Etude économique du Japon, 2005

 

Le raffermissement de l’activité économique laisse espérer que le Japon émerge d’une décennie de stagnation. La production augmente à un rythme annuel de plus de 2 pour cent depuis 2002, grâce à une demande externe vigoureuse et aux progrès accomplis dans la restructuration des entreprises et dans la réforme économique. Toutefois, le Japon affronte encore plusieurs sérieux obstacles à une croissance durable, notamment une déflation tenace et une contraction continue des prêts bancaires et des prix fonciers. Parallèlement, la situation financière des administrations publiques continue de se dégrader, menaçant la viabilité budgétaire au moment même où le vieillissement démographique exerce des pressions croissantes sur la dépense publique. Pour relever ces défis, il faut mettre en œuvre une combinaison de politiques macroéconomiques bien conçues et de mesures structurelles destinées à stimuler le potentiel de croissance et à assurer l’amélioration du niveau de vie en dépit du vieillissement rapide de la population.

L’objectif prioritaire est de mettre fin à six années de déflation en maintenant la politique d’assouplissement quantitatif jusqu’à ce que l’inflation soit suffisamment élevée pour rendre négligeable le risque d’une rechute dans la déflation. La fixation d’un seuil d’inflation plus élevé comme condition d’une modification de la politique monétaire contribuerait aussi à orienter les anticipations du secteur privé et à limiter les réactions des marchés. S’il est indispensable d’éviter un durcissement prématuré de la politique monétaire, maintenir la politique d’assouplissement quantitatif trop longtemps après la fin de la déflation pourrait générer une inflation forte et soutenue. Il sera plus facile de répondre aux chocs susceptibles d’accompagner la fin de l’assouplissement quantitatif si de nouveaux progrès sont réalisés dans l’assainissement du système bancaire par une réduction continue du stock de créances improductives et par un renforcement des fonds propres, en particulier dans les banques régionales. Au demeurant, la consolidation du système bancaire est indispensable pour inverser la baisse des crédits et soutenir l’expansion.

Les lourds déficits budgétaires publics ont gonflé la dette publique brute qui dépasse 160 pour cent du PIB, soit le ratio le plus élevé de la zone de l'OCDE, de sorte qu'on peut craindre une hausse de la prime de risque. Le plan à moyen terme du gouvernement vise à maintenir les dépenses publiques aux environs de leur niveau de 2002 jusqu'à la fin de l'exercice 2006, objectif qui exige de nouvelles réductions des dépenses discrétionnaires et une poursuite de la réforme du système de sécurité sociale. Toutefois, le freinage des dépenses ne suffira pas à lui seul pour atteindre la viabilité budgétaire, qui exigera probablement un assainissement jusqu'à concurrence de plus de 5 pour cent du PIB. Une augmentation des recettes publiques semble donc inévitable ; elle nécessitera à un moment donné un élargissement des bases d'imposition et un relèvement du taux de l'impôt sur la consommation. La confiance dans la situation budgétaire pourrait être maintenue par des réductions du déficit plus marquées, à condition que la reprise conserve son allant. Cette action devrait être accompagnée par un plan à moyen terme crédible, plus ambitieux et plus détaillé que le plan 2004.

La dette des collectivités locales ayant fortement augmenté ces dernières années, l'assainissement budgétaire exige aussi une réorganisation des relations entre les différents niveaux d'administration. La "Triple réforme", qui vise à réduire les subventions affectées et à réformer les dotations forfaitaires et émanant de l'administration centrale, tout en augmentant les recettes fiscales locales, représente une étape dans la bonne direction. Toutefois, cette initiative devrait prévoir des mécanismes plus puissants pour discipliner le comportement budgétaire des collectivités locales. Afin de permettre aux collectivités locales de profiter plus pleinement de la décentralisation, il faut leur accorder une plus grande autonomie en réformant le système de subventions pour accroître leur capacité et leurs incitations à fournir des services de meilleure qualité et moins coûteux. En outre, il convient de renforcer l'autonomie fiscale des administrations locales, tout en veillant à ce que le système fiscal demeure aussi simple et neutre que possible.

Une croissance plus vive de la production est cruciale pour relever les défis posés par la situation budgétaire et par le vieillissement démographique. Les premières priorités sont la privatisation de Japan Post et l'accélération de la réforme de la réglementation, notamment par l'extension au niveau national des mesures en vigueur dans les zones spéciales. Il convient d'intensifier la concurrence en renforcant la Commission de la concurrence, en améliorant le cadre réglementaire des industries de réseau et en ouvrant davantage l'économie aux échanges internationaux et aux entrées d'IDE.

La proportion de travailleurs non réguliers a augmenté pour atteindre plus d'un quart des salariés, ce qui permet aux entreprises de réduire leur masse salariale tout en renforcant la flexibilité. Toutefois, la dualité grandissante du marché du travail pose un certain nombre de problèmes d'efficience et d'équité qu'il faut traiter par une action globale, notamment en augmentant la flexibilité de l'emploi parmi les travailleurs réguliers, en développant la couverture sociale des travailleurs non réguliers et en lançant d'autres initiatives, par exemple dans le domaine de la formation. Il est crucial de stimuler les taux d'emploi, en particulier chez les femmes et les jeunes, pour préserver le potentiel de croissance du Japon en dépit du vieillissement rapide de la population.

