Investissement

L’Égypte doit maintenir le rythme des réformes pour attirer davantage d’investissements, indique l’OCDE

 

11/07/2007 - Ces dernières années, l’Égypte a accompli des progrès remarquables dans la réforme de sa politique d’investissement, mais les entreprises tant étrangères que nationales restent confrontées à de sérieux obstacles. Un assouplissement de ces restrictions aurait pour effet d’attirer davantage d’investissements et  d’intensifier la concurrence, pour le plus grand bien de l’économie tout entière, selon une nouvelle étude de l’OCDE.

L’examen 2007 de la politique d’investissement de l’Égypte relève que les entrées d’investissements directs étrangers ont été multipliées par douze entre 2001 et 2006. Elles ont atteint 9 milliards USD sur les trois premiers trimestres de l’exercice 2007 par rapport aux 0.5 milliards USD de 2001. Par comparaison, le total avoisinait 6.1 milliards USD pour 2006 dans son ensemble.

L’ambitieux programme de réformes lancé en 2004 a contribué à  diffuser plus largement les retombées de l’investissement direct étranger (IDE) dans l’économie du pays. En 2004, le secteur du pétrole et du gaz absorbait les deux tiers de l’IDE, mais en 2006 ce sont les industries manufacturières et les services qui ont obtenu cette part,  le secteur pétrolier ne recevant plus qu’un tiers du total.

Les obstacles à l’entrée ont été allégés pour les investisseurs tant nationaux qu’étrangers, les formalités douanières ont été simplifiées et en 2004 un ministère spécialisé a été créé pour promouvoir et gérer les investissements. Le système fiscal en particulier a été simplifié, en réduisant le taux d’imposition des sociétés de 32 et 40 % à un taux uniforme de 20%, et l’élimination d’environ 3000 jours d’exonérations diverses et temporaires d’impôt.

L'investissement étranger dans le secteur manufacturier a été entièrement libéralisé, exception faite des activités liées à la défense. Dans les services financiers et les services de télécommunications privés, les prises de participations étrangères sont autorisées jusqu’à hauteur de 100%. L’enregistrement de biens est devenu beaucoup plus rapide et beaucoup moins onéreux, les coûts étant désormais plafonnés tandis que la mise en place d’un “guichet unique” a permis de ramener les délais moyens de 193 jours à une simple semaine.

Mais l’investissement étranger reste soumis à des restrictions dans plusieurs secteurs, notamment la construction, l’électricité, et les transports. Dans l’industrie de la construction, par exemple, les investisseurs étrangers sont tenus de former des co-entreprises où la participation étrangère est limitée à 49%. La levée de ces restrictions stimulerait la concurrence et serait bénéfique à la fois pour les consommateurs et pour les entreprises, affirme l’étude de l’OCDE.

Dans certains secteurs, des dispositions limitent le nombre de travailleurs étrangers qu’une entreprise peut employer et l’éventail des services qu’ils peuvent offrir. A titre d’exemple, seuls les ressortissants égyptiens sont admis à plaider auprès des tribunaux. Un cabinet d’avocats étranger peut ouvrir un bureau en Égypte pour y servir ses clients internationaux, mais il n’est pas autorisé à représenter un client en justice. Ces restrictions devraient être réexaminées d’urgence, indique l’étude.

Sur la base de cet examen de la politique d’investissement, l’OCDE a invité l’Égypte à adhérer à la Déclaration de l’OCDE sur l’investissement international et les entreprises multinationales. C’est le premier pays arabe et le premier pays africain à y adhérer. Lors de ce processus, l’Égypte est convenue de revoir les restrictions qui pèsent sur les investisseurs et qui ont été mises en évidence dans le rapport. Il s’agit notamment de plusieurs dispositions qui ne servent plus leurs objectifs initiaux liés à l’action des pouvoirs publics, comme certaines limitations dans le secteur du tourisme ainsi que le traitement discriminatoire des investisseurs étrangers concernant la construction, les services de messagerie et les services d’intermédiation commerciale en lien avec les exportations.

Pour obtenir une copie de l'étude "Examens de l’OCDE des politiques d’investissement – Égypte", les journalistes sont invités à contacter la Division des relations avec les médias de l’OCDE (tél.+ 33 1 45 24 97 00).

Pour des informations complémentaires, les journalistes peuvent contacter Michael Gestrin, Division de l'investissement (tel. 33 1 45 24 76 24).

