Etude économique du Japon 2013

 

OECD Economic Surveys: Japan 2013 | OECD Free preview | Powered by Keepeek Digital Asset Management Solution

Cliquer pour lire (anglais)

Synthèse (Français) | Synthèse (Japonais) | Données | Obtenir cette publication | Informations complémentaires

 Après avoir subi deux chocs de grande ampleur, la crise financière mondiale de 2008 et le grand séisme qui a frappé l'est du pays en 2011, le Japon est entré en récession pour la troisième fois en cinq ans. Le ratio de la dette publique n'a cessé d'augmenter depuis deux décennies, et il dépasse aujourd'hui 200 % du PIB. Un assainissement vigoureux et prolongé s'impose donc pour rétablir la viabilité budgétaire, ce qui représente le principal défi stratégique du pays. Néanmoins, cela risque en même temps de ralentir la croissance du PIB nominal, ce qui compliquera encore l'ajustement budgétaire. En conséquence, il est fondamental d'en finir avec la déflation et de doper le potentiel de croissance pour que le Japon puisse sortir de sa mauvaise passe budgétaire. À cet égard, la détermination du nouveau gouvernement à redynamiser l'économie en suivant une démarche en trois volets associant politique monétaire audacieuse, politique budgétaire souple et stratégie de croissance, est des plus encourageantes.

Discours de M. Angel Gurría, Secrétaire général de l'OCDE, délivré lors du lancement de l'étude économique du Japon 2013 (en anglais)

Il est fondamental d'interrompre et d'inverser la hausse du ratio dette/PIB. Pour stabiliser le ratio de la dette publique d'ici 2020, il sera peut-être nécessaire, en fonction de l'évolution du PIB et des taux d'intérêt, d'améliorer le solde budgétaire primaire qui devrait alors passer d'un déficit de 9 % du PIB en 2012 à un excédent pouvant atteindre 4 % d'ici 2020. Il est essentiel de maîtriser les dépenses, en particulier les dépenses de sécurité sociale, compte tenu du vieillissement rapide de la population. Des hausses d'impôts substantielles seront également requises, même si une telle mesure aura également un impact négatif sur la croissance. Étant donné l'ampleur et la durée de l'assainissement budgétaire, le Japon risque de se trouver confronté à une hausse sensible des taux d'intérêt qui menacerait un système bancaire fortement exposé à la dette publique japonaise.

Mettre un terme à quinze années de déflation est une priorité. Le nouvel engagement de la Banque du Japon envers un objectif d'inflation de 2 % et une politique d'« assouplissement monétaire quantitatif et qualitatif » doit être salué. Le doublement prévu de la base monétaire, via une augmentation des achats d'obligations d'État assortis d'échéances plus longues et d'actifs privés, vise à permettre la réalisation de l'objectif d'inflation dans un délai de deux ans environ. Un assouplissement monétaire agressif stimulera la croissance et l'inflation, en partie grâce à un yen déprécié, bien que le Japon ne cible pas le taux de change.

La dette publique du Japon a grimpé en flèche ces dernières annéesTéléchargez les données du graphique en Excel

La reconstruction engagée après la catastrophe tragique de 2011 met en lumière quelques‑uns des défis auxquels est confronté le Japon en matière de réformes structurelles. Réformer l'agriculture, qui est un secteur d'activité important dans la région de Tohoku, est une priorité. De fait, le niveau élevé des aides à l'agriculture et les distorsions qu'elles entraînent pèsent lourdement sur les consommateurs et sur les contribuables, sapent le dynamisme du secteur agricole, compliquent la participation du Japon à de larges accords commerciaux bilatéraux et régionaux, et sont sources de coûts environnementaux. La réduction de la part de l'énergie nucléaire après l'accident du Fukushima impose une accélération du développement de l'énergie renouvelable sur le long terme. Une réforme radicale du secteur de l'électricité visant à réduire l'impact négatif des monopoles régionaux intégrés et de l'absence d'un mécanisme de prix efficace faciliterait une telle évolution.

