Etude économique du Luxembourg 2010

 

 Résumé des chapitres | Obtenir cette publication | Informations complémentaires

 

La prochaine Etude économique du Luxembourg sera préparée pour 2012.

 

   

 

Une Etude économique est publiée tous les 1½ à 2 ans pour chaque pays membre de l'OCDE. Pour en savoir plus, lire la préparation des Etudes.

 

Vous pouvez télécharger une présentation générale (format pdf) de l'étude économique du Luxembourg. Elle contient le résumé, les recommandations et évaluations de l'OCDE et un résumé des chapitres tels que ci-dessous:

 

Ajouter cette page à vos favoris : www.oecd.org/eco/etudes/luxembourg

 

Résumé des chapitres

Chapitre 1. Sortir de la crise

Le Luxembourg a connu une sévère récession sous l’effet de la crise financière internationale. La production s’est fortement contractée et le chômage a augmenté. L’économie luxembourgeoise s’est trouvé largement exposée au mouvement de repli du commerce mondial et son centre financier a été durement touché. Néanmoins, les mesures de soutien monétaire adoptées au niveau de la zone euro et un plan de relance budgétaire ont permis de stabiliser l’économie. Bien que la reprise soit engagée, la demande va sans doute subir les conséquences d’une dégradation de la compétitivité, de l’assainissement nécessaire des finances publiques et d’une baisse de la production potentielle. La croissance sera probablement plus faible au cours des années à venir qu’avant la crise, mais le niveau de vie restera élevé. La situation budgétaire s’est détériorée rapidement sous l’effet d’une forte contraction des recettes fiscales provenant du secteur financier, des importantes mesures de relance budgétaire et de l’augmentation des dépenses. Le plan d’assainissement qui a été élaboré doit être mis en œuvre ; il pourrait même être plus ambitieux, étant donné la pression des dépenses sur le long terme. L’effort d’assainissement serait d’autant plus efficace qu’il s’accompagnerait d’un programme pluriannuel plus détaillé de limitation des dépenses courantes. Il serait également utile de renforcer les institutions budgétaires. Du point de vue de la viabilité des finances publiques, le principal problème tient au coût très important des futures retraites, les effets du vieillissement étant amplifiés par la pyramide des âges des travailleurs frontaliers. Des réserves importantes sont actuellement constituées, mais il faut limiter le niveau des pensions, déjà élevé, en réformant en profondeur le système de retraite. L’assainissement budgétaire requis offre une occasion d’améliorer l’efficience du secteur public, de moderniser la gestion publique et d’accroître le rapport coût-efficacité. Une meilleure maîtrise des coûts du système de santé permettrait de réaliser des gains d’efficience.

 

