Etude économique du Mexique 2005

 

Publiée le 12 Septembre 2005

Une Etude économique est publiée tous les  1½ à 2 ans pour chaque pays membre de l'OCDE. 

Lire plus sur la préparation des Etudes.

Le texte ci-dessous présente le résumé des évaluations et des recommandations de OCDE.

Résumé

La gestion budgétaire a été performante ces dernières années et la politique monétaire de ciblage de l’inflation a contribué à ancrer les anticipations selon lesquelles la stabilité macroéconomique était bien installée. Qui plus est, le secteur financier a connu une importante transformation et le marché national des capitaux s’est diversifié et approfondi. Cela permettra aux autorités mexicaines de se préoccuper davantage des priorités à long terme, qui correspondent de plus en plus aux enjeux essentiels de l’action publique. Une croissance plus rapide des niveaux de vie exigera des réformes du régime fiscal de façon à financer le volume approprié de dépenses courantes et les besoins d’investissements à long terme. Les relations budgétaires entre les différents niveaux de l’administration doivent être repensées afin d’assurer une utilisation plus efficace et équitable des recettes. Une partie de l’augmentation des recettes pétrolières supplémentaires devrait être réservée au financement de certains programmes pluriannuels importants mais de durée déterminée. Des réformes majeures de l’éducation, du marché du travail, du secteur de l’électricité, des autres industries de réseau et des modes opératoires des acteurs économiques sont aussi souhaitables et contribueront à soutenir l’investissement des entreprises, aussi bien nationales qu’étrangères, prêtes à miser sur l’avenir du Mexique. Il importe que les réformes soient évaluées et jugées par les législateurs sur la base de leurs mérites intrinsèques, et non au travers du prisme de considérations politiques à court terme.

On s’attend à une poursuite de l’expansion économique, mais d’importants problèmes demeurent.

Après une forte reprise en 2004, la croissance de la production devrait s’établir en moyenne à un peu plus de 4 % sur les deux prochaines années. Le Mexique a mis en oeuvre des politiques macroéconomiques saines et a progressé dans une certaine mesure sur la voie des réformes structurelles requises ouvrant l’économie, améliorant le fonctionnement des marchés de produits et renforçant le secteur financier. Cependant, les niveaux de vie sont encore très loin de la moyenne de l’OCDE et, bien qu’elle ait reculé au cours des 4 dernières années, la pauvreté reste répandue. La croissance du PIB potentiel est trop lente pour réduire l’écart de revenu. La première cause du retard persistant du Mexique est le faible niveau de la productivité de la main-d'oeuvre et sa lente progression. L'enjeu essentiel à moyen terme est d'accélérer la croissance grâce a un approfondissement du processus de réforme, en tirant parti des synergies resultant d'actions simultanées sur un large front et en assurant une mise en oeuvre efficace.  Pourtant, ces dernieres années, beaucoup d'occasions de réformes importantes n'ont pas été saisies. Une action est nécessaire sur le front de l'éducation ainsi que pour faciliter l'activité des entreprises. Le cadre de la politique budgétaire devrait aussi être renforcé afin d'assurer le financement des besoins de developpement sur une base durable.

L'amélioration de la performance du systeme éducatif est une priorité.

Le capital humain est le plus faible de la zone OCDE et le systeme éducatif n'obtient pas de résultats suffisamment bons pour réduire le retard à un rythme acceptable. Les enfants mexicains passent encore relativement peu d'années dans l'éducation formelle et n'en bénéficient pas autant qu'ils le devraient, de sorte que la faiblesse des acquis scolaires se reproduit d'une génération à l'autre, et avec elle la persistance de la pauvreté. Il convient de remédier aux inefficiences au niveau des dépenses et à la mauvaise affectation des ressources. Il faut ainsi résister aux pressions en faveur de hausses injustifiées des salaires réels des enseignants, tout en dépensant plus pour des postes non salariaux indispensables; mieux former les enseignants et les directeurs détablissement; introduire des mécanismes de sanction et de récompense crédibles; et transférer davantage de responsabilités aux établissements. La généralisation de l'enseignement prescolaire, qui détourne des ressources de l'expansion nécessaire du deuxieme cycle d'enseignement secondaire, doit être limitée à la dernière année de maternelle et aux enfants des familles à faible revenu qui en ont le plus besoin. Coté positif, il existe des programmes prometteurs destinés a accelérer la diffusion des technologies de l'information en milieu scolaire (tels que le programme Enciclomedia).

Lire aussi ECO Document de travail 447 Le challenge de l'éducation au Mexique: donner une éducation de qualité à tous

L'amélioration des conditions de l'activite économique et de l'investissement contribuera aussi a une plus forte croissance de la productivité.