 

 

 

Also Available

Countries list

  • Afghanistan
  • Afrique du Sud
  • Albanie
  • Algérie
  • Allemagne
  • Andorre
  • Angola
  • Anguilla
  • Antigua-et-Barbuda
  • Antilles Néerlandaises
  • Arabie Saoudite
  • Argentine
  • Arménie
  • Aruba
  • Australie
  • Autorité Nationale Palestinienne
  • Autriche
  • Azerbaïdjan
  • Bahamas
  • Bahreïn
  • Bangladesh
  • Barbade
  • Belgique
  • Belize
  • Bermudes
  • Bhoutan
  • Bolivie
  • Bosnie-Herzégovine
  • Botswana
  • Brunéi Darussalam
  • Brésil
  • Bulgarie
  • Burkina Faso
  • Burundi
  • Bélarus
  • Bénin
  • Cambodge
  • Cameroun
  • Canada
  • Cap-Vert
  • Caïmanes, Îles
  • Centrafricaine, République
  • Chili
  • Chine (République populaire de)
  • Chypre
  • Colombie
  • Comores
  • Congo, La République Démocratique du
  • Corée
  • Corée, République Populaire Démocratique de
  • Costa Rica
  • Croatie
  • Cuba
  • Côte D'ivoire
  • Danemark
  • Djibouti
  • Dominicaine, République
  • Dominique
  • Egypte
  • El Salvador
  • Emirats Arabes Unis
  • Equateur
  • Erythrée
  • Espagne
  • Estonie
  • Etats Fédérés de Micronésie
  • Etats-Unis
  • Ethiopie
  • ex-République yougouslave de Macédoine (ERYM)
  • Fidji
  • Finlande
  • France
  • Gabon
  • Gambie
  • Ghana
  • Gibraltar
  • Grenade
  • Groenland
  • Grèce
  • Guatemala
  • Guernesey
  • Guinée Équatoriale
  • Guinée-Bissau
  • Guinéee
  • Guyana
  • Guyane Française
  • Géorgie
  • Haïti
  • Honduras
  • Hong Kong, Chine
  • Hongrie
  • Ile de Man
  • Ile Maurice
  • Iles Cook
  • Iles Féroé
  • Iles Marshall
  • Iles Vierges Britanniques
  • Iles Vierges des États-Unis
  • Inde
  • Indonésie
  • Iraq
  • Irlande
  • Islande
  • Israël
  • Italie
  • Jamaïque
  • Japon
  • Jersey
  • Jordanie
  • Kazakstan
  • Kenya
  • Kirghizistan
  • Kiribati
  • Koweït
  • l'Union européenne
  • Lao, République Démocratique Populaire
  • le Taipei chinois
  • Lesotho
  • Lettonie
  • Liban
  • Libye
  • Libéria
  • Liechtenstein
  • Lituanie
  • Luxembourg
  • Macao
  • Madagascar
  • Malaisie
  • Malawi
  • Maldives
  • Mali
  • Malte
  • Maroc
  • Mauritanie
  • Mayotte
  • Mexique
  • Moldova
  • Monaco
  • Mongolie
  • Montserrat
  • Monténégro
  • Mozambique
  • Myanmar
  • Namibie
  • Nauru
  • Nicaragua
  • Niger
  • Nigéria
  • Nioué
  • Norvège
  • Nouvelle-Zélande
  • Népal
  • Oman
  • Ouganda
  • Ouzbékistan
  • Pakistan
  • Palaos
  • Panama
  • Papouasie-Nouvelle-Guinée
  • Paraguay
  • Pays-Bas
  • Philippines
  • Pologne
  • Porto Rico
  • Portugal
  • Pérou
  • Qatar
  • Roumanie
  • Royaume-Uni
  • Russie, Fédération de
  • Rwanda
  • République du Congo
  • République Islamique d' Iran
  • République Tchèque
  • Sahara Occidental
  • Saint-Kitts-et-Nevis
  • Saint-Marin
  • Saint-Vincent-et-les Grenadines
  • Sainte-Hélène
  • Sainte-Lucie
  • Salomon, Îles
  • Samoa
  • Sao Tomé-et-Principe
  • Serbie
  • Serbie et Monténégro (avant juin 2006)
  • Seychelles
  • Sierra Leone
  • Singapour
  • Slovaquie
  • Slovénie
  • Somalie
  • Soudan
  • Soudan du Sud
  • Sri Lanka
  • Suisse
  • Suriname
  • Suède
  • Swaziland
  • Syrienne, République Arabe
  • Sénégal
  • Tadjikistan
  • Tanzanie
  • Tchad
  • Thaïlande
  • Timor-Leste (Timor Oriental)
  • Togo
  • Tokelau
  • Tonga
  • Trinité-et-Tobago
  • Tunisie
  • Turkménistan
  • Turks et Caïques, Îles
  • Turquie
  • Tuvalu
  • Ukraine
  • Uruguay
  • Vanuatu
  • Venezuela
  • Viêt Nam
  • Wallis et Futuna
  • Yémen
  • Zambie
  • Zimbabwe