Chapitre 2. Améliorer durablement le niveau de vie

Le Luxembourg a connu une croissance rapide et soutenue au cours des 25 dernières années et son niveau de vie est le plus élevé de la zone OCDE. Néanmoins, compte tenu de la crise, il risque aujourd'hui de voir ses performances se dégrader au cours des années à venir, même si le niveau de vie demeure élevé. Cela souligne l'importance de politiques structurelles contribuant à dynamiser la croissance et à pérenniser ces niveaux de revenu élevés. Au-delà des mesures destinées à améliorer le fonctionnement du marché du travail et l'efficacité du secteur public, un certain nombre de priorités d'action se dégagent. Les résultats du système d'enseignement sont relativement médiocres : il ne permet pas de satisfaire la demande de travailleurs hautement qualifiés et les résidents éprouvent des difficultés à trouver un emploi. Les réformes essentielles destinées à améliorer le système d'enseignement qui sont en cours sont les bienvenues. La réglementation des marchés de produits est très restrictive, en particulier dans les services professionnels et le commerce de détail. Cela se traduit par des prix élevés et des problèmes d'inefficience. L'application de la politique de la concurrence laisse à désirer, en raison de l'insuffisance des ressources qui lui sont affectées et de la structure fragmentée des autorités de la concurrence. Les coûts de logement sont élevés comparés à ceux observés à la périphérie du Luxembourg et dans les autres centres financiers, ce qui contribue à l'ampleur des migrations journalières domicile-travail. Accroître l'offre de logements est un objectif reconnu, mais sa réalisation se heurte à des obstacles inhérents à l'action publique qui limitent la construction de biens immobiliers d'habitation. Or, dans le même temps, la demande de logements est stimulée par des avantages fiscaux. L'infrastructure de transport est en cours de modernisation et d'extension. Néanmoins, il serait possible d'utiliser le réseau existant plus efficacement en appliquant des redevances d'utilisation. Le Luxembourg se caractérise par un des niveaux d'émission de CO2 par habitant les plus élevés de la zone OCDE. Il s'est engagé à le réduire fortement, et des mesures destinées à améliorer l'efficacité énergétique du Luxembourg sont en train d'être mises en place. Le principal problème réside cependant dans les ventes considérables de carburants à des résidents des pays voisins. Les taxes sur les véhicules automobiles et sur les carburants ont certes augmenté, mais il est possible d'aller plus loin.

 

Chapitre 3. Améliorer le fonctionnement du marché du travail

La croissance économique rapide que le Luxembourg a connue au cours des deux décennies écoulées s’est traduite par une expansion considérable de l’emploi, attirant principalement des travailleurs frontaliers et, dans une moindre mesure, de la main-d’œuvre immigrée. Le chômage est resté faible en comparaison des autres pays européens. Ces importantes évolutions sociales ont été absorbées sans accentuation notable des disparités de revenu, grâce à un système généreux de protection sociale que le Luxembourg a pu s’offrir du fait de la vigueur de son économie. Cette belle image d’ensemble masque toutefois des faiblesses dans la conception des institutions du marché du travail et des transferts sociaux qui émoussent les incitations à travailler pour les résidents. Malgré le dynamisme de l’économie, il en est résulté des taux d’emploi moins élevés pour certains groupes de résidents, notamment ceux qui font fonction de second apporteur de revenu, les jeunes ou les seniors, ou ceux qui sont issus de milieux socioéconomiques moins favorisés. Par ailleurs, les incitations offertes par les institutions du marché du travail existantes pourraient rendre plus difficile l’ajustement à l’évolution des perspectives économiques. Il serait possible d’améliorer le fonctionnement et l’adaptabilité du marché du travail sans saper la cohésion sociale par une série de mesures associées. Il s’agirait notamment de fixer les ajustements de salaire minimum plus étroitement en fonction de la situation économique, ce qui pourrait se faire par un Conseil sur le salaire minimum, et par un assouplissement de la législation relative à la protection de l’emploi. Afin d’accroître les incitations des résidents, les prestations sociales devraient être découplées des salaires moyens et les transferts sociaux pourraient être réorientés vers un système de prestations subordonnées à l’existence d’une activité.

 

Chapitre 4. La place financière luxembourgeoise et la crise financière internationale