Les investissements privés et le développement du secteur formel sont limités par un ensemble de facteurs : réglementation des marchés de produits toujours restrictive et formalités administratives lourdes (y compris pour la création d'entreprises), protection stricte de l'emploi formel, déficiences au niveau de la primauté du droit et procédures judiciaires inefficaces. Nombre de mesures prometteuses ont deja été prises; l'essentiel est de bien assurer leur application. La création d'entreprises est devenue une priorité. Les nouveaux programmes destinés à alléger le fardeau administratif des jeunes entreprises devraient être élargis a l'ensemble du territoire national. La suppression des obstacles juridiques a l'investissement privé dans le secteur de l'électricité et l'application effective d'un cadre réglementaire non dscriminatoire et favorable à la concurrence dans les autres industries de réseau faciliteraient aussi les activités des entreprises et l'investissement. L'abandon de la réforme du marché du travail est regrettable ; cette réforme devrait être remise a l'ordre du jour.

Les autorités sont aussi confrontées à plusieurs problèmes budgétaires.

Bien que la discipline budgétaire soit généralement bonne, le cadre budgétaire de moyen terme actuel devrait être renforcé et érigé en loi. Des efforts ont été accomplis afin que la manne pétrolière soit utilisée pour investir et épargner, mais des directives plus strictes sont nécessaires pour faire face à la situation actuelle des recettes pétrolières, qui sont élevées mais pourraient ne pas toujours rester à ce niveau. Ces ressources supplémentaires devraient être utilisées ou dépensées sagement, en mettant en place un important Fonds de stabilisation des recettes pétrolières, en réduisant l'endettement public et en financant les investissements. Il y a aussi des priorités de développement (éducation de base, santé, infrastructure, réduction de la pauvreté) qui exigent des financements supplémentaires prévisibles. Une réforme fiscale propre à accroitre les recettes, tout en réduisant les distorsions, est indispensable pour faire face à ces besoins.

La répartition des compétences et des responsabilités entre les niveaux d'administration devrait être revue de facon à tirer le meilleur parti de la décentralisation du secteur public.

Le niveau fédéral a gardé la majeure partie de ses competences en matière d'impôts, alors que les Etats se sont vu transférer des compétences essentielles en matière de dépenses et ont une importante autonomie d'emprunt. Les principaux enjeux sont d'assurer une prestation efficace par rapport aux coûts des services publics ainsi que l'équité d'acces à ces services. Il faudra pour cela accroître l'obligation de rendre des comptes pour les Etats et municipalités, en précisant l'attribution des responsabilités en matière de dépenses entre les niveaux de l'administration et en faisant mieux correspondre les responsabilités dans le domaine des dépenses avec les compétences pour lever des impôts. Une réforme du système de transferts du gouvernement fédéral vers les collectivités territoriales est nécessaire pour améliorer les incitations en faveur de l'efficience et réduire les larges disparités de ressources financières entre les juridictions. Les mécanismes propres à discipliner le comportement budgétaire des collectivités territoriales devraient etre renforcés.

A paraître ECO Document de travail 453 Optimiser l'impact de la décentralisation au Mexique 

 

________________

Télécharger la Synthèse (en pdf). La Synthèse contient les évaluations et recommandations de l'OCDE.

Pour consulter l'édition complète de l'Etude économique de l'OCDE du Mexique 2005:

  • Les lecteurs d'organismes abonnés peuvent aller à SourceOCDE.
  • Les non-abonnés peuvent acheter la version électronique (format pdf) et/ou la version imprimée à notre Librairie en ligne.
  • La fonction publique peut s'inscrire à OLISnet, "Recherche d'une publication"
  • Les journalistes accrédités peuvent accéder à leur site protégé par un code d'accès

Des informations complémentaires sur cette Etude peuvent être obtenues auprès du Bureau Mexique du Département des affaires économiques de l'OCDE à webmaster@oecd.org. Ce rapport du Secrétariat de l'OCDE a été préparé par Bénédicte Larre, Stéphanie Guichard et Isabelle Joumard sous la direction de Nicholas Vanston.

