Salle de presse

Les Membres renouvellent le mandat de M. Angel Gurría à la tête de l’OCDE

 

26/05/2015 - Les 34 pays Membres de l'OCDE ont décidé aujourd’hui de renouveler le mandat de M. Angel Gurría comme Secrétaire général de l’Organisation pour la période 2016-2021.

Cette décision unanime reconnaît le travail réalisé par le Secrétaire général Angel Gurría pour façonner une Organisation plus pertinente, inclusive et ouverte.

L’Ambassadeur de l’Estonie M. Marten Kokk, Doyen des Représentants permanents auprès de l’OCDE, a déclaré : « Le Secrétaire général Gurría a mené une profonde transformation de l’Organisation. Il a rallié un fort soutien des pays Membres et Partenaires pour changer l’OCDE afin d’en faire un véritable centre d’action largement reconnu aujourd’hui comme un leader pour trouver des solutions aux problèmes économiques, sociaux et environnementaux les plus pressants de l’agenda politique mondial. Rien qu’en matière de fiscalité, l’OCDE a collecté 37 milliards d’euros de revenus jusque-là dissimulés à l’administration fiscale grâce aux initiatives menées par le Secrétaire général, M. Gurría. »


Sous son leadership, et comme illustré dans le document « Transformer l’OCDE : impact, inclusivité et pertinence », l’OCDE a augmenté sa portée et son rayonnement comme organisation internationale établissant des normes dans de nombreux domaines : de la fiscalité à l’intégrité, de la politique de la concurrence à l’investissement, pour ne citer qu’eux. Pendant son mandat, les Membres de l’OCDE se sont beaucoup diversifiés avec un nombre croissant de pays candidats pour rejoindre l’Organisation.

Le Chili, l’Estonie, Israël, et la Slovénie sont tous devenus Membres pendant le dernier mandat de M. Gurría ; la Colombie, le Costa Rica, la Lettonie et la Lituanie sont très engagés dans la procédure d’adhésion. Avec le programme de « partenaires clés » pour un engagement renforcé, lancé en 2007, l’Afrique du Sud, le Brésil, la Chine, l’Inde et l’Indonésie ont déjà participé à certaines activités majeures de l’Organisation.


L'OCDE a également lancé le Programme régional pour l'Asie du Sud-Est et a renforcé son travail avec la région MENA, l’Europe centrale et de l’Est, l’Afrique et l’Amérique latine. L’OCDE contribue activement à faire progresser les efforts de gouvernance mondiale, à travers notamment ses travaux avec les pays du G20, du G7 et de l’APEC. L’Organisation apporte également un soutien analytique et politique aux efforts en cours pour faire face au changement climatique, à l’ouverture des échanges internationaux et de l’investissement, et enfin au développement durable.

M. Gurría a œuvré pour placer le bien-être des individus au centre des efforts de l’OCDE. Il a lancé l’initiative des « Nouvelles approches face aux défis économiques (NAEC) » pour prendre en compte les leçons de la crise, améliorer le cadre analytique de l’OCDE et développer un agenda politique complet pour une croissance inclusive et durable. Se souciant des héritages sociaux et économiques de la crise, l'OCDE a fourni aux pays un ensemble de recommandations de politiques renforcées et communes pour l’éducation, les compétences, la santé, l’égalité des sexes, l'emploi et les migrations. Dans tous ces domaines, l’OCDE est reconnue comme une institution de premier plan. L’Organisation s’est également attachée à jouer ce rôle avec ses travaux sur les chaînes de valeur mondiales, les échanges en valeur ajoutée, les échanges de services et leur facilitation. Par ailleurs, l’OCDE a lancé de nouvelles études et a pris des initiatives inédites pour promouvoir des politiques en matière de capital intellectuel, d’innovation, de productivité, de croissance verte et de changement climatique.

Sous le mandat de M. Gurría, l'OCDE a créé un nouvel ensemble d'outils et d'instruments pour mesurer, évaluer et informer sur les arbitrages, les synergies et les impacts des réformes économiques, sociales et environnementales. En devenant « l'endroit où aller » pour les réformes structurelles et pour construire un cadre institutionnel dans lequel élaborer ces réformes et les mettre en place, l'OCDE offre une zone de confort ouverte et fluide aux dirigeants politiques, décideurs et parties prenantes. L’Organisation les encourage à prendre part, discuter et définir les meilleures options politiques, et à quantifier leur impact potentiel sur la croissance et le bien-être.

« Je suis honoré et touché par la confiance que les Membres m’ont accordée, et me réjouis de poursuivre la transformation de l’OCDE pour en faire une organisation internationale de pointe qui promeut des politiques meilleures pour une vie meilleure », a déclaré M. Gurría.

Pour appuyer le prolongement de son mandat, M. Gurría a présenté aux Membres de l’OCDE le document « 21 for 21 » (en anglais) qui identifie les bases sur lesquelles bâtir une vision partagée de l’avenir de l'OCDE. Parmi les priorités figurent :

  • Faire de l’OCDE une organisation plus utile et pertinente pour ses Membres et pays Partenaires

  • Redéfinir le récit de la croissance pour placer le bien-être des individus au cœur des efforts de l’OCDE

  • Identifier les nouveaux défis politiques et renforcer la capacité de l’OCDE à y répondre

  • Soutenir l’agenda politique mondial et le plan d’action collectif de cet agenda 

  • Améliorer la productivité et le programme de compétitivité de l’OCDE grâce à sa connaissance pluridisciplinaire

  • Renforcer et maximiser l’impact des normes existantes de l’OCDE et identifier de nouveaux domaines d’action

  • S’efforcer d’offrir une Organisation plus ouverte et plus internationale

  • Assurer des pratiques financières, administratives, de communication et de gestion, plus efficaces et efficientes


Consultez le Curriculum Vitae du Secrétaire général de l’OCDE M. Angel Gurría.


Pour plus d’informations, les journalistes sont invités à contacter la Division des médias de l'OCDE (news.contact@oecd.org; tél: + 331 4524 9700). Ils peuvent également visiter www.ocde.org.

 

Documents connexes