Lituanie

La Lituanie doit redoubler d’efforts pour doper l’emploi des jeunes

 

24/02/2016 - Il ressort d’un nouveau rapport publié par l'OCDE que, pour dynamiser l’emploi des jeunes, la Lituanie doit stimuler la création d’emplois et réduire les coûts de main-d’œuvre.

 

D’après Investing in Youth: Lithuania, même si le taux de chômage des jeunes a diminué pour s’établir à 15.3 % au troisième trimestre 2015, il reste supérieur au niveau constaté avant la crise (10 %). Parallèlement, 28.6 % seulement des jeunes lituaniens occupent un emploi, contre 40 % en moyenne dans la zone OCDE.

 

« Confrontée à un vieillissement démographique rapide et à la contraction de la population active, la Lituanie doit donner aux jeunes la possibilité d’accéder à des emplois de qualité, de sorte qu’ils puissent contribuer à la croissance économique future de leur pays », a expliqué Mark Pearson, Directeur adjoint de la Direction de l’emploi, du travail et des affaires sociales de l'OCDE, à l’occasion du lancement du rapport à Vilnius. « Trop de jeunes sont encore laissés de côté, c’est pourquoi une action plus globale et plus immédiate s’impose ».

 

La qualité des emplois est un enjeu majeur : de nombreux jeunes occupent des emplois informels peu rémunérés, ce qui les expose à un risque de chômage élevé et une protection sociale limitée. Ces emplois offrent généralement peu de possibilités de formation ou d’avancement professionnel.

 

Pour donner un coup de fouet à l’emploi des jeunes en Lituanie, il faut avant tout favoriser la création d’emplois, selon les auteurs du rapport. Les coûts de main-d’œuvre élevés qui dissuadent les employeurs d’embaucher des jeunes doivent être revus à la baisse, tandis qu’il faut assouplir la législation sur la protection de l’emploi, qui pèse aussi sur l’emploi des jeunes. Il est crucial d’introduire davantage de flexibilité, tout en garantissant une protection sociale adaptée et un soutien aux travailleurs qui perdent leur emploi.

 

Pour aider un plus grand nombre de jeunes à s’insérer avec succès sur le marché du travail, l'OCDE recommande à la Lituanie d’adopter les mesures complémentaires suivantes :

 

  • Étendre la couverture et relever le montant des allocations de chômage versées aux jeunes, afin de compenser la baisse annoncée des indemnités de licenciement.

 

  • Envisager l’instauration d’un salaire minimum réduit pour les jeunes, afin d’encourager les créations d’emplois. Pour éviter qu’une telle mesure n’entraîne une multiplication des emplois à bas salaire pour les jeunes, il faudrait relever en parallèle le montant légal du revenu mensuel non imposable.

 

  • Augmenter les ressources du service public de l’emploi de manière à offrir un soutien plus personnalisé aux jeunes, surtout en zone rurale.

 

  • Réorganiser l’enseignement professionnel et l’apprentissage. Les initiatives en cours sont prometteuses mais les taux d’inscription sont bas au regard des normes internationales. Il serait utile, à cet égard, de mobiliser le secteur privé et d’augmenter les incitations financières offertes aux entreprises qui embauchent des apprentis.

 

Pour de plus amples informations sur le rapport Investing in Youth: Lithuania, veuillez contacter Anna Biernat, de la Division des médias de l'OCDE (+33 1 45 24 97 00).

 

****** Note aux rédacteurs *****

 

La Lituanie suit actuellement une Feuille de route pour l’adhésion, qui définit les modalités, les conditions et le déroulement de son processus d’adhésion à l’Organisation. Cette Feuille de route prévoit une série d’examens approfondis menés par 21 comités techniques de l’OCDE, qui soumettront ensuite au Conseil de l’OCDE un avis formel sur la volonté et la capacité de la Lituanie d’appliquer les normes de l’OCDE, et sur ses politiques et pratiques au regard des meilleures politiques et pratiques des pays de l’OCDE dans le domaine considéré.

 

Ces examens offrent l’occasion d’aider les autorités lituaniennes à faire avancer les réformes conformément aux normes et aux meilleures pratiques de l’OCDE. Le processus d’adhésion n’est assorti d’aucun calendrier fixe et dépend, en définitive, de la capacité de la Lituanie de tenir compte des recommandations des comités de l’OCDE, composés de ses Membres, en vue de passer avec succès les examens techniques.

 

Les 34 pays membres de l’OCDE s’emploient à promouvoir des politiques propres à améliorer le bien-être économique et social de tous, partout dans le monde. L’Organisation est une enceinte au sein de laquelle les gouvernements peuvent collaborer, échanger des expériences et rechercher des solutions à des problèmes communs.

 

Pour plus de détails sur le processus d’adhésion de la Lituanie, consulter le site : http://www.oecd.org/fr/apropos/membresetpartenaires/elargissement.htm

 

Documents connexes

 

Also AvailableEgalement disponible(s)