________________



 

 

 

 

Also Available

Countries list

  • Afghanistan
  • Afrique du Sud
  • Albanie
  • Algérie
  • Allemagne
  • Andorre
  • Angola
  • Anguilla
  • Antigua-et-Barbuda
  • Antilles Néerlandaises
  • Arabie Saoudite
  • Argentine
  • Arménie
  • Aruba
  • Australie
  • Autorité Nationale Palestinienne
  • Autriche
  • Azerbaïdjan
  • Bahamas
  • Bahreïn
  • Bangladesh
  • Barbade
  • Belgique
  • Belize
  • Bermudes
  • Bhoutan
  • Bolivie
  • Bosnie-Herzégovine
  • Botswana
  • Brunéi Darussalam
  • Brésil
  • Bulgarie
  • Burkina Faso
  • Burundi
  • Bélarus
  • Bénin
  • Cambodge
  • Cameroun
  • Canada
  • Cap-Vert
  • Caïmanes, Îles
  • Centrafricaine, République
  • Chili
  • Chine (République populaire de)
  • Chypre
  • Colombie
  • Comores
  • Congo, La République Démocratique du
  • Corée
  • Corée, République Populaire Démocratique de
  • Costa Rica
  • Croatie
  • Cuba
  • Côte D'ivoire
  • Danemark
  • Djibouti
  • Dominicaine, République
  • Dominique
  • Egypte
  • El Salvador
  • Emirats Arabes Unis
  • Equateur
  • Erythrée
  • Espagne
  • Estonie
  • Etats Fédérés de Micronésie
  • Etats-Unis
  • Ethiopie
  • ex-République yougouslave de Macédoine (ERYM)
  • Fidji
  • Finlande
  • France
  • Gabon
  • Gambie
  • Ghana
  • Gibraltar
  • Grenade
  • Groenland
  • Grèce
  • Guatemala
  • Guernesey
  • Guinée Équatoriale
  • Guinée-Bissau
  • Guinéee
  • Guyana
  • Guyane Française
  • Géorgie
  • Haïti
  • Honduras
  • Hong Kong, Chine
  • Hongrie
  • Ile de Man
  • Ile Maurice
  • Iles Cook
  • Iles Féroé
  • Iles Marshall
  • Iles Vierges Britanniques
  • Iles Vierges des États-Unis
  • Inde
  • Indonésie
  • Iraq
  • Irlande
  • Islande
  • Israël
  • Italie
  • Jamaïque
  • Japon
  • Jersey
  • Jordanie
  • Kazakstan
  • Kenya
  • Kirghizistan
  • Kiribati
  • Koweït
  • l'Union européenne
  • Lao, République Démocratique Populaire
  • le Taipei chinois
  • Lesotho
  • Lettonie
  • Liban
  • Libye
  • Libéria
  • Liechtenstein
  • Lituanie
  • Luxembourg
  • Macao
  • Madagascar
  • Malaisie
  • Malawi
  • Maldives
  • Mali
  • Malte
  • Maroc
  • Mauritanie
  • Mayotte
  • Mexique
  • Moldova
  • Monaco
  • Mongolie
  • Montserrat
  • Monténégro
  • Mozambique
  • Myanmar
  • Namibie
  • Nauru
  • Nicaragua
  • Niger
  • Nigéria
  • Nioué
  • Norvège
  • Nouvelle-Zélande
  • Népal
  • Oman
  • Ouganda
  • Ouzbékistan
  • Pakistan
  • Palaos
  • Panama
  • Papouasie-Nouvelle-Guinée
  • Paraguay
  • Pays-Bas
  • Philippines
  • Pologne
  • Porto Rico
  • Portugal
  • Pérou
  • Qatar
  • Roumanie
  • Royaume-Uni
  • Russie, Fédération de
  • Rwanda
  • République du Congo
  • République Islamique d' Iran
  • République Tchèque
  • Sahara Occidental
  • Saint-Kitts-et-Nevis
  • Saint-Marin
  • Saint-Vincent-et-les Grenadines
  • Sainte-Hélène
  • Sainte-Lucie
  • Salomon, Îles
  • Samoa
  • Sao Tomé-et-Principe
  • Serbie
  • Serbie et Monténégro (avant juin 2006)
  • Seychelles
  • Sierra Leone
  • Singapour
  • Slovaquie
  • Slovénie
  • Somalie
  • Soudan
  • Soudan du Sud
  • Sri Lanka
  • Suisse
  • Suriname
  • Suède
  • Swaziland
  • Syrienne, République Arabe
  • Sénégal
  • Tadjikistan
  • Tanzanie
  • Tchad
  • Thaïlande
  • Timor-Leste (Timor Oriental)
  • Togo
  • Tokelau
  • Tonga
  • Trinité-et-Tobago
  • Tunisie
  • Turkménistan
  • Turks et Caïques, Îles
  • Turquie
  • Tuvalu
  • Ukraine
  • Uruguay
  • Vanuatu
  • Venezuela
  • Viêt Nam
  • Wallis et Futuna
  • Yémen
  • Zambie
  • Zimbabwe