Il est capital de doper le taux d'activité et la productivité. Compte tenu de la contraction de 40 % de la population d'âge actif attendue d'ici à 2050, il est indispensable de prendre des mesures pour tirer le meilleur parti des ressources humaines nationales, y compris des femmes, des travailleurs âgés et des enfants. Le système fiscal, le régime de sécurité sociale et une offre inadaptée de structures d'accueil des jeunes enfants n'incitent pas les deuxièmes apporteurs de revenus, et principalement les femmes, à travailler. L'âge de départ obligatoire à la retraite à 60 ans met un terme trop précoce à la vie active des travailleurs âgés, d'autant plus que les Japonais ont l'espérance de vie la plus longue au monde. Enfin, des réformes s'imposent dans le domaine de l'éducation afin de dynamiser la productivité, notamment en augmentant les investissements dans l'éducation et l'accueil des jeunes enfants. À de nombreux égards, les résultats des universités japonaises dans les classements internationaux ne sont pas bons, y compris sur le plan de leur contribution à l'innovation.

L'assainissement budgétaire risque d'avoir des conséquences aggravantes sur les inégalités et la pauvreté. Ces deux phénomènes se sont intensifiés au cours des dernières années, et le Japon arrive aujourd'hui au sixième rang des pays de l'OCDE pour ce qui est du taux de pauvreté relative. Dans ce pays, le système d'imposition et de prestations n'a qu'un effet redistributif modeste, tandis que la proportion élevée de travailleurs non réguliers et faiblement rémunérés alimente les inégalités. Le dualisme du marché du travail tient en partie au niveau de protection plus élevé dont jouissent les travailleurs réguliers, qui incite les entreprises à embaucher des travailleurs non réguliers pour accroître la flexibilité de l'emploi, et au plus faible coût salarial des travailleurs non réguliers. La pratique des cours privés de soutien scolaire, particulièrement dans les « juku », perpétue les inégalités, car du fait de leur coût élevé, la participation des enfants dépend des revenus familiaux.

Cliquez pour accéder aux données (en anglais) en Excel

Le Japon a subi deux chocs majeurs depuis 2008
Évolutions macroéconomiques récemment observées au Japon
La déflation persiste
Les prix des actifs japonais sont sur une pente descendante depuis deux décennies
L'estimation du soutien aux producteurs (ESP) au Japon est l'une des plus élevées de la zone OCDE
Au Japon, la main-d''oeuvre agricole est âgée
Au Japon, le degré de découplage entre soutien aux agriculteurs et production agricole est un des plus faibles de la zone OCDE
Le prix de l'électricité à usage industriel facturé au Japon était un des plus élevés de la zone OCDE en 2011
La population du Japon, qui est déjà la plus âgée de la zone OCDE, vieillit rapidement
L'écart se creuse entre les dépenses de l'administration centrale et ses recettes fiscales
Les dépenses sociales publiques augmentent rapidement, tirées par les retraites et les soins de santé
Les impôts et les transferts n'ont que peu d'incidence sur les inégalités de revenus et la pauvreté au Japon 

Obtenir cette publication

 Pour consulter l'édition complète de l'Etude économique de l'OCDE du Japon 2013 :

Informations complémentaires

Des informations complémentaires sur cette étude peuvent être obtenues auprès du Bureau du Japon du Département des affaires économiques de l'OCDE à eco.survey@oecd.org.

Le projet de rapport du Secrétariat a été préparé pour le Comité par Randall S. Jones, Satoshi Urasawa et Myungkyoo Kim, sous la direction de Vincent Koen. La recherche statistique a été assurée par Lutécia Daniel.

http://www.oecd.org/fr/eco/etudes/japon-2013.htm

 

 

 

