Salle de presse

L’Espagne est sur le chemin de la reprise mais il subsiste des obstacles à l’instauration d’une croissance durable et inclusive dans le pays, selon l’OCDE

 

8/9/14-L’Espagne sort d’une période de récession prolongée pour renouer avec une croissance modérée s’accompagnant d’un regain de compétitivité internationale. Des réformes bancaires et fiscales décisives, conjuguées à une politique monétaire propice à la croissance menée par la Banque centrale européenne, ont apaisé les tensions financières et contribué au redressement des finances publiques, d’après la dernière Étude économique de l’Espagne publiée par l’OCDE. Mais la mise en œuvre complète du programme actuel de réformes structurelles et de nouvelles mesures pour améliorer la productivité et la compétitivité de l’Espagne sont désormais nécessaires.

 

Cette étude, présentée à Madrid par le Secrétaire général de l’OCDE, M. Angel Gurría, et le ministre espagnol de l’Économie et de la Compétitivité, M. Luis de Guindos, insiste sur l’amélioration constante des résultats macroéconomiques de l’Espagne. Elle prévoie un affermissement progressif de la croissance du PIB au cours des deux prochaines années, un assainissement des finances publiques, mais invite le gouvernement espagnol à ne pas renoncer à ses projets de réduction de la dette publique et privée.

  

Selon M. Gurría : « les réformes courageuses engagées depuis deux ans portent leurs fruits. L’économie espagnole renoue avec la croissance, l’emploi se redresse, le secteur bancaire s’est stabilisé et les marchés financiers font davantage confiance à l’Espagne. Il est à présent essentiel de s’appuyer sur ce qui a été réalisé et d’engager d’autres actions pour stimuler la croissance, dynamiser la productivité, améliorer encore la compétitivité et offrir aux citoyens des possibilités de retour à l’emploi. Nous devons également veiller à ce que la reprise soit inclusive et que tout le monde en profite : trop de personnes sont encore confrontées à de grandes difficultés et aucune ne devrait être laissée derrière alors que la situation s’améliore. »

 

Pour l’OCDE, le chômage est le défi économique et social le plus urgent que l’Espagne doit relever : le niveau exceptionnellement élevé du chômage pèse sur les revenus et concourt également à l’aggravation de la pauvreté et des inégalités. C’est en améliorant l’aide à la recherche d’emploi et la formation que l’on aidera les chômeurs à retrouver du travail. 

Les mesures adoptées récemment, notamment l’établissement de profils de chômeurs, permettant de déterminer le niveau d’aide requis en fonction de ces profils, et le partage de pratiques exemplaires entre régions, ont été concluantes et devraient être généralisées. L’accent devrait être mis sur des politiques d’activation efficaces.

 

L’amélioration de la formation professionnelle et des résultats scolaires sera primordiale pour préparer les travailleurs espagnols aux emplois de demain. À cet égard, l’OCDE travaille avec le gouvernement sur une stratégie des compétences afin d’améliorer la pertinence de ces dernières et l’usage des talents. Selon l’OCDE, la création d’emplois de qualité, bien rémunérés et de longue durée exige également une dynamisation de la croissance appelant le passage à un modèle économique fondé sur la création et l’exploitation du savoir.

 

Le rapport indique également que le programme de réforme du gouvernement visant à accroître les performances des entreprises est en bonne voie : une simplification des procédures de faillite est en cours, des formules de financement non bancaire sont sur le point de voir le jour et l’application de la Loi sur l’assouplissement du marché du travail (Ley de Garantía de la Unidad de Mercado) devrait aider à réduire la segmentation de la réglementation du travail.

 

Cependant, il reste de la place pour plus d’efforts. Prenant appui sur ces réformes, l’Espagne pourrait abaisser les cotisations sociales patronales pour les travailleurs peu qualifiés, ce qui doperait la création d’emplois et la compétitivité internationale du pays. Une refonte des règles applicables dans les domaines de l’entrepreneuriat et de l’investissement – principaux piliers de l’économie du savoir – est également nécessaire pour lever les obstacles qui empêchent les entreprises de naître, de conquérir des marchés et de se développer. Des mesures pour éliminer les obstacles à la concurrence sont également nécessaires dans le secteur des services professionnels ainsi que sur certains marchés comme, par exemple, l’électricité.

 

Une Synthèse de l’Étude économique de l’Espagne est consultable à l’adresse suivante : http://www.oecd.org/fr/eco/etudes/espagne.htm

 

Pour plus d’informations, les journalistes sont invités à prendre contact avec la Division des médias de l’OCDE (01 45 24 97 00). 

 

Documents connexes