Une Synthèse (en format pdf) peut également être téléchargée. La Synthèse contient le résumé et les évaluations et recommandations de l'OCDE.

 

--------------------------------------------------

Pour consulter l'édition complète de l'Etude économique de l'OCDE du Japon, cliquez sur :

 

Related Documents

 

Optimiser l’impact de la décentralisation au Japon

Etude économique du Japon - Revue de presse

 

Also Available

Countries list

  • Afghanistan
  • Afrique du Sud
  • Albanie
  • Algérie
  • Allemagne
  • Andorre
  • Angola
  • Anguilla
  • Antigua-et-Barbuda
  • Antilles Néerlandaises
  • Arabie Saoudite
  • Argentine
  • Arménie
  • Aruba
  • Australie
  • Autorité Nationale Palestinienne
  • Autriche
  • Azerbaïdjan
  • Bahamas
  • Bahreïn
  • Bangladesh
  • Barbade
  • Belgique
  • Belize
  • Bermudes
  • Bhoutan
  • Bolivie
  • Bosnie-Herzégovine
  • Botswana
  • Brunéi Darussalam
  • Brésil
  • Bulgarie
  • Burkina Faso
  • Burundi
  • Bélarus
  • Bénin
  • Cambodge
  • Cameroun
  • Canada
  • Cap-Vert
  • Caïmanes, Îles
  • Centrafricaine, République
  • Chili
  • Chine (République populaire de)
  • Chypre
  • Colombie
  • Comores
  • Congo, La République Démocratique du
  • Corée
  • Corée, République Populaire Démocratique de
  • Costa Rica
  • Croatie
  • Cuba
  • Côte D'ivoire
  • Danemark
  • Djibouti
  • Dominicaine, République
  • Dominique
  • Egypte
  • El Salvador
  • Emirats Arabes Unis
  • Equateur
  • Erythrée
  • Espagne
  • Estonie
  • Etats Fédérés de Micronésie
  • Etats-Unis
  • Ethiopie
  • ex-République yougouslave de Macédoine (ERYM)
  • Fidji
  • Finlande
  • France
  • Gabon
  • Gambie
  • Ghana
  • Gibraltar
  • Grenade
  • Groenland
  • Grèce
  • Guatemala
  • Guernesey
  • Guinée Équatoriale
  • Guinée-Bissau
  • Guinéee
  • Guyana
  • Guyane Française
  • Géorgie
  • Haïti
  • Honduras
  • Hong Kong, Chine
  • Hongrie
  • Ile de Man
  • Ile Maurice
  • Iles Cook
  • Iles Féroé
  • Iles Marshall
  • Iles Vierges Britanniques
  • Iles Vierges des États-Unis
  • Inde
  • Indonésie
  • Iraq
  • Irlande
  • Islande
  • Israël
  • Italie
  • Jamaïque
  • Japon
  • Jersey
  • Jordanie
  • Kazakstan
  • Kenya
  • Kirghizistan
  • Kiribati
  • Koweït
  • l'Union européenne
  • Lao, République Démocratique Populaire
  • le Taipei chinois
  • Lesotho
  • Lettonie
  • Liban
  • Libye
  • Libéria
  • Liechtenstein
  • Lituanie
  • Luxembourg
  • Macao
  • Madagascar
  • Malaisie
  • Malawi
  • Maldives
  • Mali
  • Malte
  • Maroc
  • Mauritanie
  • Mayotte
  • Mexique
  • Moldova
  • Monaco
  • Mongolie
  • Montserrat
  • Monténégro
  • Mozambique
  • Myanmar
  • Namibie
  • Nauru
  • Nicaragua
  • Niger
  • Nigéria
  • Nioué
  • Norvège
  • Nouvelle-Zélande
  • Népal
  • Oman
  • Ouganda
  • Ouzbékistan
  • Pakistan
  • Palaos
  • Panama
  • Papouasie-Nouvelle-Guinée
  • Paraguay
  • Pays-Bas
  • Philippines
  • Pologne
  • Porto Rico
  • Portugal
  • Pérou
  • Qatar
  • Roumanie
  • Royaume-Uni
  • Russie, Fédération de
  • Rwanda
  • République du Congo
  • République Islamique d' Iran
  • République Tchèque
  • Sahara Occidental
  • Saint-Kitts-et-Nevis
  • Saint-Marin
  • Saint-Vincent-et-les Grenadines
  • Sainte-Hélène
  • Sainte-Lucie
  • Salomon, Îles
  • Samoa
  • Sao Tomé-et-Principe
  • Serbie
  • Serbie et Monténégro (avant juin 2006)
  • Seychelles
  • Sierra Leone
  • Singapour
  • Slovaquie
  • Slovénie
  • Somalie
  • Soudan
  • Soudan du Sud
  • Sri Lanka
  • Suisse
  • Suriname
  • Suède
  • Swaziland
  • Syrienne, République Arabe
  • Sénégal
  • Tadjikistan
  • Tanzanie
  • Tchad
  • Thaïlande
  • Timor-Leste (Timor Oriental)
  • Togo
  • Tokelau
  • Tonga
  • Trinité-et-Tobago
  • Tunisie
  • Turkménistan
  • Turks et Caïques, Îles
  • Turquie
  • Tuvalu
  • Ukraine
  • Uruguay
  • Vanuatu
  • Venezuela
  • Viêt Nam
  • Wallis et Futuna
  • Yémen
  • Zambie
  • Zimbabwe