Italie

Italie : Les réformes ouvrent de nouvelles perspectives pour la croissance et l’emploi, selon l’OCDE

 

19/02/2015 - La capacité de l’Italie à faire évoluer son cadre politique et institutionnel sera un facteur déterminant de la réussite des réformes ambitieuses lancées pour stimuler la croissance et améliorer le niveau de vie, selon une nouvelle étude de l’OCDE.

Tableau Italie

Dans sa dernière Étude économique consacrée à l’Italie, l’OCDE estime que les réformes en Italie, si elles sont pleinement mises en œuvre, devraient se traduire par une croissance du PIB de 6% supplémentaires dans dix ans.


L’Étude ajoute que, pour atteindre cet objectif, une mise en œuvre pleine et effective de ces réformes est nécessaire.


Les projets en cours afin d’améliorer la structure du parlement et la répartition des responsabilités entre l’administration centrale et les administrations régionales sont particulièrement importantes. Ces réformes, qui devraient être menées à bien dans l’année, permettront à l’Italie de renforcer l’efficacité de son processus législatif et d’éviter les retards dans l’application des mesures. Elles garantiront également que les futures et nécessaires réformes auront de meilleure chance de succès.

Lors de la présentation de l’Étude à Rome, en présence du ministre des Finances italien, M. Pier Carlo Padoan, du ministre du Travail et des Politiques sociales, M. Giuliano Poletti et de la ministre de la Réforme constitutionnelle, Mme Maria Elena Boschi, le Secrétaire général de l’OCDE, M. Angel Gurría, a déclaré : « L’Italie progresse dans la mise en œuvre de sa stratégie de réforme à un rythme sans précédent qui stimulera non seulement la croissance et l’emploi, et qui, en tant que pays noyau dur du Vieux Continent, inspirera confiance au niveau systémique européen. Un courage politique fort a été nécessaire pour avancer dans la mise en œuvre de cet agenda. Le gouvernement doit poursuivre et finaliser son travail avec cette même détermination. Les réformes permettront également d’orienter des ressources plus importantes vers des secteurs et des objectifs décisifs tels que l’éducation, une protection sociale plus équitable, un meilleur accompagnement des chômeurs ou des investissements indispensables dans les infrastructures. »


Les changements prévus par la loi sur l’emploi de décembre 2014, dite Jobs Act, visent à rationaliser la protection de l’emploi, à développer les politiques actives du marché du travail et à accroître l’efficacité de la protection sociale ainsi que le taux d’activité des femmes. Selon l’OCDE, une mise en œuvre pleine et effective du Jobs Act stimulerait davantage la croissance et l’emploi, et aiderait à surmonter les goulots d'étranglement de la création d’emploi.

L’Étude souligne que le nouveau modèle de contrat de travail régissant les nouvelles embauches, qui offre une protection de l’emploi progressive avec l’ancienneté, doit être pleinement appliqué et complété par d’autres améliorations prévues par le Jobs Act. Une souplesse accrue des horaires, l’amélioration du congé parental et des services de garde d’enfant abordables et de qualité pourraient inciter davantage de femmes à exercer une activité professionnelle.


Les réformes du marché du travail stimuleront la croissance de la productivité en Italie et aideront les entreprises potentiellement à forte croissance, productives à surmonter les obstacles à leur développement. Par ailleurs, des efforts doivent être réalisés pour améliorer les compétences d’individus qui ne correspondent souvent pas aux emplois disponibles.


Concernant les marchés de produits, l’Étude préconise des mesures plus déterminées pour renforcer la concurrence dans le domaine des services publics locaux et poursuivre la suppression des barrières à l’entrée dans les professions réglementées et le commerce de détail.


Sur fond d’amélioration de ses perspectives de croissance, l’Italie a accompli des efforts importants et fructueux pour limiter son déficit, puisque la charge de la dette devrait commencer à baisser l’an prochain, selon l’Étude. Les projets budgétaires devront être intégralement appliqués, en prolongeant le contrôle strict des dépenses publiques. Des efforts restent de mise pour améliorer l’efficience économique des dépenses publiques, accroître la transparence et lutter efficacement contre la corruption. La réforme de la fiscalité devrait notamment prévoir un réexamen de la large panoplie de taux d’imposition spéciaux et d’exonérations.


Une synthèse de l’Étude économique de l’OCDE consacrée à l’Italie peut être consultée, en anglais, français et italien, à l’adresse suivante : http://www.oecd.org/fr/italie/etude-economique-italie.htm.


Une version intégrable (en anglais) est également disponible, ainsi que des informations sur la version électronique et/ou papier de la publication.


Pour plus d’informations, les journalistes sont invités à contacter la Division des médias de l’OCDE (+33 1 45 24 97 00).

 

Documents connexes