Also Available

Countries list

  • Afghanistan
  • Afrique du Sud
  • Albanie
  • Algérie
  • Allemagne
  • Andorre
  • Angola
  • Anguilla
  • Antigua-et-Barbuda
  • Antilles Néerlandaises
  • Arabie Saoudite
  • Argentine
  • Arménie
  • Aruba
  • Australie
  • Autorité Nationale Palestinienne
  • Autriche
  • Azerbaïdjan
  • Bahamas
  • Bahreïn
  • Bangladesh
  • Barbade
  • Belgique
  • Belize
  • Bermudes
  • Bhoutan
  • Bolivie
  • Bosnie-Herzégovine
  • Botswana
  • Brunéi Darussalam
  • Brésil
  • Bulgarie
  • Burkina Faso
  • Burundi
  • Bélarus
  • Bénin
  • Cambodge
  • Cameroun
  • Canada
  • Cap-Vert
  • Caïmanes, Îles
  • Centrafricaine, République
  • Chili
  • Chine (République populaire de)
  • Chypre
  • Colombie
  • Comores
  • Congo, La République Démocratique du
  • Corée
  • Corée, République Populaire Démocratique de
  • Costa Rica
  • Croatie
  • Cuba
  • Côte D'ivoire
  • Danemark
  • Djibouti
  • Dominicaine, République
  • Dominique
  • Egypte
  • El Salvador
  • Emirats Arabes Unis
  • Equateur
  • Erythrée
  • Espagne
  • Estonie
  • Etats Fédérés de Micronésie
  • Etats-Unis
  • Ethiopie
  • ex-République yougouslave de Macédoine (ERYM)
  • Fidji
  • Finlande
  • France
  • Gabon
  • Gambie
  • Ghana
  • Gibraltar
  • Grenade
  • Groenland
  • Grèce
  • Guatemala
  • Guernesey
  • Guinée Équatoriale
  • Guinée-Bissau
  • Guinéee
  • Guyana
  • Guyane Française
  • Géorgie
  • Haïti
  • Honduras
  • Hong Kong, Chine
  • Hongrie
  • Ile de Man
  • Ile Maurice
  • Iles Cook
  • Iles Féroé
  • Iles Marshall
  • Iles Vierges Britanniques
  • Iles Vierges des États-Unis
  • Inde
  • Indonésie
  • Iraq
  • Irlande
  • Islande
  • Israël
  • Italie
  • Jamaïque
  • Japon
  • Jersey
  • Jordanie
  • Kazakstan
  • Kenya
  • Kirghizistan
  • Kiribati
  • Koweït
  • l'Union européenne
  • Lao, République Démocratique Populaire
  • le Taipei chinois
  • Lesotho
  • Lettonie
  • Liban
  • Libye
  • Libéria
  • Liechtenstein
  • Lituanie
  • Luxembourg
  • Macao
  • Madagascar
  • Malaisie
  • Malawi
  • Maldives
  • Mali
  • Malte
  • Maroc
  • Mauritanie
  • Mayotte
  • Mexique
  • Moldova
  • Monaco
  • Mongolie
  • Montserrat
  • Monténégro
  • Mozambique
  • Myanmar
  • Namibie
  • Nauru
  • Nicaragua
  • Niger
  • Nigéria
  • Nioué
  • Norvège
  • Nouvelle-Zélande
  • Népal
  • Oman
  • Ouganda
  • Ouzbékistan
  • Pakistan
  • Palaos
  • Panama
  • Papouasie-Nouvelle-Guinée
  • Paraguay
  • Pays-Bas
  • Philippines
  • Pologne
  • Porto Rico
  • Portugal
  • Pérou
  • Qatar
  • Roumanie
  • Royaume-Uni
  • Russie, Fédération de
  • Rwanda
  • République du Congo
  • République Islamique d' Iran
  • République Tchèque
  • Sahara Occidental
  • Saint-Kitts-et-Nevis
  • Saint-Marin
  • Saint-Vincent-et-les Grenadines
  • Sainte-Hélène
  • Sainte-Lucie
  • Salomon, Îles
  • Samoa
  • Sao Tomé-et-Principe
  • Serbie
  • Serbie et Monténégro (avant juin 2006)
  • Seychelles
  • Sierra Leone
  • Singapour
  • Slovaquie
  • Slovénie
  • Somalie
  • Soudan
  • Soudan du Sud
  • Sri Lanka
  • Suisse
  • Suriname
  • Suède
  • Swaziland
  • Syrienne, République Arabe
  • Sénégal
  • Tadjikistan
  • Tanzanie
  • Tchad
  • Thaïlande
  • Timor-Leste (Timor Oriental)
  • Togo
  • Tokelau
  • Tonga
  • Trinité-et-Tobago
  • Tunisie
  • Turkménistan
  • Turks et Caïques, Îles
  • Turquie
  • Tuvalu
  • Ukraine
  • Uruguay
  • Vanuatu
  • Venezuela
  • Viêt Nam
  • Wallis et Futuna
  • Yémen
  • Zambie
  • Zimbabwe