5èmes Journées parlementaires de l'OCDE - Programme

Mercredi 8 février 2017

 Centre de conférences de l'OCDE
2 rue André Pascal, Paris (16ème arrondissement) 

 

Toute la journée

Rencontres bilatérales avec des experts de l’OCDE et des représentants des délégations des pays membres de l’OCDE (sur demande)

13h30 - 14h30

Session d’information sur la bibliothèque en ligne (iLibrary) de l’OCDE - Salle CC20
Giulia Buson, Spécialiste Marketing OCDE iLibrary

15h00 - 16h30

Séance de travail: Mettre les travaux des Institutions budgétaires indépendantes au service de l’examen législatif - Salle CC9
Rolf Alter, Directeur, Gouvernance publique et développement territorial, OCDE
Commentateurs : Ints Dalderis, Membre du Parlement, Lettonie; Remo Holsmer, Membre du Parlement, Estonie; Fredrik Olovsson, Membre du Parlement, Suède

Les institutions budgétaires indépendantes telles que les offices parlementaires du budget et les conseils budgétaires œuvrent pour la qualité des politiques budgétaires et la pérennité des finances publiques. On considère aujourd’hui que ces institutions font partie des principales innovations de la nouvelle architecture de la gestion financière publique. Des études de cas réalisées par l’OCDE permettront de montrer les moyens que les institutions budgétaires indépendantes peuvent donner aux législatures en rehaussant la qualité du débat public sur la politique budgétaire et en amenant les gouvernements à rendre compte de leurs choix en la matière. Pendant cette séance, les parlementaires découvriront notre nouvelle base de données sur les institutions budgétaires indépendantes, qui est riche d’informations sur leur architecture et leur fonctionnement dans la zone OCDE.

Réunion du Réseau parlementaire mondial de l'OCDE

conjointement à la réunion annuelle de l'Assemblée parlementaire de l'OTAN ;
avec la participation du Forum mondial des femmes dans les parlements

 

Projet de Programme

 

Jeudi 9 février 2017

Centre de conférences de l'OCDE, CC6

Consultez les présentations

Président:

Anthony Gooch, Directeur, Direction des relations extérieures et de la communication, OCDE

08h30

Arrivée des participants et café de bienvenue

09h00 - 10h15

Pour une mondialisation réussie. Une conversation avec
Angel Gurría, Secrétaire général, OCDE

10h15 -10h30

Pause-café

10h30 -11h30

Sortir du piège de la croissance molle : l’Investissement
Catherine Mann, Économiste en chef, Représentante auprès du G20 Finance et Conseillère spéciale du Secrétaire général, OCDE
Commentateur : Giampaolo Galli, Membre du Parlement, Italie

L’économie mondiale reste prise au piège de la croissance molle, avec un PIB grippé en 2016 autour de 3 %, c’est-à-dire très en dessous, pour la cinquième année consécutive, de la moyenne de long terme. Cette dynamique de croissance décevante s’est traduite par une consommation et des investissements atones, entretenant un cercle vicieux d’améliorations médiocres de la productivité et de nouvelles déceptions sur le front de la croissance. La faiblesse de l’investissement compte pour beaucoup dans cette productivité médiocre : les dépenses en capital de la zone OCDE dépassent à peine le sommet atteint avant la crise, et sont loin d’avoir rejoint la trajectoire des reprises précédentes. Plus frappant encore, la faiblesse exceptionnelle des taux d’intérêt provoquée par la politique monétaire n’a pas stimulé l’investissement.

Des hausses de l’investissement sont nécessaires pour engager les économies sur le chemin d’une croissance plus vigoureuse ; pour cela, les pouvoirs publics doivent agir de manière décidée. Pendant sa présentation, la Chef économiste indiquera en quoi les initiatives et les réformes structurelles budgétaires peuvent engendrer davantage de croissance tout en préservant la soutenabilité de la dette.

