Etude économique du Luxembourg 2008 : Pour un enseignement efficace : améliorer les aptitudes des élèves en accordant plus d’autonomie aux établissements scolaires

 

Contenu | Résumé Résumé | Obtenir cette publication | Information complémentaires

 

Les évaluations et recommandations suivantes sont extraites du chapitre 5 de l'Etude économique du Luxembourg,  publiée le 1er Juillet 2008.

 

Contenu                                                                                                                          

Des réformes éducatives sont nécessaires pour améliorer les qualifications et facilite le passage de l’école à la vie active

Un chapitre détaillé a été consacré dans la précédente Étude à l’amélioration des résultats éducatifs relativement médiocres, tels que mesurés lors des tests PISA 2003. Dans le cadre de la présente Étude, dont le thème principal est l’amélioration de l’efficience du secteur public, on se demandera comment mieux utiliser des ressources éducatives d’un volume élevé. Les deux principaux problèmes recensés dans la dernière Étude étaient la très grande hétérogénéité des élèves du point de vue de la nationalité et le poids de l’enseignement linguistique dans les programmes. Les principales recommandations étaient les suivantes : améliorer les compétences linguistiques des enfants non luxembourgeois, à la fois en accordant moins d’importance à l’enseignement trilingue et en développant le soutien scolaire ; différer les décisions de sélection ; rendre les filières plus perméables. Depuis lors, une image plus nuancée du système éducatif est apparue. Les tests internationaux au niveau primaire (tests PIRLS) dénotent une performance assez bonne. En revanche, les tests au niveau secondaire (tests PISA 2006) ne révèlent aucune amélioration relative des performances éducatives des élèves de 14-15 ans qui, à ce stade, ont perdu près d’un semestre de scolarité par rapport aux élèves d’autres pays de l’OCDE. Ce résultat devrait être évalué en tenant compte du fait que les élèves ont étudié deux langues étrangères (français et allemand) depuis leur entrée à l’école primaire. Parallèlement, le taux d’abandon a baissé, mais reste néanmoins relativement élevé, et le passage de l’école à la vie active ne s’est pas amélioré, l’augmentation du chômage des jeunes depuis le début des années 2000 étant durable. Cela tient à une répartition du temps d’enseignement qui privilégie certains objectifs, en particulier l’acquisition d’une bonne maîtrise de quatre langues, au détriment de compétences utiles sur le marché du travail, comme les mathématiques, les sciences ou la créativité et l’autonomie. En réalité, beaucoup d’emplois n’exigent pas une très bonne connaissance de toutes les langues enseignées à l’école, en particulier dans le secteur financier. Il faudrait donc que le gouvernement se focalise davantage sur l’objectif suivant : faire en sorte que les élèves renforcent leur capital humain et en particulier acquièrent les compétences les plus demandées sur le marché du travail.

 

Les autorités, bien conscientes de ces problèmes, ont réagi en menant plusieurs expériences pilotes. Dans l’enseignement primaire, la mise en place de cycles de compétences vise à diminuer les redoublements ; dans l’enseignement technique secondaire, le programme PROCI recentre l’enseignement du contenu vers les compétences en accordant une plus large autonomie aux établissements ; de plus, certaines écoles ont instauré un horaire d’enseignement sur l’ensemble de la journée et opté pour l’éducation pluridisciplinaire. En outre, l’enseignement des langues est actuellement revu de manière à développer le soutien linguistique. Ces mesures sont judicieuses, mais elles ne règlent pas totalement le problème fondamental : l’hétérogénéité socioculturelle des élèves. Le système éducatif est très centralisé et tend à fournir des services éducatifs identiques d’un établissement à l’autre. Le ministère de l’Éducation prend les décisions importantes touchant le personnel éducatif, notamment en matière de recrutement et de licenciement, mais aussi pour les méthodes pédagogiques et les programmes. En conséquence, les établissements scolaires n’ont guère de marge pour mettre en place l’environnement le plus adéquat face à l’hétérogénéité des élèves.

