Salle de presse

La communauté internationale doit réécrire les règles applicables à la finance et aux groupes internationaux

 

Par Angel Gurría, Secrétaire général de l’OCDE

27 janvier 2009,


La crise économique mondiale actuelle et son cortège de souffrances et d’angoisses résultent d’une série de graves défaillances au cœur même des pays les plus développés du monde. Les difficultés que nous connaissons viennent d’un excès d’innovations financières, motivées par une soif inextinguible de profits à court terme.

 

Dans un contexte de soutien des pouvoirs publics à l’expansion des marchés de capitaux, nombreux sont ceux qui ont délibérément ignoré les questions essentielles de l’éthique des affaires et de la réglementation des entreprises. Désormais, il nous appartient de réécrire les règles applicables à la finance et aux groupes internationaux. Pour rétablir la confiance qui est essentielle au bon fonctionnement des marchés, nous devons tout à la fois améliorer la réglementation, les contrôles, le gouvernement d’entreprise et la coordination, autant d’objectifs qui supposent eux-mêmes un renforcement de la coopération multilatérale.


En pareille situation, les gouvernements ne doivent pas céder à la tentation de voler au secours de toutes les entreprises en difficulté ou de tous les intérêts nationaux en jeu. Nous ne ferons qu’aggraver la crise si nous succombons aux sirènes du protectionnisme et d’un nationalisme mesquin.


Dans l’immédiat, les pouvoirs publics n’ont guère d’autre solution que de poursuivre leurs efforts de stimulation de l’activité économique. L’année 2009 sera rude. Le chômage augmente, les consommateurs sont hésitants et les investisseurs demeurent dans l’expectative. La mission première et la plus urgente pour les autorités est de stabiliser les systèmes financiers tout en persévérant dans leurs réductions d’impôts et leurs dépenses d’infrastructures afin de soutenir leurs économies en encourageant la demande et en créant des emplois.


Mais au-delà des mesures immédiates, la sphère politique doit aussi se demander comment définir un cap pour l’évolution à long terme de l’économie mondiale. En dehors d’une réglementation plus efficace, nous avons besoin de mettre en place des politiques sociales plus justes et d’en terminer avec les goulets d’étranglement qui bloquent la concurrence et l’innovation et nuisent à la viabilité de la croissance. Nous devons aussi trouver des moyens permettant aux gouvernements de se désengager de leurs interventions massives décidées en urgence, une fois que l’économie mondiale aura regagné le chemin de la croissance.


Bref, il s’agit de trouver des moyens pour équilibrer les rôles respectifs des pouvoirs publics et des marchés. Comme l’a déclaré le président Barack Obama lors de son discours inaugural, la question n’est pas de savoir si l’État est trop présent ou ne l’est pas assez, mais s'il fonctionne. De même, la capacité des marchés à accroître la prospérité est sans égal, à condition qu’ils soient soumis à une surveillance efficace pour en freiner les excès. Des institutions multilatérales comme l’OCDE, le FMI, l’OIT, la Banque mondiale et l’OMC sont là pour aider les pouvoirs publics à assumer leurs responsabilités. Mais la coopération doit faire intervenir d’autres acteurs, y compris les groupes internationaux et le secteur de la finance.


Dans les jours qui viennent, nous aborderons ces questions lors du Forum économique mondial de Davos. Nous devons élaborer ensemble une feuille de route en vue de coopérer plus étroitement à la reconstruction de l’économie actuelle et à l’édification de l’économie de demain.


Comment passer de la récession à la reprise ? L’OCDE s’efforce d’apporter une réponse stratégique à la crise comportant des recommandations spécifiques sur les politiques à suivre. Il s’agit notamment de renforcer le gouvernement d’entreprise et d’intensifier le combat pour venir à bout des côtés sombres de la mondialisation, comme la corruption ou la fraude fiscale. Le ministre italien des Finances, M. Giulio Tremonti, a été jusqu’à lancer un appel en faveur d’une Norme juridique mondiale qui s’appuierait sur les travaux déjà réalisés par des organisations internationales, y compris des instruments de l’OCDE comme les Principes de gouvernement d’entreprise et la Convention anticorruption.


Nous devons aussi repenser notre approche dans d’autres domaines, qu’il s’agisse des politiques de la concurrence, de l’investissement et des retraites ou du traitement du changement climatique, de l’exclusion sociale et de la pauvreté. Nous devons accroître la productivité tout en préservant l’ouverture des frontières au commerce et à l’investissement. Nous devons trouver des moyens de répartir plus équitablement les opportunités et les fruits de la croissance et encourager les innovations économes en carbone qui sont nécessaires à une reprise « verte ».


La promotion de la coopération économique est au cœur de la mission de l’OCDE. Depuis près d’un demi-siècle, nous travaillons avec les gouvernements ainsi qu’avec les milieux d’affaires, les organisations syndicales et la société civile pour aider les marchés à poursuivre leur croissance, nos sociétés à progresser et les pays à sortir de la pauvreté. En associant à ces efforts des acteurs essentiels dans le monde comme l’Afrique du Sud, le Brésil, la Chine, l’Inde, l’Indonésie et la Russie, nous nous fixons pour ambition commune de bâtir à long terme une économie mondiale plus forte, plus propre et plus juste, débarrassée de la corruption, de la fraude, fiscale ou autre, de l’exploitation avide et de la destruction des ressources qui ont discrédité la mondialisation et fait barrage aux bienfaits qu’elle peut apporter.