11h30 - 12h20

Sortir du piège de la croissance molle : les Échanges
Ken Ash, Directeur, Échanges et Agriculture, OCDE
Commentateur : Hans Rothenberg, Membre du Parlement, Suède

Le commerce international connaît aujourd’hui de forts vents contraires déclenchés par un profond scepticisme au sein de l’opinion publique et par le sentiment largement partagé que la mondialisation fragilise l’individu économiquement, au lieu de le renforcer. Il nous faut reconnaître que les échanges ne peuvent profiter à tous que si les gouvernements mettent en œuvre l’intégralité de la panoplie des politiques nationales et internationales afin de s’assurer qu’une circulation transnationale plus libre et plus équitable des informations, des idées, des innovations technologiques, mais aussi des biens, des services, des capitaux et des personnes, profite à davantage d’individus. Les échanges et l’investissement sont des sources importantes de gains de productivité et des ingrédients essentiels des chaînes de valeur mondiales qui sous-tendent nos économies interconnectées.
 
Dans cette présentation, le Directeur des échanges et de l’agriculture à l’OCDE précisera en quoi la politique des échanges, envisagée comme l’un des éléments d’un programme d’action économique plus vaste, peut aider les pays à sortir du piège de la croissance molle.


12h20 Photo de groupe
12h30 - 13h30 Déjeuner – Château de la Muette 

13h30 - 14h45

L’articulation productivité-égalité
Gabriela Ramos, Directrice du Cabinet de l’OCDE, Sherpa au G20 et Conseillère spéciale du Secrétaire général, OCDE
Commentateurs : Liam Byrne, Membre du Parlement, Royaume Uni ; Enrique Calvet Chambon, Membre du Parlement Européen, Espagne 

Parmi la kyrielle de défis auxquels se heurtent nos économies, peu sont plus bloquants pour la performance économique que le ralentissement de la productivité et la progression des inégalités. Ces deux éléments sont-ils interdépendants ? Les travaux que l’OCDE a consacrés à l’articulation productivité-inclusivité, et qui ont été présentés à la Réunion du Conseil de l’OCDE au niveau des Ministres de 2016, exposent ce que nous savons des interactions entre productivité et inclusivité, ainsi que les déficits d’information et les politiques doublement fructueuses qui stimulent la productivité tout en s’attaquant aux inégalités.

Nous ne pouvons plus partir du postulat que les avancées permises par les mutations des entreprises et des technologies génèrent automatiquement une meilleure performance économique et une plus forte croissance de la productivité. Rien ne garantit que l’ensemble de la population tirera profit d’une croissance plus soutenue, ou d’une meilleure productivité dans tel ou tel secteur. Cette séance sera l’occasion de préciser aux législateurs les modalités d’une approche élargie et plus inclusive de la croissance de la productivité, centrée sur la manière d’étoffer les actifs productifs d’une économie en investissant dans les compétences des individus et en mettant en place un environnement dans lequel les entreprises ont de bonnes chances de réussir, y compris dans les régions en retard, et d’engendrer ainsi une croissance solide et durable, ainsi que des débouchés pour tous.

14h45 - 15h15 Pause-café
15h15 - 16h30

L’Agenda 2030 : financer le développement durable
Charlotte Petri Gornitzka, Présidente, Comité d’aide au développement, OCDE

Le monde a beaucoup évolué : la pauvreté est trois moindre qu’en 1970 et la prospérité économique va de l’avant. Mais il reste beaucoup à faire, en particulier s’agissant des pays à très faible revenu, ainsi qu’en matière d’alignement des efforts financiers et internationaux avec les Objectifs de développement durable (ODD). Le dispositif de l’Aide publique au développement (APD) constitue pour les donneurs un socle homogène d’assistance qui fait partie intégrante de l’architecture internationale du développement, en mesurant les efforts financiers des pays participants et en poursuivant un objectif global de régularité contributive. Le recueil de statistiques par l’OCDE et le passage en revue périodique des activités des membres par les pairs permettent de rendre compte des efforts et d’en assurer le bien-fondé.

