Statistiques de l'aide

L’aide au développement atteint un niveau historiquement élevé en 2010

 

Evolution de l’APD en 2010

En 2010, les apports nets d’aide publique au développement (APD) consentis par les membres du Comité d’aide au développement (CAD) de l’OCDE ont totalisé 128.7 milliards USD, soit 6.5 % de plus qu’en 2009. Ce chiffre est le

montant d’APD le plus élevé jamais enregistré en termes réels, excédant même celui de 2005 qui avait pourtant été gonflé par un volume exceptionnel des allégements de dette. L’APD nette a ainsi représenté 0.32 % du revenu

national brut (RNB) cumulé des membres, comme en 2005, niveau qu’on n’avait plus vu, sauf cette année là, depuis 992 (voir tableau 1 et graphique 1).

 

L’aide bilatérale affectée à des programmes et projets de développement (c’est-à-dire abstraction faite des allégements de dette et de l’aide humanitaire) s’est accrue de 5.9 % par rapport à 2009 (voir graphique 2). Le volume des nouveaux prêts a davantage augmenté que celui des dons (+13.2 % contre +6.8 %).

 

 

Graphiques

dynamiques

APD nette - APD/RNB
en 2010

L’APD bilatérale à l’Afrique s’est montée à 29.3 milliards USD, dont 26.5 milliards USD pour l’Afrique subsaharienne. Ces sommes représentent un accroissement de 3.6 % et 6.4 %, respectivement, en termes réels par rapport à 2009. Cela dit, si on fait abstraction des dons au titre de l’allégement de la dette, les apports d’APD bilatérale ont très légèrement fléchi (-0.1 %) au niveau de l’Afrique dans son ensemble alors que ceux destinés à l’Afrique subsaharienne ont encore augmenté (de 1.7%).

 

Performance des différents donneurs

 

En 2010, les donneurs qui se sont montrés les plus généreux par le volume de leur aide sont les Etats-Unis, le Royaume-Uni, la France, l’Allemagne et le Japon. De leur côté, le Danemark, le Luxembourg, la Norvège, les Pays-Bas et la Suède ont à nouveau dépassé l’objectif de 0.7 % du RNB fixé par les Nations unies. Les pays dont les apports d’APD ont le plus augmenté en termes réels entre 2009 et 2010 sont l’Australie, la Belgique, le Canada, la Corée, le Japon, le Portugal et le Royaume-Uni.

 

En volume, les Etats-Unis se classent toujours premiers, avec des versements nets d’APD de 30.2 milliards USD, en progression de 3.5 % en termes réels par rapport à 2009. C’est le chiffre le plus élevé jamais enregistré en termes réels pour un seul pays donneur, sauf en 2005 en raison des opérations exceptionnelles des allégements de dette mis en place par les Etats-Unis en faveur de l’Irak. Le rapport APD/RNB des Etats-Unis est resté inchangé à 0.21 %. L’APD bilatérale consentie par les Etats-Unis aux pays les moins avancés (PMA) a atteint le niveau record de 9.4 milliards USD, 16.2 % de plus qu’en 2009. Une grande partie de cette progression s’explique par les mesures prises par les Etats-Unis en réponse au tremblement de terre qui a frappé Haïti en 2010 (l’aide destinée à Haïti a augmenté de 241 % pour atteindre 1.1 milliard USD). En dehors du groupe des PMA, l’aide au Pakistan a connu une croissance particulièrement marquée (+126 % à 1.4 milliard USD), sous l’effet d’un accroissement des versements destinés à de nombreux secteurs.

