Salle de presse

La stagnation économique aggrave les pressions démographiques qui s'exercent sur les systèmes de retraite, selon l'OCDE

 

08/12/2014 - La lenteur de la croissance, le bas niveau des taux d'intérêt et la faiblesse des rendements des placements liés à la léthargie de l'économie mondiale sont en train d'aggraver les problèmes de vieillissement démographique auxquels sont confrontés les systèmes de retraite tant publics que privés, selon un nouveau rapport de l'OCDE.

 

D'après la publication OECD Pensions Outlook 2014 (anglais), la crise a incité la plupart des pays à accélérer les réformes destinées à améliorer la viabilité financière de leurs systèmes de retraite. Elles ont notamment consisté à alourdir les prélèvements sur les pensions et les cotisations de retraite, à réduire ou suspendre l'indexation des prestations versées, et à relever l'âge légal de la retraite.

 

Néanmoins, faire en sorte que les individus travaillent plus longtemps pour disposer de revenus adéquats à la retraite et que la charge financière des retraites soit plus équitablement répartie entre les générations demeurent deux enjeux clés.

 

« Il est encourageant d'observer les progrès accomplis ces dernières années pour améliorer la viabilité et l'adéquation des systèmes de retraite », a déclaré le Secrétaire général de l'OCDE, Angel Gurría. « Néanmoins, les évolutions démographiques rapides qui sont en cours et le ralentissement de l'économie mondiale soulignent la nécessité de poursuivre les réformes. Nous devons mieux communiquer pour faire comprendre que travailler plus longtemps et cotiser davantage constituent la seule façon d'obtenir un revenu décent à la retraite. »

 

Une hausse de l'âge effectif de la retraite peut apporter une pierre à l'édifice, mais des efforts supplémentaires sont nécessaires pour aider les seniors à trouver et conserver des emplois. Il est essentiel que les pouvoirs publics prennent des mesures pour réduire la discrimination en fonction de l'âge, améliorer les conditions de travail et accroître les possibilités de formation pour les seniors.

 

Des pays ont également adopté des réformes pour renforcer les régimes privés de retraite par capitalisation. Le rapport souligne qu'il est important de rehausser leur taux de couverture dans les pays où ils sont facultatifs. Les programmes d'adhésion automatique ont permis d'accroître cette couverture dans les pays où ils ont été mis en œuvre.

 

Le rapport préconise en outre un renforcement du cadre réglementaire en vue d’aider les organismes de retraite et les prestataires de rentes à faire face à l’incertitude qui entoure l’allongement de l’espérance de vie. Selon ses auteurs, les autorités de surveillance devraient s’assurer que les prestataires utilisent des tables de mortalité régulièrement mises à jour, qui intègrent les progrès futurs en matière de mortalité et d’espérance de vie. Le fait de ne pas tenir compte de ces progrès peut se traduire par un déficit de provisions largement supérieur à 10 % des engagements au titre des pensions et des rentes.

 

Les marchés financiers pourraient offrir de nouvelles possibilités d’atténuation du risque lié à la longévité, à condition que l’on favorise la transparence, la normalisation et la liquidité des instruments destinés à couvrir ce risque. On devra également tenir compte dans le cadre réglementaire de la réduction de l’exposition au risque inhérente à ces instruments, en veillant à ce que leur valeur soit dûment reflétée par les normes comptables et en abaissant le niveau de capitalisation imposé aux entités qui se couvrent contre le risque lié à la longévité.

 

L’émission d’obligations indexées sur la longévité et la publication d’un indice de longévité, servant de référence pour la détermination du prix des instruments de couverture de ce risque et son évaluation, favoriseraient l’essor des instruments financiers liés à la longévité.

 

Le rétablissement de la confiance est un autre défi de taille auquel font face les décideurs publics, selon l’OCDE. Les jeunes, en particulier, doivent avoir confiance dans la stabilité à long terme du système de retraite et dans la promesse qui leur est faite en termes de pension. L’OCDE estime qu’il faut lancer des campagnes de communication et transmettre des relevés individuels de droits à pension pour faire comprendre la nécessité des réformes et faciliter le choix de chacun.

 

Les journalistes qui souhaiteraient faire un commentaire ou obtenir de plus amples informations sont invités à contacter Pablo Antolin, de la Division des affaires financières de l’OCDE [tél. : +33 (0)1 45 24 90 86], ou Hervé Boulhol, de la Division des politiques sociales de l’OCDE [tél. : +33 (0)1 45 24 84 58].

 

 

Documents connexes