Dans un monde de limitation permanente des budgets, les nations doivent continuer de financer leurs engagements à l’égard des ODD. Mais ce financement doit être durable et chercher à démultiplier les possibilités au maximum dans les secteurs tant public que privé. Cette présentation sera axée sur les réformes appliquées au Comité d’aide au développement et aux systèmes d’APD pour continuer d’assurer leur pertinence et leur adéquation dans ce paysage du développement en perpétuelle mutation.

16h30 - 17h45

Géographie de la productivité et du bien-être : quelles sont les sources du mécontentement ?
Rolf Alter
, Directeur, Gouvernance publique et développement territorial, OCDE

Des événements récents ont montré que la capacité de la classe politique à répondre aux besoins des citoyens suscitait un mécontentement croissant dont la répartition suit parfois une géographie particulière à l’intérieur des pays. Aurions-nous pu voir venir ce phénomène ?

Depuis plusieurs années, l’OCDE produit des travaux sur les régions et les villes qui peuvent contribuer à ce débat. Ceux-ci ont mis en lumière les disparités qui existent dans et entre les régions pour des indicateurs classiques comme le PIB par habitant, mais aussi des mesures plus diverses portant sur différents éléments de bien être importants pour les populations, comme l’accès à l’emploi, au logement et à la santé. Cette présentation montrera pourquoi nous devons porter notre réflexion au-delà des moyennes nationales afin de comprendre cette géographie de la performance. La perception qu’ont les citoyens de leurs conditions de vie compte aussi. Plus les responsables politiques et les citoyens seront en mesure d’observer et de suivre les performances au niveau qui importe, c’est-à-dire au niveau régional et local, plus il sera facile aux pouvoirs publics de tenir compte des préoccupations des populations. C’est pourquoi les indicateurs et les travaux de l’OCDE sur le développement régional, urbain et rural font partie des outils mis à la disposition des pays pour les aider à mieux répondre aux besoins de leurs électeurs.


18h00

Réception - Salle George Marshall

Vendredi 10 février 2017

Centre de conférences de l’OCDE

08h30 Arrivée des participants et café de bienvenue
09h00 - 10h15

PISA 2015
Andreas Schleicher, Directeur de l’éducation et des compétences et Conseiller spécial du Secrétaire général chargé de la politique de l'éducation, OCDE
Commentateur : Heli Järvinen, Membre of Parlement, Finlande ; Koen Daniëls, Membre du Parlement flamand, Belgique

Le Programme international pour le suivi des acquis des élèves de l’OCDE (PISA) n’examine pas seulement les connaissances des élèves en sciences, en lecture et en mathématiques, mais aussi ce qu’ils peuvent en faire. Les résultats du PISA permettent aux responsables publics de la planète de fixer à leurs politiques des objectifs mesurables à l’aune des résultats d’autres systèmes éducatifs, et de tirer des enseignements des politiques et des pratiques en vigueur ailleurs. Andreas Schleicher, Directeur, Éducation et compétences, synthétisera les résultats du PISA 2015 en sciences et l’attitude des élèves à l’égard des apprentissages scientifiques et d’une éventuelle carrière scientifique. La présentation passera également en revue l’évolution des performances et des inégalités parmi les pays participants, et précisera ce que les politiques d’éducation peuvent contribuer à améliorer dans ces deux domaines.

