Colombie

Colombie : L’OCDE recommande d’élever la productivité et de rendre la croissance plus inclusive

 

25/5/2017 - L’économie colombienne a mieux résisté que d’autres pays d’Amérique latine à la chute récente des coûts des produits de base et se classe toujours parmi les premières de la région. La dernière Étude économique de la Colombie de l’OCDE révèle que si des réformes importantes et les politiques économiques en vigueur ont aidé le pays à s’adapter aux chocs externes, des efforts supplémentaires peuvent être déployés pour stimuler la productivité, améliorer l’environnement des affaires et rendre la croissance plus inclusive.

 

Cliquez ici pour télécharger les données‌L’Étude, qui a été présentée à Bogota par le Directeur des études nationales de l’OCDE, M. Alvaro Pereira et le Ministre des Finances de la Colombie, M. Mauricio Cardenas, prévoit une croissance du PIB de 2.2 % en 2017 et de 3 % en 2018. Elle recense les domaines d’action prioritaires pour l’avenir, tels que la mise en œuvre de réformes visant à renforcer la qualité de l’éducation, à réduire le secteur informel et à améliorer les perspectives d’emploi des femmes.

 

« Grâce à des réformes courageuses et à son cadre de politique macroéconomique solide, la Colombie s’est montrée extrêmement résistante face aux turbulences engendrées par la fin du boom des produits de base », a déclaré M. Pereira. « À l’avenir, son défi consistera à accroître les revenus et le bien-être de tous les Colombiens. L’accord de paix aura certainement un effet positif sur la croissance économique et la création d’emplois. Toutefois, pour rendre la croissance plus inclusive, la Colombie doit également améliorer les résultats de l’éducation, faire reculer l’économie informelle, investir dans les infrastructures pour l’avenir et réduire les obstacles à la concurrence ».

 

Les auteurs de l’Étude estiment que la poursuite de la mise en œuvre de la réforme fiscale de 2016 aidera l’économie à s’ajuster à la baisse des prix du pétrole et réduira la dépendance budgétaire envers les recettes pétrolières. Élever les niveaux de revenu contribuerait également à lutter contre les inégalités, en accroissant les possibilités de mener des politiques redistributives progressives. Continuer d’alléger la charge fiscale qui pèse sur l’investissement et les salaires peut contribuer à faire reculer l’emploi informel et assurer la pérennité de nouveaux projets d’infrastructure.

 

L’Étude recommande en outre la mise en place de diverses réformes visant à stimuler l’inclusion, la mobilité sociale et les niveaux de vie. Elle prône également de poursuivre la simplification des procédures d’enregistrement des entreprises et l’affiliation des travailleurs au système de sécurité sociale, d’améliorer les programmes actifs du marché du travail, de développer l’éducation des jeunes enfants et d’augmenter la qualité des programmes d’éducation et de formation.

 

Une offre plus abondante et abordable de services de garde d’enfants et de soins aux personnes âgées et handicapées ouvrirait davantage le marché de l’emploi aux femmes. Il sera également nécessaire d’améliorer les possibilités d’emploi dans les régions les plus pauvres et d’accroître l’investissement public en vue de moderniser les infrastructures et de baisser les coûts des échanges.

 

L’Étude affirme en outre qu’un durcissement de la concurrence dans certains secteurs – tels que les secteurs ferroviaire et routier et l’électricité – et la simplification des procédures judiciaires soutiendrait l’investissement privé et placerait la Colombie sur la trajectoire d’une productivité et d’une inclusion plus fortes.

 

Une Synthèse de l’Étude économique, contenant les principales conclusions, est disponible en anglais et en espagnol à l’adresse suivante : http://www.oecd.org/economy/surveys/economic-survey-colombia.htm.

 

Pour tout renseignement supplémentaire, les journalistes sont invités à contacter Lawrence Speer (+33 6 01 49 68 91) ou la Division des médias de l’OCDE (+33 1 45 24 97 00).

 

Note pour les rédacteurs :

 

L'OCDE est une organisation internationale qui a son siège à Paris et dont la mission consiste à promouvoir des politiques visant à améliorer le bien-être économique et social des populations du monde entier. Elle offre aux pouvoirs publics une enceinte où ils peuvent conjuguer leurs efforts en vue de partager leurs expériences et de rechercher des solutions aux problèmes économiques, sociaux et de gouvernance auxquels ils sont confrontés.

 

Les 35 pays actuellement membres de l'OCDE sont : l'Allemagne, l'Australie, l'Autriche, la Belgique, le Canada, le Chili, la Corée, le Danemark, l'Espagne, l'Estonie, les États-Unis, la Finlande, la France, la Grèce, la Hongrie, l'Irlande, l'Islande, Israël, l'Italie, le Japon, la Lettonie, le Luxembourg, le Mexique, la Norvège, la Nouvelle-Zélande, les Pays-Bas, la Pologne, le Portugal, la République slovaque, la République tchèque, le Royaume-Uni, la Slovénie, la Suède, la Suisse et la Turquie.

 

Trois pays – la Colombie, le Costa Rica et la Lituanie – ont été officiellement invités à devenir membres de l'Organisation et leur processus d'adhésion est en cours.

 

 En savoir plus les travaux de l’OCDE portant sur la Colombie.

 

 

Documents connexes