 

L’APD émanant des quinze pays de l’UE qui sont membres du CAD a augmenté de 6.7 % en 2010 pour s’élever à 70.2 milliards USD, soit 54 % du total des apports nets d’APD fournis par les donneurs du CAD. Ce chiffre représente 0.46 % du RNB cumulé de ces pays, contre 0.44 % en 2009, niveau bien supérieur à la moyenne de l’ensemble des membres du CAD avec ses 0.32 %. Les évolutions observées dans les divers pays de l’UE membres du CAD ont été les suivantes :

  • Allemagne (+9.9 %), par suite d’une augmentation des prêts bilatéraux ;
  • Autriche (+8.8 %), en raison principalement de nouvelles remises de dettes ;
  • Belgique (+19.1 %), par suite de nouvelles remises de dettes et d’un accroissement des dons bilatéraux ;
  • Danemark (+4.3 %), sous l’effet d’une augmentation des dons bilatéraux ;
  • Espagne (-5.9 %), en raison de difficultés budgétaires ;
  • Finlande (+6.9 %), du fait de la progression des dons bilatéraux ;
  • France (+7.3 %), en raison essentielle d’un accroissement des prêts bilatéraux ;
  • Grèce (-16.2 %), par suite de contraintes budgétaires sans précédent ;
  • Irlande (-4.9 %), en raison de contraintes budgétaires ;
  • Italie (-1.5 %) ;
  • Luxembourg (-0.3 %) ;
  • Pays-Bas (+2.2 %) ;
  • Portugal (+31.5 %), sous l’effet principalement d’un accroissement des prêts bilatéraux ;
  • Royaume-Uni (+19.4 %), du fait de l’intensification réguliere de l’ensemble du programme d’aide ;
  • Suède (-7.1 %), bien que la Suède continue à allouer environs 1% de son RNB à l’APD.

Les dons consentis par les institutions de l’UE aux pays en développement et aux organisations multilatérales ont progressé de 0.8 % pour totaliser 13.0 milliards USD. 

 

L’APD du Japon s’est élevée à 11.0 milliards USD, 11.8 % de plus en termes réels qu’en 2009. En pourcentage du RNB, elle est passée de 0.18 % en 2009 à 0.20 % en 2010. Cette progression est imputable avant tout à une augmentation des dons bilatéraux aux PMA ainsi qu’à une contribution élevée à la Banque mondiale.

 

Dans les autres pays du CAD, l’APD nette a connu les évolutions suivantes :

  • Australie (+12.1 %), sous l’effet d’un accroissement des dons aux pays les moins avancés ;
  • Canada (+12.7 %), en raison d’une augmentation à la fois des dons bilatéraux et des contributions élevées à la Banque mondiale ;
  • Corée (+25.7 %), par suite d’une nouvelle intensification du programme d’aide ;
  • Norvège (+3.6 %), du fait principalement des efforts déployés pour promouvoir les énergies propres et réduire la déforestation ;
  • Nouvelle-Zélande (-3.9 %) ; néanmoins le reliquat du budget 2009-10 a été reporté et reste utilisable jusqu’en juin 2012 ;
  • Suisse (-4.5 %), par suite d’une diminution des allégements de dette ; néanmoins la Suisse s’est désormais fixé pour objectif incontournable de porter son APD à 0.5 % de son RNB pour 2015.

En 2010, les apports bruts d’APD (c’est-à-dire avant déduction des remboursements de prêts) ont totalisé 141.3 milliards USD, en progression de 6.3 % en termes réels par rapport à 2009. Au regard de cet agrégat, viennent aux premiers rangs des donneurs les Etats-Unis, le Japon, la France, l’Allemagne et le Royaume-Uni (voir tableau 2). 

 

Les apports nets d’APD des économies de l’OCDE n’appartenant pas au CAD ont évolué comme suit :

  • Estonie (+4.7 %) ;
  • Hongrie (-2.2 %) ;
  • Islande (-22.6 %) ;
  • Israël (+12.4 %) ;
  • Pologne (-4.1 %) ;
  • République tchèque (+4.6 %) ;
  • République slovaque (+2.7 %) ;
  • Slovénie (-7.4 %) ;
  • Turquie (+23.8 %), sous l’effet d’une intensification du programme d’aide.