10h15 - 11h30

La prochaine génération de réformes des systèmes de santé
Mark Pearson, Directeur-ajoint, Direction de l’emploi, du travail et des affaires sociales, OCDE
Commentateur : Peter Koliba, Membre du Parlement, République tchèque

Trop longtemps, les réformes des systèmes de santé ont été développées de manière à répondre aux besoins des hôpitaux et médecins, plus qu’à ceux des patients.  Comment remédier à cette situation ? Guidée par le mandat des plus de trente Ministres de la Santé réunis à l’OCDE le mois dernier, l’OCDE est à la pointe d’une collaboration internationale qui vise à évaluer les performances des systèmes de santé en s’appuyant sur les bénéfices que les patients eux-mêmes estiment en retirer.

Toutefois, mieux mesurer la valeur ne saurait suffire sans également contrôler les dépenses de santé et lutter contre les gaspillages.  L’escalade des prix des médicaments n’est pas toujours associée à l’augmentation de leurs effets salutaires pour les patients. De même, jusqu’à un cinquième  des dépenses et activités de santé ne contribue pas à l’obtention de meilleurs résultats. Cette session examinera comment les gouvernements pourraient s’attaquer aux gaspillages dans la prestation des soins de santé, et remodeler l’industrie pharmaceutique afin de mieux répondre aux besoins des citoyens.

11h30 - 11h45 Pause-café
11h45 - 13h00

Le rôle des organisations internationales en favorisant de meilleures normes pour la mondialisation
Rolf Alter, Directeur, Gouvernance publique et développement territorial, OCDE

Les règles et les normes internationales opérationnelles ont fait la preuve de leur utilité pour une économie mondiale durable et un  bien-être partagé. Les organisations internationales jouent un rôle central dans l’élaboration de telles règles et il est important, par souci d’efficacité de ces entités, de comprendre comment elles fonctionnent et s’impliquent auprès des autres parties prenantes.
 
Afin d’apporter un éclairage sur l’établissement de normes à l’échelle internationale, cette présentation illustrera les travaux que l’OCDE a récemment consacrés à la collecte, à la comparaison et à l’évaluation des pratiques de 50 organisations internationales sous différents angles : dispositif de gouvernance, fonctionnement, gestion de la qualité, efforts de coopération. Ces travaux s’intéressent à différents types d’organisations et précisent comment on pourrait rendre leurs instruments juridiques et stratégiques plus efficaces, inclusifs et adaptés, dans l’optique d’apaiser l’insatisfaction que suscite actuellement la mondialisation du fait de règles du jeu disparates. Il est essentiel d’être conscient des défis que créent le suivi et l’évaluation de la mise en œuvre et de l’impact des normes et lignes directrices internationales, et d’assurer la transparence, la flexibilité, le ciblage et la coopération des organisations concernées afin d’en garantir la complémentarité.

13h00 - 13h15

Observations finales
Anthony Gooch, Directeur, Direction des relations extérieures et de la communication, OCDE


Après-midi Rencontres bilatérales avec des experts de l’OCDE et des représentants des délégations des pays membres de l’OCDE (sur demande)
14h30 - 16h00

1ère rencontre du Groupe parlementaire sur l’Intégrité et la Transparence
Présidente : Carol Guthrie, Chef des relations publiques et des médias, OCDE
Janos Bertok, Chef, Intégrité dans le secteur public, Gouvernance publique et développement territorial, OCDE
Stav Shaffir, Membre du parlement, Israël

Informations pratiques

Contact

Pour toute autre question ou commentaire, veuillez nous contacter à l'adresse parliamentarians@oecd.org.

Consultez 

 

Social

Suivez la réunion et engagez-vous avec @OECDlive et #OECDParl.

 

Lieu

Centre de conférences de l'OCDE (www.oecd.org/centredeconferences)

2, rue André Pascal
75016 Paris, France
Tel: 33 (0)1 45 24 82 00

 

Transport / Logement

L’OCDE ne pouvant couvrir les frais de transport ou de logement, les participants sont aimablement priés de prendre leurs propres dispositions en la matière.  

Consultez la liste des hôtels situés à proximité de l’OCDE.

 

Langues

Interprétation simultanée disponible en : 

  • Anglais
  • Français