Togo

Projet Inclusion des jeunes - Gnassounou Mokpokpo Espé

 

« Si nous voulons vivre une vie meilleure et réaliser notre potentiel, nous pouvons le faire! Les jeunes peuvent changer les choses, tout est entre nos mains»

 

Gnassounou Mokpokpo Espé, 25 ans, Lomé, Togo

 

Je suis née à Lomé et j'ai toujours vécu ici. Ma mère est couturière et mon père est traducteur et pasteur. J'ai un diplôme en étude des médias et j'ai aussi commencé un programme de premier cycle en sociologie que je n'ai jamais terminé. Pendant mes études, j'ai effectué un stage dans une entreprise de communication pendant un an. Mes études m'ont beaucoup aidé pendant le stage et vice versa. Je pense que les études doivent mélanger la pratique et la théorie. Sur le terrain, les jeunes peuvent acquérir des connaissances concrètes.

À l'avenir, j'aimerais retourner à l'université pour terminer mes études de sociologie. Je n'ai pas pu continuer en raison de difficultés financières. Au Togo il y a des bourses et d'autres aides financières disponibles pour les étudiants. Une fois, j'ai essayé de soumettre ma candidature, mais l'agent administratif m’a demandé des faveurs sexuelles en échange. Donc, même si j'avais droit à ces prestations, je n'ai pas postulé. De telles pratiques discriminatoires envers les femmes sont assez courantes au Togo, y compris dans le monde des affaires. Par exemple, à une époque je travaillais dans une entreprise et un client m'a demandé de sortir avec lui mais j'ai refusé ; j'ai perdu mon emploi peu de temps après. Au Togo, si les femmes n'acceptent pas de telles offres, elles sont souvent pénalisées. Les gens n'en parlent pas parce qu'ils ont honte. De plus les jeunes n'ont pas accès à des services de santé sexuelle et reproductive à l'école, ils ne vont pas vraiment chez le médecin et n'osent pas demander des informations en ce qui concerne la sexualité et la procréation. Pourtant, les jeunes ont des relations sexuelles de plus en plus tôt, même à l'âge de 13 ou 15 ans! J'ai des cousins ​​beaucoup plus jeunes que moi qui ont déjà des enfants, et c'est un vrai combat pour eux.

Il est difficile de trouver un travail ici au Togo. Tout le monde se plaint du chômage. Certains jeunes font du bénévolat pendant six ans dans des entreprises avant d'être employés! Même lorsque vous avez du travail, vous avez besoin d'au moins deux emplois pour subvenir à vos besoins et gagner suffisamment d'argent. Depuis quelques années, je crée des bijoux en perles et en tissu pagne pour gagner de l'argent. Quand je reçois des commandes, je peux gagner entre 5000 et 15 000 FCFA par semaine. J'ai également travaillé dans un centre culturel en tant qu'assistante et j’ai été bénévole à Amnesty International. À l'avenir, j'aimerais ouvrir ma propre entreprise de bijoux avec des amis. Nous pourrions nous associer à des artisans et vendre nos produits à l'étranger, au Bénin ou au Ghana. Mais tout est incertain; nous ne savons jamais où la vie nous mènera, alors nous faisons de notre mieux.

De nos jours, l'environnement se dégrade, la santé reste un défi et le chômage est un problème majeur. Mais si nous voulons vraiment vivre une vie meilleure et atteindre notre potentiel, nous pouvons le faire! Les jeunes peuvent changer les choses, tout est entre nos mains. L'État a abandonné ses responsabilités, nous devons donc nous attaquer seuls aux problèmes. Les jeunes doivent croire en eux-mêmes. Au cours des dernières années, j'ai participé à de nombreux sommets et ateliers de jeunes au Togo et à l'étranger. Je voudrais continuer à travailler sur les questions de développement au Togo et sensibiliser les jeunes aux problèmes de notre pays et à leur rôle en tant que citoyens actifs.

 

En savoir plus sur le travail du projet Inclusion des jeunes au Togo




Revenir à l'accueil

 

Documents connexes