L’évolution du Luxembourg en un centre financier d’importance majeure au niveau international au cours des dernières décennies a joué un rôle déterminant dans le développement économique du pays, et le secteur financier occupe désormais une large place dans l’activité, l’emploi et les recettes publiques. Le centre financier, qui est spécialisé dans la gestion de la liquidité interbancaire pour les banques internationales et les activités de gestion d’actifs, a été touché de plein fouet par la crise financière mondiale, les bilans bancaires se contractant sensiblement sous l’effet essentiellement d’une diminution des prêts interbancaires et d’un recul de la valeur des actifs sous gestion lié à la baisse des cours des valeurs mobilières. Deux grandes banques transfrontalières, soumises à de fortes pressions, ont été soutenues par les autorités luxembourgeoises et leurs pays d’origine, alors que trois filiales de petite taille de banques étrangères ont été placées sous administration judiciaire. Cependant, l’incidence sur l’économie du Luxembourg au sens large pourrait être plus limitée que prévu. La crise a eu une incidence directe importante sur l’activité financière et les recettes fiscales, mais la baisse des effectifs dans le secteur financier a été modérée jusqu’ici. L’aide apportée au secteur bancaire est restée d’une ampleur maîtrisable. Malgré la très grande taille du secteur financier par rapport à l’ensemble de l’économie, l’impact global a été atténué par le faible lien entre les activités du centre financier et la fourniture de crédits à l’économie locale, la place plus importante occupée par la gestion de la liquidité que par l’activité de prêt au secteur non financier et la forte participation étrangère au capital des principaux établissements. Néanmoins, la crise a mis en évidence certains des risques inhérents aux activités du secteur financier. En particulier, il importe que la régulation de la liquidité soit efficace et que la surveillance transfrontalière fonctionne bien. Le mécanisme de résolution des défaillances bancaires semble avoir été assez efficace, bien qu’il soit possible de renforcer le dispositif de garantie des dépôts. Dans le sillage de la crise, des changements importants interviendront dans le secteur financier et dans l’environnement réglementaire international. En outre, une nouvelle directive de l’UE sur les organismes de placement collectif en valeurs mobilières (OPCVM IV) conduira vraisemblablement à une restructuration des activités de gestion d’actifs. Ce sera un défi important pour le Luxembourg, qui devra s’adapter à ces changements, tout en s’assurant que son secteur financier reste performant et continue de se développer.

 

Obtenir cette publication

 

Pour consulter l'édition complète de l'Etude économique de l'OCDE du Luxembourg :

  • Les lecteurs des établissements abonnés à SourceOCDE peuvent y accéder via notre bibliothèque en ligne.

  • Ceux qui ne souscrivent pas ont la possibilité de l'acheter à notre Librairie en ligne.

  • Passer commande auprès de votre distributeur local.

  • Les fonctionnaires gouvernmentaux disposant d'un compte (inscription) doivent cliquer sur l'onglet "Publications" sur Olis.

  • Les journalistes accrédités ont la possibilité de demander l'accès à un site protégé par un mot de passe .

 

Informations complémentaires

Des informations complémentaires sur cette Etude peuvent être obtenues auprès du Bureau du Luxembourg du Département des affaires économiques de l'OCDE à eco.survey@oecd.org.

Ce rapport du Secrétariat de l'OCDE a été préparé par  Sebastian Barnes, Artur Radziwill et Jeremy Lawson  sous la direction de Piritta Sorsa. La recherche statistique a été effectuée par Agnès Cavaciuti, Ane Kathrine Christensen et Isabelle Duong.

 

 

 

