Le développement durable : Avant-propos

 

Depuis 1987 et la publication du rapport historique de la Commission Brundtland, notre réfl exion sur le développement durable a beaucoup progressé. Les principes fondamentaux du rapport font aujourd’hui quasiment l’unanimité, à savoir que nos actes doivent tenir compte des effets sur l’environnement, l’économie et la société, et ne pas compromettre le bien-être des générations futures.

 

Depuis 20 ans, des avancées importantes ont été réalisées. Les gouvernements de la plupart des pays ont commencé à intégrer le développement durable dans leur action et leurs activités de planifi cation. Partout dans le monde, des entreprises dynamiques se sont attachées à rendre plus durables leurs produits et leurs processus. Des initiatives ont été prises avec succès sur le plan local pour sensibiliser les citoyens à l’importance de leur participation à la réduction de la production de déchets, à la rénovation urbaine et à d’autres projets.

 

En dépit de tous ces efforts, il est cependant apparu que la mise en pratique des principes du développement durable n’était en rien simple ou directe. Après tout, les individus comme les institutions ont leurs habitudes, et les faire évoluer peut sembler une tâche insurmontable, même lorsque cela est manifestement nécessaire. La question essentielle reste de savoir si nous avons suffi samment progressé – ou pris suffi samment au sérieux les avertissements – pour bien appréhender les problèmes les plus importants et les plus urgents et pour nous y attaquer.

 

Des données solides attestent du fait que le climat se modifie,et les prévisions laissent entrevoir une multiplication des événements extrêmes qui risquent d’avoir des conséquences catastrophiques pour les systèmes sur lesquels s’appuient la vie et les sociétés humaines. La moitié environ des habitants de la planète continuent de vivre avec moins de 2.50 dollars par jour et restent privés d’accès à une eau non polluée, à l’assainissement, à des soins de santé adéquats et à l’éducation – le contraste avec les niveaux de vie beaucoup plus élevés des pays développés est trop fort pour être acceptable. Certaines économies émergentes comme la Chine et l’Inde connaissent une croissance rapide qui entraîne une augmentation de la richesse, mais aussi de la demande énergétique et des problèmes de pollution. La mise au point de solutions permettant de placer la croissance sous le signe de la durabilité peut contribuer à réduire la pauvreté, à stimuler le développement et à préserver l’environnement. Leur mise en oeuvre exige de la volonté politique et une coopération mondiale.

 

L’OCDE a joué un rôle de premier plan dans les efforts engagés en faveur du développement durable. Elle a soutenu de vastes activités de recherche sur les défi s de la durabilité et s’est employée activement à défi nir des pratiques optimales dans des domaines comme la production et la consommation durables et la mesure du développement durable. L’un des principaux défi s consiste à assurer la cohérence des politiques – à faire en sorte que les différentes mesures et pratiques concourent au même objectif. Cette cohérence de nos politiques et de nos institutions est essentielle pour obtenir de véritables avancées qui s’inscrivent dans la durée. L’OCDE, qui a à son actif de nombreuses réalisations en matière de recherche, d’analyse et de coopération internationale, est bien placée pour proposer des lignes d’action face à ces défis.

 

La série des Essentiels de l’OCDE a pour but d’éclairer le débat sur certaines questions clés auxquelles sont aujourd’hui confrontées nos sociétés et nos économies. Pour que le dialogue soit réellement utile, il faut dépasser le stade de l’échange de vues – aussi fortes que soient les convictions de chacun – pour s’intéresser aux faits et aux chiffres. Il faut aussi dépasser le langage technique. Après tout, c’est à la faveur de ce genre de dialogue largement ouvert qu’il sera possible d’élaborer les décisions recueillant la plus forte adhésion et de produire les meilleurs résultats.

Angel Gurría

Secrétaire général de l'OCDE

 

 

 

 

Also Available