République de Moldova

Projet Inclusion des jeunes - Inga Spînu

 

Inga Spînu

« Dans cinq ans, j'aimerais avoir un doctorat et être en bonne voie pour devenir juge »


Inga Spînu, 35 ans, de Moldavie

 

Je me considère comme très chanceuse de pouvoir gérer à la fois mes études et le fait d’être mère. La seule façon de le faire c’est avec le soutien de ma famille. Mon mari et moi avons un fils de deux ans et, depuis juin 2016, je travaille à plein temps dans un institut de justice. J'ai grandi dans un petit village à 75 km de Chisinau. Ma mère passe la semaine avec nous (elle rentre chez elle les week-ends) pour s'occuper de mon fils pendant que je travaille. Il est à la maternelle mais la journée d'école est très courte et il est souvent malade. Je compte donc sur ma mère pour combler les lacunes. Il n'y a pas de garderie ici et les nounous à domicile sont trop chères.

Mon mari est également d’un soutien incroyable. Lorsque j'ai commencé mon programme de maîtrise en droit, mon fils n'avait que trois mois. Heureusement, le programme était la nuit, ce qui facilitait les choses. Mon mari avait l'habitude d'amener notre fils à l'école pendant les pauses pour que je puisse le nourrir. Il a fait en sorte que je n'ai pas à choisir entre mon éducation et être mère. Je suis heureuse que lui et moi ayons planifié ensemble d'avoir un enfant et que mes études et ma carrière ont toujours été prises en compte.

En fait, je m'inquiète du fait que beaucoup de jeunes ne reçoivent pas assez d'informations sur les bébés et la planification familiale au sein de leurs familles. Ils ne reçoivent rien à l'école et beaucoup d'entre eux se tournent vers Internet - mais ce n'est pas une solution. L'éducation sexuelle est nécessaire à l'école. Mais ce qui y est enseigné et comment cela est enseigné aux jeunes est également important, parce que tout ce qui est encouragé n'est pas bon. On entend beaucoup parler aujourd'hui de protection, ce qui incite les jeunes à avoir plus de relations sexuelles plus tôt. L'éducation sexuelle doit aider les jeunes à se développer émotionnellement et psychologiquement pour être prêts pour avoir des relations. Les garçons peuvent être très agressifs et les filles doivent apprendre à dire non.

J'ai l'intention de retourner à l'université pour y faire un doctorat. Avoir une famille et un enfant m'a aidé à me rendre compte de ce qui est vraiment important dans la vie. C'est un travail difficile mais plutôt que de me ralentir, cela me pousse à bien travailler et à faire plus.

 

En savoir plus sur le travail du projet d'inclusion des jeunes en Moldavie




 

Revenir à la page d'accueil 

 

Documents connexes