Viet Nam

Projet Inclusion des jeunes - My Nhan Ngo

 

« Dans cinq ans, j'aimerais avoir un emploi stable, un mari et des enfants, et vivre une vie heureuse et normale »

 

My Nhan Ngo, 27 ans, de Can Tho, Vietnam

 

J'ai grandi à la campagne, à Bac Lieu, où mes parents sont des riziculteurs. A 18 ans, j'ai déménagé à Can Tho, à environ 150 kilomètres de ma ville d’origine pour pouvoir terminer mes études. Après mes études secondaires, j'ai suivi un programme de deux ans menant à un diplôme d'études en comptabilité, puis j'ai servi deux ans dans un restaurant local. Après cette pause, je me suis inscrite à l'université pour un programme de trois ans en comptabilité. Heureusement, mes parents ont couvert mes frais de scolarité (environ 300 $ US par an). Mais j’ai été très active pendant ces trois années - j'étais étudiante à temps plein et travaillais à temps partiel pour subvenir à mes besoins. J'ai eu mon diplôme à 26 ans.

J'ai choisi la comptabilité parce que je pensais pouvoir trouver facilement un emploi une fois mes études terminées. Mais depuis, je travaille comme serveuse, à temps partiel de 17h à 23h. Je gagne 65 $ en salaire de base et en moyenne 260 $ en pourboire chaque mois, ce qui est amplement suffisant. Chaque mois, j’envoie 86 $ à mes parents, je dépense 30 $ dans la location d'une chambre dans une pension étudiante et 108 $ dans ma nourriture et mes dépenses personnelles. J’économise le reste.

Même si je ne travaille pas dans ce que j'ai étudié, je gagne un salaire décent. Mes amis de l'université qui travaillent comme comptables ne gagnent que 170 $ par mois. Le seul point négatif de mon travail comme serveuse, c'est que je n'ai pas de contrat écrit et que les congés maladie ou personnels sont déduits de mon salaire.

J'adorerais avoir un emploi de comptable un jour mais je ne suis honnêtement pas sûre de pouvoir faire le travail avec les études que j’ai faites. J'ai passé quelques entretiens mais j'ai été refusé par manque d'expérience. Et quand on m'a offert un emploi, le salaire était d’ à peine 130 $, alors je l'ai refusé. Mais je sais que je ne peux pas être serveuse pour toujours. Je rêve d’un meilleur avenir pour moi. Je vais faire de mon mieux pour y arriver.

 

En savoir plus sur le travail du projet d'inclusion des jeunes au Viet Nam




Revenir à l'accueil

 

Documents connexes