Comment les promesses faites en 2005 ont-elles été tenues ?

 

En 2005, au Sommet de Gleneagles (du G8) et à l’occasion d’autres manifestations, les donneurs ont pris des engagements précis concernant l’accroissement de leur APD. D’après les calculs du Secrétariat de l’OCDE, ces diverses promesses impliquaient que l’APD émanant de l’ensemble des membres du CAD soit portée d’environ 80 milliards USD à près de 130 milliards USD (aux prix de 2004).  

 

Toujours en 2005, les quinze pays de l’UE membres du CAD se sont fixé l’ambitieux objectif de consacrer au minimum 0.51 % de leur RNB à l’APD en 2010. Les pays suivants ont fait mieux encore : Belgique (0.64 %), Danemark (0.90 %), Finlande (0.55 %), Irlande (0.53 %), Luxembourg (1.09 %), Pays-Bas (0.81 %), Royaume-Uni (0.56 %) et Suède (0.97 %). La France y est presque parvenue, avec un rapport APD/RNB de 0.50 %,tandis que d’autres pays n’y sont pas parvenus: Allemagne (0.38 %), Autriche (0.32 %), Espagne (0.43 %), Grèce (0.17 %), Italie (0.15 %) et Portugal (0.29 %).

 

D’autres membres du CAD ont fait à l’horizon 2010 diverses promesses qui ont été honorées. Les Etats-Unis s’étaient engagés à doubler leur aide à l’Afrique subsaharienne entre 2004 et 2010, ce qui a été réalisé et même plus dès 2009, avec un an d’avance. Le Canada avait promis de multiplier par deux le volume de son Enveloppe de l’aide internationale par rapport à son niveau de 2001, et il l’a fait. L’Australie s’était donné pour objectif de porter son APD à 4 milliards AUD et y est parvenue. La Norvège s’était engagée à maintenir son rapport APD/RNB à 1 % et a fait mieux. Enfin la Suisse a tenu sa promesse de porter son rapport APD/RNB à 0.41 %. 

 

Au Sommet du G8 de Gleneagles en 2005, le Japon avait lui aussi promis d’accroître son aide mais ses engagements portaient sur la période 2005 à 2009. Il a donc été rendu compte dans le rapport de l’année dernière de sa performance au regard de ces engagements. Il est toutefois à noter que l’APD japonaise a considérablement augmenté en 2010.

 

Le projet de la Nouvelle-Zélande de porter le volume de son APD à 600 millions NZD pour 2012-13 semble en bonne voie de se concrétiser.

 

La Corée n’étant  pas membre du CAD en 2005 n’a fait aucune promesse cette année là concernant l’accroissement de son aide ; pourtant depuis 2005 le volume de son programme d’aide a augmenté de 56 % en termes réels.

 

Ajoutées les unes aux autres ces évolutions ont entraîné une progression de 37 % en termes réels, soit environ 30 milliards USD (de 2004), de l’APD depuis 2004. Cela dit, comparé à ce qu’impliquaient les promesses de 2005, le chiffre de 2010 représente encore un déficit de quelque 19 milliards USD. Sur ce total, un peu plus de 1 milliard USD seulement peut-être imputé au niveau plus faible que prévu des RNB en raison de la crise économique. Les 18 milliards USD restants s’expliquent par le fait que les donneurs n’ont pas tenu leurs engagements en matière d’APD. 

 

A Gleneagles, les membres du G8 avaient aussi prévu d’accroître de 25 milliards USD le total des apports d’APD destinés à l’Afrique. Or, d’après les premières estimations, 11 milliards USD supplémentaires seulement auraient pris le chemin de l’Afrique. En termes relatifs, le déficit est encore pus important que celui enregistré au niveau de l’APD totale. Il s’explique principalement par la médiocre performance de plusieurs donneurs dont une part importante de l’aide va à l’Afrique. 

