Luxembourg

Le Luxembourg doit diversifier son économie et préserver la solidité et la résilience de son secteur financier

 

27/03/2015 - Le Luxembourg a bien résisté à la crise économique mondiale, mais doit prendre des mesures supplémentaires pour favoriser la diversification de son économie tout en continuant de garantir la bonne santé de son secteur financier, d’après la dernière Étude économique du Luxembourg réalisée par l'OCDE.

 

Cette Étude, présentée au Luxembourg par le Secrétaire général de l’OCDE M. Angel Gurría et le ministre luxembourgeois des Finances M. Pierre Gramegna, souligne le rôle central joué par le secteur financier en tant que source de revenus élevés et d’emploi. Elle souligne également les risques à moyen terme que fait peser sur l’économie la dépendance à l’égard d’un seul secteur d’activité, et contient des recommandations portant sur un éventail de réformes destinées à soutenir l’émergence de nouveaux secteurs d’activités innovants. 

 

« Le Luxembourg est l’un des pays les plus prospères de l’OCDE, affichant des niveaux enviables de revenus et de bien-être qui sont largement attribuables aux performances du secteur financier » a déclaré M. Gurría. « En revanche, garantir aux générations futures des niveaux de vie élevés nécessitera d’intensifier la diversification économique, en s’appuyant sur une réforme structurelle. Renforcer le système éducatif, stimuler l’innovation et accroître le taux d’activité des femmes devraient être des volets importants de la stratégie à long terme du Luxembourg. »

 

Une réglementation financière de qualité sera essentielle pour renforcer la performance et la résilience du secteur financier, selon l’Étude. Dans le cadre de cette stratégie, les autorités de réglementation devraient faire en sorte que les ratios de fonds propres des intermédiaires financiers restent élevés, afin qu’ils puissent faire face à des chocs extérieurs potentiels sur les marchés de capitaux et à d’éventuels risques immobiliers au sein de l’économie nationale.

 

L’évaluation des risques systémiques devrait se fonder sur un cadre global prenant en compte les liens entre les banques et les acteurs des marchés de capitaux, en particulier les fonds de placement. Une grosse partie des banques du Luxembourg étant des filiales de groupes étrangers, les autorités devraient s’efforcer de mettre en place des procédures pour qu’il soit possible que les grandes banques puissent faire l’objet d’une résolution transnationale, peut-on lire dans l’Étude.

 

Une réglementation financière de qualité sera essentielle pour renforcer la performance et la résilience du secteur financier, selon l’Étude. Dans le cadre de cette stratégie, les autorités de réglementation devraient faire en sorte que les ratios de fonds propres des intermédiaires financiers restent élevés, afin qu’ils puissent faire face à des chocs extérieurs potentiels sur les marchés de capitaux et à d’éventuels risques immobiliers au sein de l’économie nationale.

 

L’évaluation des risques systémiques devrait se fonder sur un cadre global prenant en compte les liens entre les banques et les acteurs des marchés de capitaux, en particulier les fonds de placement. Une grosse partie des banques du Luxembourg étant des filiales de groupes étrangers, les autorités devraient s’efforcer de mettre en place des procédures pour qu’il soit possible que les grandes banques puissent faire l’objet d’une résolution transnationale, peut-on lire dans l’Étude.

 

De plus, le Luxembourg devrait mettre en œuvre les mesures restant à prendre pour améliorer sa réglementation en matière de transparence fiscale, et continuer de participer activement aux négociations internationales sur une action concertée pour lutter contre l’érosion de la base d’imposition et le transfert de bénéfices des entreprises multinationales, en modifiant si nécessaire sa législation nationale. Le Luxembourg a déjà réalisé des progrès importants pour une plus grande transparence fiscale, en étant l’un des adopteurs précoces de la norme mondiale sur l’échange automatique d’informations.

 

L’OCDE recommande également au Luxembourg de mettre en œuvre une série de mesures pour diversifier son économie et accroître sa productivité :

 

  • Stimuler l’innovation en développant l’investissement dans le capital intellectuel, en augmentant ses dépenses de R-D et en resserrant les liens entre les établissements de recherche et le secteur privé ;
  • Favoriser une réglementation plus propice à la concurrence dans le secteur des services ;
  • Augmenter les incitations à l’entrepreneuriat ;
  • Renforcer le système éducatif ; et 
  • Accroître le taux d’activité des femmes.

 

 

 
 

Une Synthèse de l’Étude économique du Luxembourg reprenant les principales conclusions est librement consultable ici : http://oecd.org/fr/luxembourg/etude-economique-luxembourg.htm. Vous êtes invités à inclure ce lien internet dans vos articles sur l’Étude.

 

Une version intégrable de l’Étude économique est également disponible, de même que des informations sur les versions téléchargeable et imprimée.

 

Pour toute information complémentaire, les journalistes sont priés de s’adresser à Eckhard Wurzel du Département des affaires économiques de l’OCDE ou à la Division des Médias de l’OCDE (+33 1 4524 9700).

 

 

 

 

Documents connexes