Côte d'Ivoire

Projet Inclusion des jeunes - Emmanuel Edima

 

« L'Afrique est synonyme de solidarité. Si on est en difficulté la solidarité nous permettra de survivre »

 

Emanuel Edima, 33 ans, Abidjan, Côte d'Ivoire

 

Je m’appelle Emanuel est je suis résident à Abidjan. J’ai 33 ans. Je suis né dans le sud d’Abidjan. J’ai grandi à l’ouest du pays, à presque 600 kilomètres d’où j’habite maintenant. J’ai 4 sœurs et 3 frères. Quand j’étais jeune, mon père était technicien agricole et ma mère était mère au foyer.

J’ai un DEA (Niveau Master 2) en sociologie et développement rural. Actuellement je ne travaille plus. Je m’occupe des jeunes de Côte d’Ivoire. Je suis président du Conseil National des Jeunes. Plus précisément je cordonne les associations de jeunesse, je les mets en synergie pour qu’elles soient plus performantes. Mon travail sur le terrain et ma connaissance du pays m’ont permis d’accéder à la présidence du Conseil.

J’ai toujours rêvé d’être à la disposition de ma communauté et contribué au développement de mon pays. C’est pourquoi je me suis orienté vers la sociologie. Mon mandat au Conseil des Jeunes est de trois ans et je suis très content de ce que je fais. L’éducation et la formation que j’ai suivi m’ont aidé à développer les compétences nécessaires pour mon travail.

Grâce à mon travail je connais les difficultés auxquelles les jeunes doivent faire face. Les derniers chiffres montrent qu’il y a beaucoup de filles enceintes au collège. Les niveaux les plus bas ne bénéficient pas de sensibilisation et d’éducation sexuelle. C’est pourquoi le Conseil des Jeunes passe dans les écoles pour promouvoir des campagnes de sensibilisation aux comportements sexuels responsables via l’abstinence. On essaye de les orienter, mais on doit accroitre cette sensibilisation aux plus jeunes. Notre rôle en tant que leaders de la jeunesse et de les guider et les orienter, en commençant par les plus jeunes.

En Côte d’Ivoire c’est très important d’avoir des réseaux sociaux, des liens avec des personnes importants. On dit qu’une relation est mieux qu’un diplôme. C’est la recette ici, je ne l’aime pas, mais c’est la recette ici. Mais je suis optimiste par rapport au futur du pays. Tous mes proches sont plein d’optimisme, il faut se battre, chaque jour. Quand je me trouve face à une difficulté je me tourne en premier vers mes amis. Car l’Afrique est synonyme de solidarité,  j’essaye de faire comprendre ça à la nouvelle génération qui arrive. Si on est en difficulté la solidarité nous permettra de survivre. La famille et la communauté sont la base de la solidarité.

 

En savoir plus sur le travail du projet d'inclusion des jeunes en Côte d’Ivoire 




Revenir à l'accueil

 

Documents connexes