombreux à commencer tôt leur scolarité, plus tôt que dans de nombreux pays de l'OCDE, et que la plupart poursuivent des études supérieures. Les résultats scolaires se sont nettement améliorés depuis 2000 : à l’issue de l’enquête PISA 2012 de l'OCDE, les élèves lettons affichaient des résultats proches de ceux d’un grand nombre de leurs camarades des pays de l'OCDE et la proportion d’élèves ne maîtrisant pas les savoirs fondamentaux avait diminué.

 

« Les progrès accomplis par la Lettonie sur le plan des résultats scolaires sont remarquables compte tenu des difficultés socioéconomiques auxquelles est confronté le pays depuis vingt ans », explique Andreas Schleicher, Directeur de la Direction de l’éducation et des compétences, à l’occasion du lancement du rapport à Riga aux côtés de M. Kārlis Šadurskis, ministre de l’Éducation et des Sciences. « Pour être à la hauteur de ses ambitions tant dans le domaine de l’éducation que pour la société dans son ensemble, la Lettonie devra poursuivre sur cette voie. Il lui faudra également mettre davantage l’accent sur l’équité, établir les conditions nécessaires à un enseignement de qualité et continuer de réformer l’enseignement professionnel et supérieur ».

 

 

Selon les auteurs du rapport, les pouvoirs publics lettons doivent avoir pour priorité de garantir l’égalité d’accès à un enseignement de qualité, et ce dès le plus jeune âge. Aux tests 2012 du PISA, les élèves des zones urbaines ont enregistré de meilleurs résultats que leurs homologues des zones rurales, avec un écart correspondant à plus d’une année d’études, soit six mois de plus que l’écart moyen constaté dans les pays de l'OCDE. Pour aider les élèves des zones rurales, il convient de revoir les modalités de gouvernance et de financement de l’accueil et de l’éducation des jeunes enfants, d’adopter une approche plus systématique concernant le perfectionnement des enseignants et des chefs d’établissements, et de déployer des efforts plus ciblés.

 

En Lettonie, les dépenses publiques consacrées à l’éducation, de même que le financement par élève à chaque niveau du système éducatif, sont inférieurs aux niveaux observés dans de nombreux pays de l'OCDE. Les gains d’efficience à long terme dépendront de la réussite des réformes récemment menées sur le front du financement des établissements scolaires et de l’enseignement supérieur, et supposent des choix éclairés en matière de dépenses.

 

La hausse du salaire des enseignants à un niveau comparable à l’échelon national permettra d’améliorer le recrutement, mais nécessitera une augmentation des effectifs par classe et une baisse du taux d’encadrement. Avec une population en recul, la Lettonie sera contrainte d’ajuster la capacité du système éducatif, y compris le nombre d’établissements scolaires et de l’enseignement supérieur et les effectifs en personnel.

 

La Lettonie doit faire une priorité de l’amélioration de son système d’information sur l’éducation, et de l’utilisation stratégique de la recherche pour étayer son programme de réformes. Ces dernières années, l’enseignement professionnel et l’enseignement supérieur ont récolté les fruits d’une série de rapports de recherche importants, à l’origine des réformes menées dans l’éducation. Il faut étendre ces efforts à d’autres niveaux de l’enseignement. Dans les établissements scolaires, il conviendrait de renforcer l’autoévaluation et l’évaluation des enseignants.

 

Pour de plus amples informations sur la publication Reviews of National Policies for Education: Education in Latvia, les journalistes sont invités à contacter la Division des médias de l'OCDE (+ 33 1 45 24 97 00).

 

Note pour les rédacteurs :

 

Le 12 mai 2016, les pays de l'OCDE sont convenus d’inviter la Lettonie à devenir membre de l’Organisation. Pendant près de trois années de discussions en vue de son adhésion, le cas de la Lettonie a été examiné par 21 comités de l'OCDE, sur deux fronts : il s’agissait, d’une part, d’évaluer sa volonté et sa capacité de mettre en œuvre les instruments juridiques de fond de l'OCDE et, d’autre part, d’évaluer ses politiques et ses pratiques au regard des bonnes politiques et pratiques de l'OCDE.

 

Adhérer à l'OCDE permettra à la Lettonie de mieux bénéficier des vastes ressources que l'Organisation met à la disposition des responsables publics et des réformateurs en termes d’expertise, de conseils et de dialogue stratégique. Réciproquement, les autres membres de l'OCDE bénéficieront d’un meilleur accès à l’expérience acquise par la Lettonie dans différents domaines, et pourront en tirer des enseignements.

 

Un Accord d’adhésion entre la Lettonie et l’Organisation sera signé le 2 juin à Paris, à l’occasion d’une cérémonie spéciale qui se tiendra lors de la Réunion annuelle du Conseil de l'OCDE au niveau des Ministres. La Lettonie deviendra membre de l’Organisation une fois qu’elle aura pris les dispositions nécessaires, à l’échelon national, pour adhérer à la Convention relative à l'OCDE, et qu’elle aura déposé son instrument d’adhésion auprès du gouvernement français, dépositaire de cette Convention.

 

Documents connexes