La crise financière nous a déstabilisés, nous comme d’autres. Mais elle ne nous a pas mis hors jeu. Il faut y réagir sans tarder et nous comptons sur les représentants des milieux d’affaires pour nous aider dans nos efforts. Si, à Davos, nous pouvons prendre ensemble des mesures pour aller vers un avenir meilleur, l’année 2009 pourrait finalement prendre un  tour plus encourageant. 

 

 

 

Also Available

Countries list

  • Afghanistan
  • Afrique du Sud
  • Albanie
  • Algérie
  • Allemagne
  • Andorre
  • Angola
  • Anguilla
  • Antigua-et-Barbuda
  • Antilles Néerlandaises
  • Arabie Saoudite
  • Argentine
  • Arménie
  • Aruba
  • Australie
  • Autorité Nationale Palestinienne
  • Autriche
  • Azerbaïdjan
  • Bahamas
  • Bahreïn
  • Bangladesh
  • Barbade
  • Belgique
  • Belize
  • Bermudes
  • Bhoutan
  • Bolivie
  • Bosnie-Herzégovine
  • Botswana
  • Brunéi Darussalam
  • Brésil
  • Bulgarie
  • Burkina Faso
  • Burundi
  • Bélarus
  • Bénin
  • Cambodge
  • Cameroun
  • Canada
  • Cap-Vert
  • Caïmanes, Îles
  • Centrafricaine, République
  • Chili
  • Chine (République populaire de)
  • Chypre
  • Colombie
  • Comores
  • Congo, La République Démocratique du
  • Corée
  • Corée, République Populaire Démocratique de
  • Costa Rica
  • Croatie
  • Cuba
  • Côte D'ivoire
  • Danemark
  • Djibouti
  • Dominicaine, République
  • Dominique
  • Egypte
  • El Salvador
  • Emirats Arabes Unis
  • Equateur
  • Erythrée
  • Espagne
  • Estonie
  • Etats Fédérés de Micronésie
  • Etats-Unis
  • Ethiopie
  • ex-République yougouslave de Macédoine (ERYM)
  • Fidji
  • Finlande
  • France
  • Gabon
  • Gambie
  • Ghana
  • Gibraltar
  • Grenade
  • Groenland
  • Grèce
  • Guatemala
  • Guernesey
  • Guinée Équatoriale
  • Guinée-Bissau
  • Guinéee
  • Guyana
  • Guyane Française
  • Géorgie
  • Haïti
  • Honduras
  • Hong Kong, Chine
  • Hongrie
  • Ile de Man
  • Ile Maurice
  • Iles Cook
  • Iles Féroé
  • Iles Marshall
  • Iles Vierges Britanniques
  • Iles Vierges des États-Unis
  • Inde
  • Indonésie
  • Iraq
  • Irlande
  • Islande
  • Israël
  • Italie
  • Jamaïque
  • Japon
  • Jersey
  • Jordanie
  • Kazakstan
  • Kenya
  • Kirghizistan
  • Kiribati
  • Koweït
  • l'Union européenne
  • Lao, République Démocratique Populaire
  • le Taipei chinois
  • Lesotho
  • Lettonie
  • Liban
  • Libye
  • Libéria
  • Liechtenstein
  • Lituanie
  • Luxembourg
  • Macao
  • Madagascar
  • Malaisie
  • Malawi
  • Maldives
  • Mali
  • Malte
  • Maroc
  • Mauritanie
  • Mayotte
  • Mexique
  • Moldova
  • Monaco
  • Mongolie
  • Montserrat
  • Monténégro
  • Mozambique
  • Myanmar
  • Namibie
  • Nauru
  • Nicaragua
  • Niger
  • Nigéria
  • Nioué
  • Norvège
  • Nouvelle-Zélande
  • Népal
  • Oman
  • Ouganda
  • Ouzbékistan
  • Pakistan
  • Palaos
  • Panama
  • Papouasie-Nouvelle-Guinée
  • Paraguay
  • Pays-Bas
  • Philippines
  • Pologne
  • Porto Rico
  • Portugal
  • Pérou
  • Qatar
  • Roumanie
  • Royaume-Uni
  • Russie, Fédération de
  • Rwanda
  • République du Congo
  • République Islamique d' Iran
  • République Tchèque
  • Sahara Occidental
  • Saint-Kitts-et-Nevis
  • Saint-Marin
  • Saint-Vincent-et-les Grenadines
  • Sainte-Hélène
  • Sainte-Lucie
  • Salomon, Îles
  • Samoa
  • Sao Tomé-et-Principe
  • Serbie
  • Serbie et Monténégro (avant juin 2006)
  • Seychelles
  • Sierra Leone
  • Singapour
  • Slovaquie
  • Slovénie
  • Somalie
  • Soudan
  • Soudan du Sud
  • Sri Lanka
  • Suisse
  • Suriname
  • Suède
  • Swaziland
  • Syrienne, République Arabe
  • Sénégal
  • Tadjikistan
  • Tanzanie
  • Tchad
  • Thaïlande
  • Timor-Leste (Timor Oriental)
  • Togo
  • Tokelau
  • Tonga
  • Trinité-et-Tobago
  • Tunisie
  • Turkménistan
  • Turks et Caïques, Îles
  • Turquie
  • Tuvalu
  • Ukraine
  • Uruguay
  • Vanuatu
  • Venezuela
  • Viêt Nam
  • Wallis et Futuna
  • Yémen
  • Zambie
  • Zimbabwe
  • Topics list