Countries list

  • Afghanistan
  • Afrique du Sud
  • Albanie
  • Algérie
  • Allemagne
  • Andorre
  • Angola
  • Anguilla
  • Antigua-et-Barbuda
  • Antilles Néerlandaises
  • Arabie Saoudite
  • Argentine
  • Arménie
  • Aruba
  • Australie
  • Autorité Nationale Palestinienne
  • Autriche
  • Azerbaïdjan
  • Bahamas
  • Bahreïn
  • Bangladesh
  • Barbade
  • Belgique
  • Belize
  • Bermudes
  • Bhoutan
  • Bolivie
  • Bosnie-Herzégovine
  • Botswana
  • Brunéi Darussalam
  • Brésil
  • Bulgarie
  • Burkina Faso
  • Burundi
  • Bélarus
  • Bénin
  • Cambodge
  • Cameroun
  • Canada
  • Cap-Vert
  • Caïmanes, Îles
  • Centrafricaine, République
  • Chili
  • Chine (République populaire de)
  • Chypre
  • Colombie
  • Comores
  • Congo, La République Démocratique du
  • Corée
  • Corée, République Populaire Démocratique de
  • Costa Rica
  • Croatie
  • Cuba
  • Côte D'ivoire
  • Danemark
  • Djibouti
  • Dominicaine, République
  • Dominique
  • Egypte
  • El Salvador
  • Emirats Arabes Unis
  • Equateur
  • Erythrée
  • Espagne
  • Estonie
  • Etats Fédérés de Micronésie
  • Etats-Unis
  • Ethiopie
  • ex-République yougouslave de Macédoine (ERYM)
  • Fidji
  • Finlande
  • France
  • Gabon
  • Gambie
  • Ghana
  • Gibraltar
  • Grenade
  • Groenland
  • Grèce
  • Guatemala
  • Guernesey
  • Guinée Équatoriale
  • Guinée-Bissau
  • Guinéee
  • Guyana
  • Guyane Française
  • Géorgie
  • Haïti
  • Honduras
  • Hong Kong, Chine
  • Hongrie
  • Ile de Man
  • Ile Maurice
  • Iles Cook
  • Iles Féroé
  • Iles Marshall
  • Iles Vierges Britanniques
  • Iles Vierges des États-Unis
  • Inde
  • Indonésie
  • Iraq
  • Irlande
  • Islande
  • Israël
  • Italie
  • Jamaïque
  • Japon
  • Jersey
  • Jordanie
  • Kazakstan
  • Kenya
  • Kirghizistan
  • Kiribati
  • Koweït
  • l'Union européenne
  • Lao, République Démocratique Populaire
  • le Taipei chinois
  • Lesotho
  • Lettonie
  • Liban
  • Libye
  • Libéria
  • Liechtenstein
  • Lituanie
  • Luxembourg
  • Macao
  • Madagascar
  • Malaisie
  • Malawi
  • Maldives
  • Mali
  • Malte
  • Maroc
  • Mauritanie
  • Mayotte
  • Mexique
  • Moldova
  • Monaco
  • Mongolie
  • Montserrat
  • Monténégro
  • Mozambique
  • Myanmar
  • Namibie
  • Nauru
  • Nicaragua
  • Niger
  • Nigéria
  • Nioué
  • Norvège
  • Nouvelle-Zélande
  • Népal
  • Oman
  • Ouganda
  • Ouzbékistan
  • Pakistan
  • Palaos
  • Panama
  • Papouasie-Nouvelle-Guinée
  • Paraguay
  • Pays-Bas
  • Philippines
  • Pologne
  • Porto Rico
  • Portugal
  • Pérou
  • Qatar
  • Roumanie
  • Royaume-Uni
  • Russie, Fédération de
  • Rwanda
  • République du Congo
  • République Islamique d' Iran
  • République Tchèque
  • Sahara Occidental
  • Saint-Kitts-et-Nevis
  • Saint-Marin
  • Saint-Vincent-et-les Grenadines
  • Sainte-Hélène
  • Sainte-Lucie
  • Salomon, Îles
  • Samoa
  • Sao Tomé-et-Principe
  • Serbie
  • Serbie et Monténégro (avant juin 2006)
  • Seychelles
  • Sierra Leone
  • Singapour
  • Slovaquie
  • Slovénie
  • Somalie
  • Soudan
  • Soudan du Sud
  • Sri Lanka
  • Suisse
  • Suriname
  • Suède
  • Swaziland
  • Syrienne, République Arabe
  • Sénégal
  • Tadjikistan
  • Tanzanie
  • Tchad
  • Thaïlande
  • Timor-Leste (Timor Oriental)
  • Togo
  • Tokelau
  • Tonga
  • Trinité-et-Tobago
  • Tunisie
  • Turkménistan
  • Turks et Caïques, Îles
  • Turquie
  • Tuvalu
  • Ukraine
  • Uruguay
  • Vanuatu
  • Venezuela
  • Viêt Nam
  • Wallis et Futuna
  • Yémen
  • Zambie
  • Zimbabwe