Partager

Salle de presse

Déclaration du Secrétaire général de l’OCDE, M. Angel Gurría, à l’occasion du 70e anniversaire du Plan Marshall

 

5/6/2017 - Il y a soixante-dix ans, à l’Université Harvard, le Secrétaire d’État américain George C. Marshall lançait un Programme de redressement européen qui, très vite, fut indissociablement associé au nom de son instigateur. 

 

Le Plan Marshall était d’une grande nouveauté de par la générosité qui le sous-tendait, mais aussi parce qu’il marquait une rupture avec l’ordre mondial tel qu’il existait auparavant. Soixante-dix ans plus tard, il brille encore dans l’Histoire comme l’une des plus parfaites illustrations d’une vision pour l’avenir et d’une volonté de solidarité et de collaboration à l’échelle internationale. La singularité de George Marshall a été d’affirmer qu’après deux guerres dévastatrices, le seul moyen d’éviter de nouveaux conflits consistait à intensifier la coopération internationale, et que les nations qui en avaient les moyens et qui étaient résolues à rétablir la prospérité devaient montrer l’exemple.

 

Cette pensée visionnaire a donné naissance à l’Organisation européenne de coopération économique (OECE) en 1948, transformée en 1961 pour devenir l’Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE), laquelle, depuis plus de 56 ans maintenant, œuvre aux côtés des gouvernements à promouvoir la coopération internationale et à améliorer leurs politiques économiques et sociales. Le monde a beaucoup changé depuis ce 5 juin 1947, et l’OCDE a évolué avec lui. Aujourd’hui, l’Organisation est devenue plus mondiale, plus inclusive, plus diverse et plus pertinente. Mais nous sommes toujours fidèles à notre mission originelle : préserver le bien-être de nos concitoyens, grâce à « la santé économique du monde, sans laquelle la stabilité politique et la paix assurée sont impossibles » pour reprendre les propos mêmes de George Marshall.

 

En cette date anniversaire, je souhaite m’engager, en m’inspirant de la clairvoyance ayant présidé au Plan Marshall, à œuvrer de concert avec les pays Membres et Partenaires pour porter remède aux problèmes auxquels sont confrontées nos sociétés. Aucune solution ne pourra être apportée isolément : c’est par l’action collective que nous serons en mesure de donner vie à une mondialisation plus inclusive, fondée sur des règles et qui profite à tous.

 

Lire le discours de George C. Marshall (en anglais seulement).

 

Documents connexes