 

Pour mieux utiliser les ressources disponibles et améliorer ainsi les résultats éducatifs, il faudrait que les établissements scolaires aient plus d’autonomie pour fixer leurs priorités éducatives et choisir leurs instruments pédagogiques. En outre, les chefs d’établissement devraient être responsables des performances scolaires. Par conséquent, il faudrait maintenir la tendance à recruter les chefs d’établissement sur contrat à durée déterminée, avec une rémunération liée en partie à la performance. Si l’on veut améliorer les résultats scolaires, il faut que les chefs d’établissement jouissent d’une plus grande autonomie de gestion, et exercent notamment plus d’influence sur les décisions de recrutement et de fin de contrat des enseignants. Les salaires peuvent être un autre outil de gestion en vue d’améliorer la performance. Or, les rémunérations augmentent presque exclusivement en fonction de l’ancienneté. Il faudrait donc que la rémunération et la carrière des enseignants prennent aussi en compte le mérite. De plus, la transparence est indispensable lorsqu’il s’agit de savoir quel est le degré de réussite des établissements scolaires dans l’amélioration des résultats éducatifs. Il faut pour cela augmenter le nombre des tests et publier les résultats en tenant compte des variables socioéconomiques. L’équilibre entre une plus large autonomie des établissements scolaires et une plus grande responsabilité de ces derniers à l’égard des résultats éducatifs doit faire intervenir les parents, qui peuvent interagir fructueusement avec l’établissement scolaire pour que la situation évolue dans le bon sens. Il faudrait donc renforcer le rôle des parents, par exemple en leur donnant plus de poids dans les décisions de sélection. La transparence des résultats scolaires serait un autre moyen d’accroître la liberté de choix de l’établissement et de stimuler la concurrence entre les écoles. De la sorte, les parents d’origine socio-économique modeste pourraient plus aisément identifier les établissements performants. Les mesures qui viennent d’être évoquées seraient complétées par une détection plus précoce des difficultés scolaires et par le développement des cours de soutien. Puisque les enseignants ont un horaire qui est relativement réduit et qui diminue avec l’ancienneté, on pourrait améliorer cette détection et ce soutien – comme il est envisagé dans le débat actuel – en allongeant l’horaire des enseignants. Cela enrichirait les interactions entre enseignants et élèves tout en ouvrant plus de possibilités d’activités périscolaires.

 

Obtenir cette publication                                                                                               

Télécharger la Synthèse  (en pdf). La Synthèse contient les évaluations et recommandations de l'OCDE.

Pour consulter l'édition complète de l'Etude économique de l'OCDE du Luxembourg :

  • Les souscripteurs et lecteurs dans des organismes qui y souscrivent on le droit d'y accéder par SourceOCDE, notre bibliothèque en ligne
  • Ceux qui ne souscrivent pas ont la possibilité de l'acheter à notre Librairie en ligne.
  • Passer commande auprès de votre distributeur local
  • Les fonctionnaires gouvernmentaux disposant d'un compte (inscription) doivent cliquer sur l'onglet "Publications" sur Olis
  • Les journalistes accrédités ont la possibilité de demander l'accès à un site protégé par un mot de passe

 

Informations complémentaires                                                                                        

   

Des informations complémentaires sur cette Etude peuvent être obtenues auprès du Bureau du Luxembourg du Département des affaires économiques de l'OCDE à eco.survey@oecd.org. Ce rapport du Secrétariat de l'OCDE a été préparé par Jens Christian Høj, Ekkehard Ernst, Arnaud Bourgain et Patrice Pieretti sous la direction de Patrick Lenain. La recherche statistique a été effectuée par Laure Meuro et le secrétariat par Heloise Wickramanayake.

 

 

 

