Cambodge

L’Asie émergente devrait connaître une croissance robuste à moyen terme, mais les réformes institutionnelles seront essentielles pour l’avenir, selon le Centre de Développement de l’OCDE

 

Nay Pyi Taw, Myanmar, 13 novembre 2014 – Alors que les perspectives restent modérées pour de nombreux pays de l’OCDE, l’Asie émergente devrait connaître une croissance de moyen terme robuste, selon les dernières Perspectives économiques en Asie du Sud-Est, Chine et Inde. La croissance annuelle du PIB de l'Asean -10, la Chine et l'Inde sera en moyenne de 6,5% sur la période 2015-19. La dynamique de croissance reste robuste dans les 10 pays de l'ASEAN, avec une croissance économique de 5,6% en moyenne sur la période 2015-19. La région reste cependant exposée à des risques internes et externes, qui rendent essentiels la poursuite des réformes, l'intégration régionale et le renforcement des capacités institutionnelles.

Les Perspectives voient les grandes économies de l'ASEAN-5 – l’Indonésie, la Malaisie, les Philippines, la Thaïlande et le Viet Nam – maintenir leur dynamique de croissance sur le moyen terme, avec en premier lieu l'Indonésie (6,0%) et les Philippines (6,2%). Les perspectives économiques pour Brunei Darussalam et Singapour sont stables, tandis que le Cambodge, le Laos et le Myanmar verront leur croissance accélérer, et dépasser 7% par an.

En ce qui concerne les deux plus grandes économies émergentes de l'Asie, la Chine et l’Inde, la croissance de la Chine devrait ralentir à 6,8% sur la période 2015-19, dans la mesure où elle s’adapte à l'évolution démographique, au passage d'une croissance tirée par l’investissement à une croissance également tirée par la consommation, et à des défis dans le secteur de l'agriculture et dans le domaine de l’éducation, de même qu’à des défis environnementaux. La croissance de l'Inde devrait rester stable à 6,7%, avant tout renforcement potentiel résultant des plans de réforme du nouveau gouvernement.

« Alors que les économies émergentes d'Asie font preuve de résilience, elles restent exposées à plusieurs risques, y compris le ralentissement de la demande externe et l'instabilité politique de la région », a déclaré le Secrétaire général adjoint de l'OCDE, Monsieur Rintaro Tamaki, lors du lancement du rapport au Sommet de l’investissement et du commerce  de l'ASEAN au Myanmar. « Accélérer davantage le processus d'intégration régionale pour construire la Communauté économique de l'ASEAN d'ici à 2015 est nécessaire, tout comme le renforcement des capacités nationales dans les secteurs publics afin de soutenir la mise en œuvre des politiques qui favoriseront la croissance et le développement. »


« Des capacités institutionnelles renforcées et des gouvernements efficaces sont nécessaires dans la région pour favoriser une croissance durable et inclusive. Les Perspectives soulignent l'importance de poursuivre les réformes globales, bien conçues et avec un rythme approprié, tout en reconnaissant l'importance des contextes spécifiques à chaque pays dans l'élaboration de leurs résultats », a déclaré le Directeur du Centre de développement de l'OCDE, Monsieur Mario Pezzini.

Les objectifs des plans nationaux de développement à moyen terme identifient et reflètent bien les priorités des gouvernements. La traduction effective de ces objectifs en résultats a varié considérablement entre les pays et entre les domaines de politiques au sein des pays.

Par exemple, le plan national de développement à moyen terme de l'Indonésie (2010-2014) et le plan de développement des Philippines (2011-2016) ont contribué à de solides performances économiques dans les deux pays, mais des défis demeurent dans la réduction des inégalités. Les taux de croissance élevés, favorisés par le dixième plan de la Malaisie (2011-2015), ont mis le pays sur une voie favorable mais il reste encore beaucoup à faire pour atteindre les objectifs en termes d'inclusion et de durabilité. La Malaisie devra également améliorer ses niveaux de productivité pour devenir un pays à revenu élevé.

Les réformes du secteur public ont fait des progrès considérables en Asie du Sud-Est, Chine et Inde, bien que de nombreux pays de la région doivent apporter de nouvelles améliorations en vue d’atteindre un meilleur classement sur  l'Indice d'Efficacité du Gouvernement et d'autres mesures de performance du secteur public.

De même, l'Asie émergente a connu un succès mitigé dans la construction des institutions sur lesquelles reposent les marchés - telles que l’Etat de droit et l’exécution des contrats - et dans l'application des exigences fiscales et réglementaires dans le secteur privé. Il convient de remédier à ces faiblesses potentielles identifiées pour faire face à l'informalité, qui entrave le potentiel de croissance, et pour encourager le développement de marchés formels flexibles.

 

POUR PLUS D'INFORMATIONS, VEUILLEZ CONTACTER:

Le Centre de Développement de l'OCDE - Kensuke Tanaka (+33 01 45 24 87 33), Bochra Kriout (+33 01 45 24 82 96) - ou la Division des médias de l'OCDE (+33 01 45 24 97 00).

Pour plus d'informations sur la version préliminaire des Perspectives économiques pour l'Asie du Sud-Est, la Chine et l'Inde, comprenant des données  sur les politiques spécifiques par  pays, veuillez visiter la page internet: www.oecd.org/dev/economic-outlook-for-southeast-asia-china-and-india-23101113.htm.

Les perspectives contribuent au Programme régional pour l'Asie du Sud-Est de l'OCDE, lancé à la réunion du Conseil de l'OCDE au niveau des ministres de 2014. Le programme vise à favoriser l'échange de bonnes pratiques et l'apprentissage mutuel entre les décideurs des pays de l'OCDE et ceux de l'ASEAN.

 

Documents connexes