L’OCDE publie de nouvelles données et analyses sur le large écart existant entre les pensions de retraite des hommes et des femmes

 

Ces données montrent que dans l’ensemble des pays européens membres de l’OCDE et aux États-Unis, les retraites versées aux individus de 65 ans et plus sont en moyenne 28 % inférieures pour les femmes que pour les hommes. L’écart est supérieur à 40 % en Allemagne, au Luxembourg, et aux Pays-Bas, tandis qu’en Estonie, les différences entre les sexes sont peu marquées. 

Les femmes âgées sont plus susceptibles d’avoir travaillé à temps partiel et occupé des emplois moins bien rémunérés. Dans la mesure où les pensions sont souvent liées au salaire, ces différences de carrière peuvent entraîner plus tard des disparités profondes sur le montant des pensions versées. De surcroît, le fait de s’être souvent davantage occupées des enfants ou de parents pendant leur vie fait que les femmes âgées n’ont pas suffisamment cotisé aux régimes de retraite et sont donc plus susceptibles de percevoir le montant minimum ou de relever du système de protection sociale. Les femmes âgées qui ne perçoivent pas de pension ne sont pas prises en compte dans l’indicateur de l'écart de pension moyen présenté dans le graphique ci-dessous.

Écart de pension moyen par rapport au montant total des pensions, 2011

Cependant, les régimes de retraite ne peuvent avoir qu’un effet mineur sur les écarts de revenu à la retraite entre hommes et femmes, dont le vrai motif tient à des décennies d’inégalités de carrière et de salaire. Même si aujourd’hui, les jeunes femmes cotisent davantage pour leur retraite, l’égalité de pension reste un défi face à des écarts de salaire persistants et à une répartition toujours inégale des tâches entre les parents. Les régimes de retraite ne sont pas conçus pour s’attaquer à ces problèmes et les résoudre. L’OCDE estime qu’une approche plus globale, réunissant les politiques sociale, familiale et de l’emploi, est nécessaire pour lutter contre les difficultés auxquelles se heurtent les femmes et les parents qui travaillent. 

Le Portail de l’OCDE sur la parité présente également de nouvelles données montrant qu’au cours des six dernières années, beaucoup plus de femmes ont consacré du temps à des activités bénévoles, désormais presque à égalité avec les hommes. Les plus fortes hausses de participation des femmes au bénévolat concernent l’Italie, la Slovaquie, le Canada et l’Estonie. Les hommes sont bien plus susceptibles de faire du bénévolat dans des associations sportives, alors que les femmes sont majoritaires dans le secteur social et la santé. Entre 2008 et 2014, le nombre total de bénévoles a augmenté dans de nombreux pays de l’OCDE, peut-être en raison d’une prise de conscience accrue des problèmes sociaux et environnementaux ainsi que d’un plus grand sens de la solidarité face aux difficultés économiques.

 Si vous écrivez un article sur un sujet lié à la problématique hommes-femmes, le Portail de l’OCDE sur la parité a également été mis à jour et constitue une source précieuse d’informations et d’analyses sur

 

Les données actualisées portent par exemple sur le taux de diplômés du supérieur selon le sexe, le taux d’emploi et les écarts de salaire entre hommes et femmes, ainsi que sur la proportion d’hommes et de femmes ayant contracté un emprunt auprès d’une institution financière. En outre, de nouveaux sujets sont mis en avant, notamment les femmes et le bénévolat, les différences d’utilisation d’internet entre hommes et femmes, les différences en termes de culture financière, l’aide aux États et économies fragiles ciblée sur l’égalité hommes-femmes, les écarts en matière d’instruction secondaire et les mariages précoces. 

L’OCDE va également publier, le jeudi 5 mars 2015, un rapport sur les études et la parité, intitulé L’égalité des sexes dans l’éducation – Aptitudes, comportement et confiance – plus de détails sur http://www.oecd.org/fr/presse/l-ocde-lance-son-premier-grand-rapport-sur-l-egalite-des-sexes-dans-l-education.htm.   

Pour obtenir de plus amples informations ou des commentaires à propos des écarts entre hommes et femmes en matière de pensions de retraite, les journalistes sont invités à prendre contact avec Anna d’Addio à la Division des politiques sociales de l’OCDE (tél. : + 33 1 45 24 87 09) ou la Division des médias de l'OCDE (tél. : + 33 1 45 24 97 00).

 

Documents connexes