 

Soucieux de faire en sorte que les objectifs et engagements souscrits à l’avenir en matière d’aide soient clairs,réalistes et réalisables, le CAD a adopté dernièrement une Recommandation sur les bonnes pratiques pour la prise d’engagements. Celle-ci est censée aider tous les donneurs à améliorer leurs pratiques dans ce domaine et à renforcer la responsabilité et la transparence. 

 

Evolution de l’aide après 2010

 

L'OCDE vient d’achever sa quatrième enquête sur les plans prospectifs de dépense des donneurs, destinée à donner une idée des apports programmés par les donneurs bilatéraux et multilatéraux à l’horizon 2013. 

 

Les conclusions préliminaires qui ressortent des réponses des membres du CAD à cette enquête laissent augurer un ralentissement de la croissance de l’aide. Globalement, l’aide programmable par pays (APP) devrait augmenter en termes réels à un rythme de 2 % par an entre 2011 et 2013, contre 8 % par an en moyenne au cours des trois années écoulées. Si on ne tient compte que de l’aide bilatérale des pays du CAD, le taux de croissance est un peu plus faible encore, avec 1.3 % par an.

 

Le ralentissement sera vraisemblablement plus prononcé dans les pays à faible revenu et en Afrique, où l’APP devrait augmenter à un rythme annuel de l’ordre de 1 % en termes réels, contre 13 % au cours des trois dernières années. En conséquence, dans ces pays, l’accroissement de l’aide risque d’être moins rapide que celui de la population.

 

Le CAD a entrepris d’élaborer des scénarios indicatifs d’évolution de l’aide pour les quelques années à venir étant donné les objectifs que se sont fixés un certain nombre de donneurs ; dans le cadre de l’UE notamment, les quinze membres appartenant au CAD sont censés porter leur rapport APD/RNB à au moins 0.7 % et les autres à 0.33 %  pour 2015, et l’UE et les Etats membres se sont engagés à atteindre collectivement la cible de 0.7 % pour la même année.

 

Le présent document s’appuie sur les réponses des membres de l’OCDE à un questionnaire préliminaire sur les principaux agrégats liés à l’APD. Les données sont susceptibles de faire l’objet de révisions.


Pour toute information complémentaire, s’adresser à dac.contact@oecd.org

 

---

Note: L'Aide programmable par pays est un sous-ensemble principal d'APD et exclut des apports non-programmables comme l'aide humanitaire, l'allègement des dettes et des frais dans les pays donneurs comme des frais administratifs et des réfugiés dans des pays donneurs.

 

Related Documents

 

Statistiques en ligne sur le développement international (SDI) : Base de données sur l'aide et autres ressources

Développement : l’aide progresse, mais les tendances qui se profilent sont préoccupantes

50 years of official development assistance

 

