République de Moldova

Projet Inclusion des jeunes - Daniel Cojocari

 

« J'ai été très chanceux de trouver un travail

que j'aime ! »

 

Daniel Cojocari, 23 ans, originaire d'un village à 40km de Chisinau, en Moldavie

 

Je m'appelle Daniel. Ma mère est femme au foyer et vit dans un village près de Chisinau. Mon père travaille dans la construction en France et j'ai un frère. Je fais des études de premier cycle universitaire en technologie de l'information et de la cinétique et j'ai aussi un travail. Je suis inscrit dans un programme spécial de formation qui me permet d'avoir un emploi en parallèle. J’ai beaucoup d'amis autour de moi qui suivent ce genre de programme, qui sont moins chers que les programmes traditionnels. Je pense que le fait d'avoir un diplôme est un réel avantage pour trouver un emploi, mais les connaissances pratiques sont encore plus importantes. C'est pourquoi j'aimerais faire un stage dans le secteur informatique. Mais en Moldavie, sans réseau, il est très difficile d'obtenir un stage, même non rémunéré.

Avant d'étudier, j'ai travaillé dans la construction pendant un an et demi en France. Ma mère ne voulait pas que je parte à l'étranger, surtout pour travailler dans la construction, mais je n'avais pas vraiment le choix. J'avais besoin d'argent. C'était difficile, je n'avais pas de famille, ni de logement et le travail était très dur. Pendant ce temps, je me suis rendu compte que gagner de l'argent ne suffisait pas. Je ne grandissais pas en tant que personne et n'atteignais pas mon plein potentiel. Je voulais une vie meilleure, je voulais plus que gagner de l'argent, alors j'ai décidé de retourner en Moldavie.

Au lieu de partir loin comme beaucoup de mes amis, j'ai commencé à faire du bénévolat pour le National Youth Council (NYC) ici. Mes parents n'étaient pas d’accord que je travaille sans salaire. J'ai aimé travailler pour NYC, organiser des conférences et mener divers projets et études dans les domaines de l'éducation, l'emploi, mais aussi la santé. Par exemple, les jeunes n’ont aucune connaissance en matière de santé sexuelle et reproductive (SSR). Parler de la santé sexuelle et reproductive est un tabou en Moldavie. Les jeunes ne connaissent pas les centres de santé adaptés pour eux. Même moi, j'ai seulement appris leur existence quand j'ai quitté mon village et fait une étude sur le sujet.

Le marché du travail en Moldavie est très difficile pour les jeunes. NYC m'a finalement offert un emploi à temps partiel, puis un emploi à temps plein, car je ne pouvais plus continuer en tant que bénévole. Le système éducatif fournit des diplômes mais pas nécessairement les bonnes compétences ou connaissances. C'est triste à dire, mais il semble que les adultes auront toujours la priorité sur les jeunes pour les postes vacants en Moldavie. Je me sens chanceux d'avoir trouvé un travail que j'aime.


En savoir plus sur le travail du projet d'inclusion des jeunes en Moldavie 




Revenir à l'accueil

 

Documents connexes