Islande

Bien que de taille modeste, l’Islande est un acteur influent sur la scène mondiale du développement

 

19/06/2017 - D’après un nouveau rapport de l’OCDE, l’Islande se démarque des autres donneurs par son engagement à soutenir les pays les plus pauvres et à mettre ses compétences au service de domaines tels que les énergies renouvelables, la régénération des sols et l’égalité hommes-femmes dans le cadre de programmes d’aide qui facilitent les progrès en direction de la réalisation d’objectifs mondiaux, et ce, en dépit du budget modeste qu’elle consacre à l’aide.

 

Dans son premier Examen par les pairs de l’Islande, le CAD qualifie le pays de partenaire dynamique, flexible et transparent, dont les initiatives de développement tirent profit d’une bonne gestion de l’aide et de la hiérarchisation des ressources depuis la fusion de ses organismes d’aide bilatéraux et multilatéraux. L’Islande devrait maintenant s’assurer que ses programmes à l’appui du développement produisent des résultats tangibles.

 

En 2016, les versements d’aide totaux de l’Islande se sont élevés à 50 millions USD, en hausse de 11.6 % en termes réels par rapport à 2015, et représentaient 0.25 % de son revenu national brut (RNB). En 2015, l’année étudiée dans l’examen, 40.8 % de l’aide de l’Islande ont été affectés aux pays les moins avancés – essentiellement des États fragiles – une proportion beaucoup plus élevée que la moyenne du Comité d’aide au développement (CAD) de 28.4 %. Les six premiers bénéficiaires de son aide au cours de cette année étaient le Malawi, l’Ouganda, le Mozambique, la Cisjordanie et la bande de Gaza, la Syrie et l’Afghanistan.

 

« Trois ans seulement après avoir rejoint le CAD, l’Islande en est déjà un membre dynamique et influent, qui met à profit ses atouts nationaux pour proposer aux pays les moins avancés un soutien conforme aux objectifs de développement mondiaux », a affirmé la Présidente du CAD, Mme Charlotte Petri Gornitzka. « Le budget alloué à l’aide n’a toutefois pas augmenté au même rythme que celui de la forte reprise économique du pays et l’Islande devrait maintenant intensifier ses efforts afin de respecter ses engagements ».

 

Le budget d’aide de l’Islande est le plus faible des 30 membres du CAD, mais avec un ratio aide/RNB de 0.25 %, le pays s’est classé à la 19e place  en 2016, juste derrière l’Australie et la Nouvelle-Zélande. Le ratio aide/RNB de l’Islande était de 0.36 % avant la crise financière et bancaire de 2008-11, et a chuté à 0.22 % en moyenne au cours des cinq années qui ont suivi, obligeant le pays à surseoir à son ambition affichée de longue date de rejoindre les donneurs qui ont atteint l’objectif de 0.7 % fixé par les Nations Unies.

 

Alors que le redressement de son économie se poursuit, l’Islande devrait mettre à profit son cadre budgétaire quinquennal pour accroître son aide publique au développement (APD) en termes réels et ranimer son ambition d’atteindre l’objectif des 0.7 %. Le pays devrait en parallèle affuter ses priorités au regard du développement dans le prolongement de la fusion entre son ancienne agence bilatérale et le ministère des Affaires étrangères survenue début 2016 et de l’entrée en fonction d’un nouveau gouvernement en 2017.

 

Le budget d’aide humanitaire de l’Islande a bondi de 1.03 million USD en 2012 à 5.8 millions USD en 2015, sous l’effet d’une dotation de 3.4 millions USD consentie pour faire face à la crise en Syrie. Les dépenses liées à l’accueil des  réfugiés dans le pays sont également passées de 1 % de l’APD brute en 2013 à 12 % en 2015. Une dotation supplémentaire de 15 millions USD (2 milliards ISL) destinée à faire face à ces coûts en 2015-16 a permis d’éviter qu’ils portent atteinte à la prévisibilité de l’aide pour les pays bénéficiaires.

 

L’Islande a rejoint le CAD en 2013. Chaque membre du CAD est examiné tous les cinq ans afin d’assurer le suivi de ses performances, de lui permettre de rendre des comptes de l’exécution des engagements pris et de recommander des améliorations. Cet exercice prend appui sur des informations recueillies auprès de  représentants officiels du pays examiné et d’un pays partenaire – le Malawi, dans le cas du présent Examen – ainsi que de la société civile et du secteur privé. Plus d’informations sur les Examens par les pairs du CAD.

 

L’Examen par les pairs de l’Islande mené par le CAD est disponible à l’adresse suivante : www.oecd.org/development/peer-reviews/oecd-development-co-operation-peer-reviews-iceland-2017-9789264274334-en.htm. Une visualisation de données incorporable représentant l’aide de l’Islande par rapport à celle d’autres donneurs est disponible à l’adresse suivante : www.compareyourcountry.org/oda   

 

Pour tout renseignement supplémentaire, ou pour s’entretenir avec l’auteur du rapport, les journalistes sont invités à contacter Catherine Bremer à la Division des médias de l’OCDE (+33 1 45 24 97 00).

 

Documents connexes

 

Also AvailableEgalement disponible(s)