Countries list

  • Afghanistan
  • Afrique du Sud
  • Albanie
  • Algérie
  • Allemagne
  • Andorre
  • Angola
  • Anguilla
  • Antigua-et-Barbuda
  • Antilles Néerlandaises
  • Arabie Saoudite
  • Argentine
  • Arménie
  • Aruba
  • Australie
  • Autorité Nationale Palestinienne
  • Autriche
  • Azerbaïdjan
  • Bahamas
  • Bahreïn
  • Bangladesh
  • Barbade
  • Belgique
  • Belize
  • Bermudes
  • Bhoutan
  • Bolivie
  • Bosnie-Herzégovine
  • Botswana
  • Brunéi Darussalam
  • Brésil
  • Bulgarie
  • Burkina Faso
  • Burundi
  • Bélarus
  • Bénin
  • Cambodge
  • Cameroun
  • Canada
  • Cap-Vert
  • Caïmanes, Îles
  • Centrafricaine, République
  • Chili
  • Chine (République populaire de)
  • Chypre
  • Colombie
  • Comores
  • Congo, La République Démocratique du
  • Corée
  • Corée, République Populaire Démocratique de
  • Costa Rica
  • Croatie
  • Cuba
  • Côte D'ivoire
  • Danemark
  • Djibouti
  • Dominicaine, République
  • Dominique
  • Egypte
  • El Salvador
  • Emirats Arabes Unis
  • Equateur
  • Erythrée
  • Espagne
  • Estonie
  • Etats Fédérés de Micronésie
  • Etats-Unis
  • Ethiopie
  • ex-République yougouslave de Macédoine (ERYM)
  • Fidji
  • Finlande
  • France
  • Gabon
  • Gambie
  • Ghana
  • Gibraltar
  • Grenade
  • Groenland
  • Grèce
  • Guatemala
  • Guernesey
  • Guinée Équatoriale
  • Guinée-Bissau
  • Guinéee
  • Guyana
  • Guyane Française
  • Géorgie
  • Haïti
  • Honduras
  • Hong Kong, Chine
  • Hongrie
  • Ile de Man
  • Ile Maurice
  • Iles Cook
  • Iles Féroé
  • Iles Marshall
  • Iles Vierges Britanniques
  • Iles Vierges des États-Unis
  • Inde
  • Indonésie
  • Iraq
  • Irlande
  • Islande
  • Israël
  • Italie
  • Jamaïque
  • Japon
  • Jersey
  • Jordanie
  • Kazakstan
  • Kenya
  • Kirghizistan
  • Kiribati
  • Koweït
  • l'Union européenne
  • Lao, République Démocratique Populaire
  • le Taipei chinois
  • Lesotho
  • Lettonie
  • Liban
  • Libye
  • Libéria
  • Liechtenstein
  • Lituanie
  • Luxembourg
  • Macao
  • Madagascar
  • Malaisie
  • Malawi
  • Maldives
  • Mali
  • Malte
  • Maroc
  • Mauritanie
  • Mayotte
  • Mexique
  • Moldova
  • Monaco
  • Mongolie
  • Montserrat
  • Monténégro
  • Mozambique
  • Myanmar
  • Namibie
  • Nauru
  • Nicaragua
  • Niger
  • Nigéria
  • Nioué
  • Norvège
  • Nouvelle-Zélande
  • Népal
  • Oman
  • Ouganda
  • Ouzbékistan
  • Pakistan
  • Palaos
  • Panama
  • Papouasie-Nouvelle-Guinée
  • Paraguay
  • Pays-Bas
  • Philippines
  • Pologne
  • Porto Rico
  • Portugal
  • Pérou
  • Qatar
  • Roumanie
  • Royaume-Uni
  • Russie, Fédération de
  • Rwanda
  • République du Congo
  • République Islamique d' Iran
  • République Tchèque
  • Sahara Occidental
  • Saint-Kitts-et-Nevis
  • Saint-Marin
  • Saint-Vincent-et-les Grenadines
  • Sainte-Hélène
  • Sainte-Lucie
  • Salomon, Îles
  • Samoa
  • Sao Tomé-et-Principe
  • Serbie
  • Serbie et Monténégro (avant juin 2006)
  • Seychelles
  • Sierra Leone
  • Singapour
  • Slovaquie
  • Slovénie
  • Somalie
  • Soudan
  • Soudan du Sud
  • Sri Lanka
  • Suisse
  • Suriname
  • Suède
  • Swaziland
  • Syrienne, République Arabe
  • Sénégal
  • Tadjikistan
  • Tanzanie
  • Tchad
  • Thaïlande
  • Timor-Leste (Timor Oriental)
  • Togo
  • Tokelau
  • Tonga
  • Trinité-et-Tobago
  • Tunisie
  • Turkménistan
  • Turks et Caïques, Îles
  • Turquie
  • Tuvalu
  • Ukraine
  • Uruguay
  • Vanuatu
  • Venezuela
  • Viêt Nam
  • Wallis et Futuna
  • Yémen
  • Zambie
  • Zimbabwe