Partager

Salle de presse

Le développement durable exige une vision plus globale, selon un nouveau rapport du Centre de développement de l’OCDE

 

Incheon, Corée, le 29 novembre 2018 – La croissance économique n’est pas nécessairement synonyme de bien-être. Les premiers pays à s’être industrialisés ont réussi à améliorer le bien-être de leurs populations avec des taux de croissance économique inférieurs à ceux qu’enregistrent aujourd’hui les économies émergentes : nombre de ces dernières peinent à convertir un produit intérieur brut (PIB) en croissance rapide en améliorations réelles et durables du bien-être des citoyens. La croissance économique est bel et bien un objectif essentiel des stratégies de développement, mais ces dernières doivent se préoccuper d’autres objectifs économiques, sociaux et environnementaux plus larges, d’après une nouvelle publication du Centre de développement de l’OCDE intitulée Perspectives du Développement Mondial  2019 (disponible en anglais), lancée aujourd’hui à l’occasion du 6e Forum mondial de l’OCDE sur le thème « Statistiques, connaissances et politiques », qui a eu lieu à Incheon, en Corée.

 

Le rapport conclut que les stratégies de développement doivent s’efforcer d’embrasser les multiples dimensions du développement, prenant acte de ce que la croissance ne se traduit pas automatiquement par des améliorations du bien-être.

 

L’heure du changement a sonné. Depuis les années 90, les grandes économies en développement ont sans cesse redessiné la carte des relations économiques mondiales sur le plan des échanges, de la finance et des migrations, remettant en question des notions de développement ancrées de longue date. Cette importante transformation a été portée par la Chine, l’Inde, l’Indonésie, la Russie ou encore le Brésil, qui ont connu une croissance plus rapide que la moyenne de l'OCDE, créant un effet  d’entraînement dont ont bénéficié d’autres pays en développement. Sur la période 2011-16, les contributions de la Chine et de l’Inde à la croissance mondiale ont atteint respectivement 29 % et 11 %.

 

Aujourd’hui, les économies en développement doivent trouver des solutions innovantes face à des enjeux qui n’existaient pas à l’époque des premiers pays industrialisés. Par exemple, en dépit des efforts déployés pour mettre l’accent sur l’inclusivité sociale et la durabilité environnementale, rares sont les plans nationaux de développement qui apportent une réponse à l’émergence de nouvelles règles mondiales, à l’interdépendance croissante entre les pays, aux booms démographiques sans précédent, à la forte mobilité des personnes ou encore aux rapides mutations technologiques.

 

De nouveaux moyens de promouvoir le développement se mettent toutefois en place, en dehors de l’éventail des outils élaborés au lendemain de la Seconde guerre mondiale. « Un bon moyen de continuer d’innover sur le plan stratégique - par exemple en renforçant la coopération Sud-Sud, en liant migrations et développement ou en étendant la protection sociale aux populations pauvres et difficiles à atteindre - consiste à se trouver dans la même pièce et à échanger nos expériences respectives », déclare M. Mario Pezzini, le Directeur du Centre de développement de l’OCDE et Conseiller spécial auprès du Secrétaire général de l’OCDE chargé du développement. « De fait, une fois réunies les ressources et la volonté politique nécessaires pour assurer leur mise en œuvre, les stratégies de développement se révèlent particulièrement efficaces lorsqu’elles sont multisectorielles, participatives, territorialisées et inscrites dans un cadre multilatéral. En d’autres termes, le processus multidimensionnel du développement exige une nouvelle approche de la coopération mondiale », a-t-il ajouté.

 

Pour de plus amples informations ou pour obtenir un exemplaire des Perspectives du Développement Mondial  2019, les journalistes sont invités à prendre contact avec le Bureau de presse du Centre de développement de l’OCDE (bochra.kriout@oecd.org ; tél. : +33 145 24 82 96).

 

Documents connexes