Also Available

Countries list

  • Afghanistan
  • Afrique du Sud
  • Albanie
  • Algérie
  • Allemagne
  • Andorre
  • Angola
  • Anguilla
  • Antigua-et-Barbuda
  • Antilles Néerlandaises
  • Arabie Saoudite
  • Argentine
  • Arménie
  • Aruba
  • Australie
  • Autorité Nationale Palestinienne
  • Autriche
  • Azerbaïdjan
  • Bahamas
  • Bahreïn
  • Bangladesh
  • Barbade
  • Belgique
  • Belize
  • Bermudes
  • Bhoutan
  • Bolivie
  • Bosnie-Herzégovine
  • Botswana
  • Brunéi Darussalam
  • Brésil
  • Bulgarie
  • Burkina Faso
  • Burundi
  • Bélarus
  • Bénin
  • Cambodge
  • Cameroun
  • Canada
  • Cap-Vert
  • Caïmanes, Îles
  • Centrafricaine, République
  • Chili
  • Chine (République populaire de)
  • Chypre
  • Colombie
  • Comores
  • Congo, La République Démocratique du
  • Corée
  • Corée, République Populaire Démocratique de
  • Costa Rica
  • Croatie
  • Cuba
  • Côte D'ivoire
  • Danemark
  • Djibouti
  • Dominicaine, République
  • Dominique
  • Egypte
  • El Salvador
  • Emirats Arabes Unis
  • Equateur
  • Erythrée
  • Espagne
  • Estonie
  • Etats Fédérés de Micronésie
  • Etats-Unis
  • Ethiopie
  • ex-République yougouslave de Macédoine (ERYM)
  • Fidji
  • Finlande
  • France
  • Gabon
  • Gambie
  • Ghana
  • Gibraltar
  • Grenade
  • Groenland
  • Grèce
  • Guatemala
  • Guernesey
  • Guinée Équatoriale
  • Guinée-Bissau
  • Guinéee
  • Guyana
  • Guyane Française
  • Géorgie
  • Haïti
  • Honduras
  • Hong Kong, Chine
  • Hongrie
  • Ile de Man
  • Ile Maurice
  • Iles Cook
  • Iles Féroé
  • Iles Marshall
  • Iles Vierges Britanniques
  • Iles Vierges des États-Unis
  • Inde
  • Indonésie
  • Iraq
  • Irlande
  • Islande
  • Israël
  • Italie
  • Jamaïque
  • Japon
  • Jersey
  • Jordanie
  • Kazakstan
  • Kenya
  • Kirghizistan
  • Kiribati
  • Koweït
  • l'Union européenne
  • Lao, République Démocratique Populaire
  • le Taipei chinois
  • Lesotho
  • Lettonie
  • Liban
  • Libye
  • Libéria
  • Liechtenstein
  • Lituanie
  • Luxembourg
  • Macao
  • Madagascar
  • Malaisie
  • Malawi
  • Maldives
  • Mali
  • Malte
  • Maroc
  • Mauritanie
  • Mayotte
  • Mexique
  • Moldova
  • Monaco
  • Mongolie
  • Montserrat
  • Monténégro
  • Mozambique
  • Myanmar
  • Namibie
  • Nauru
  • Nicaragua
  • Niger
  • Nigéria
  • Nioué
  • Norvège
  • Nouvelle-Zélande
  • Népal
  • Oman
  • Ouganda
  • Ouzbékistan
  • Pakistan
  • Palaos
  • Panama
  • Papouasie-Nouvelle-Guinée
  • Paraguay
  • Pays-Bas
  • Philippines
  • Pologne
  • Porto Rico
  • Portugal
  • Pérou
  • Qatar
  • Roumanie
  • Royaume-Uni
  • Russie, Fédération de
  • Rwanda
  • République du Congo
  • République Islamique d' Iran
  • République Tchèque
  • Sahara Occidental
  • Saint-Kitts-et-Nevis
  • Saint-Marin
  • Saint-Vincent-et-les Grenadines
  • Sainte-Hélène
  • Sainte-Lucie
  • Salomon, Îles
  • Samoa
  • Sao Tomé-et-Principe
  • Serbie
  • Serbie et Monténégro (avant juin 2006)
  • Seychelles
  • Sierra Leone
  • Singapour
  • Slovaquie
  • Slovénie
  • Somalie
  • Soudan
  • Soudan du Sud
  • Sri Lanka
  • Suisse
  • Suriname
  • Suède
  • Swaziland
  • Syrienne, République Arabe
  • Sénégal
  • Tadjikistan
  • Tanzanie
  • Tchad
  • Thaïlande
  • Timor-Leste (Timor Oriental)
  • Togo
  • Tokelau
  • Tonga
  • Trinité-et-Tobago
  • Tunisie
  • Turkménistan
  • Turks et Caïques, Îles
  • Turquie
  • Tuvalu
  • Ukraine
  • Uruguay
  • Vanuatu
  • Venezuela
  • Viêt Nam
  • Wallis et Futuna
  • Yémen
  • Zambie
  • Zimbabwe