Partager

Migrations

Etude économique de la Belgique, 2005 : Amplifier l'impact économique des migrations

 

Pour mieux intégrer les minorités ethniques sur le marché du travail, il faut de meilleurs résultats éducatifs et des mesures anti discrimination plus efficaces

Les résultats des minorités ethniques sur le marché du travail sont eux aussi médiocres. Leur taux d’emploi est inférieur de moitié à celui des Belges de souche et leur taux de chômage est triple. Les résultats éducatifs, médiocres en moyenne, expliquent en partie ces résultats. Selon l’étude PISA, l’écart de résultats éducatifs entre les Belges de souche et les immigrés (y compris la première génération) est l’un des plus marqués dans la zone de l’OCDE. Ces mauvais résultats éducatifs contribuent ensuite au faible niveau d’instruction des immigrés, qui connaissent une proportion relativement forte d’abandons scolaires et qui sont peu nombreux à suivre des études supérieures. Les mauvais résultats éducatifs des immigrés semblent principalement imputables à un faible niveau socioéconomique. Par conséquent, les mesures qui sont prises pour améliorer les résultats  des groupes sociaux défavorisés devraient être utiles pour les immigrés. Mais si certaines minorités ethniques démarrent mal leur parcours éducatif, c’est aussi parce qu’elles ne maîtrisent pas leur langue maternelle avant d’apprendre l’une des langues nationales de la Belgique. La Flandre a mis en place un dispositif en vertu duquel les enfants doivent d’abord maîtriser leur langue maternelle avant d’apprendre le Néerlandais. Si ce dispositif s’avère efficace, il faudrait l’élargir en couvrant la Communauté française. Un autre élément paraît nuire aux performances des immigrés sur le marché du travail : la discrimination. A en juger par des résultats d’enquêtes, un demandeur d’emploi d’une minorité ethnique a trois fois moins de chances d’être embauché qu’un Belge de souche ayant les mêmes qualifications. De fait, le taux d’emploi des immigrés diplômés de l’enseignement supérieur n’est plus élevé que celui des Belges de souche sans qualification. La réglementation anti discrimination est apparemment difficile à faire respecter. Il faudrait que le gouvernement consacre davantage de ressources à l’application de cette législation et qu’il finance des campagnes d’information pour lutter contre la discrimination. La réduction des frais nécessaires pour s’établir comme travailleur indépendant, plus particulièrement  en diminuant les coûts de création d’une entreprise et en allégeant les formalités administratives, aiderait également les minorités ethniques à contourner le handicap de la discrimination sur le marché du travail.

 

Retour à la page d'accueil de  l'Etude économique de l'OCDE de la Belgique 2005

 

Une synthèse (en format pdf) peut également être téléchargée. La Synthèse contient le résumé et les évaluations et recommandations de l'OCDE, mais pas nécessairement tous les graphiques disponibles dans les pages ci-dessus.

--------------------------------------------------

Pour consulter l'édition complète de l'Etude économique de l'OCDE sur la Belgique, cliquez sur :

 

Documents connexes