Innovation

Bâtir l'avenir de Shanghai sur l'innovation - une perspective macroéconomique

 

par Angel Gurría, Secrétaire général de l'OCDE
Discours prononcé devant la 18e réunion annuelle de l'IBLAC sur le thème Promouvoir un climat d'innovation
5 novembre 2006
Shanghai, Chine

C'est un grand plaisir pour moi de me trouver à Shanghai à l'occasion de cette 18e réunion de l'International Business Leaders Advisory Council. Qu'il me soit permis de remercier ici le maire de la ville, M. Han Zheng, et M. John Bond, de leur aimable invitation.

Je suis également heureux d'être à Shanghai du fait des liens étroits qui unissent la Chine et l'OCDE. Depuis 1995, nous avons développé de vastes relations de coopération. Nous soutenons activement les efforts que déploie la Chine pour se doter d'institutions, d'une réglementation et de pratiques propres à faire d'elle une économie moderne, s'inspirant des règles du marché, de plus en plus intégrée au système économique mondial.

Le thème du débat de cette année - Bâtir l'avenir de Shanghai sur l'innovation - tombe à point nommé. L'innovation s'avère le principal moteur de la croissance et du développement économiques à l'échelon national, mais il apparaît de plus en plus clairement aussi que les pays performants sont ceux qui peuvent compter sur des villes ou des villes-régions performantes.

Les villes sont le carburant des économies nationales et constituent des pôles d'innovation et de compétitivité déterminants. C'est dans les villes que naît l'innovation. C'est dans les villes aussi que se joue notre aptitude à donner corps à ce que je considère comme les trois dimensions d'une mondialisation réussie : la prospérité, l'équité et la durabilité.

Les villes sont au cœur de nos préoccupations pour une autre raison. Aujourd'hui, la moitié environ de la population mondiale, soit plus de 3 milliards d'individus, vit en milieu urbain. D'ici à 2030, la population citadine avoisinera les 5 milliards, et pour une bonne part, ce surcroît de population sera à mettre à l'actif des pays en développement. Voilà pourquoi il nous est indispensable de savoir comment gérer un tel accroissement. Nous n'avons pas droit à l'erreur. 

Instaurer des conditions favorables à l'innovation

Les villes ne fonctionnent toutefois pas en vase clos. L'innovation est tributaire de la qualité des politiques macroéconomiques menées à l'échelon national ainsi que de l'adéquation des structures de gouvernance qui en assurent la coordination. S'il est solide, stable et prévisible, le cadre macroéconomique qui leur est offert encourage les entreprises à investir et à prendre des risques. La fiscalité, la réglementation, l'accès aux marchés, la concurrence, des finances publiques saines ainsi qu'une inflation stable et modérée, sont autant d'aspects qui contribuent à créer des conditions favorables à l'innovation. Tout comme la transparence et la bonne gestion des affaires publiques.

Promouvoir un climat porteur pour l'innovation

Une situation macroéconomique satisfaisante n'est pas non plus la panacée. C'est une condition nécessaire, mais pas suffisante. Pour promouvoir l'innovation, il faut mener une politique volontariste qui s'articule autour de mesures bien ciblées. Les gouvernements ont un rôle décisif à jouer pour soutenir la recherche-développement, investir dans l'éducation ou doter l'économie d'un secteur financier bien établi. La protection des droits de propriété intellectuelle est un autre facteur indispensable de nature à stimuler l'innovation.

La clef de la réussite réside toutefois dans la coopération entre secteur public et privé. Pour être efficace, une politique de la science et de la technologie doit mettre l'accent sur la recherche en collaboration et sur le rôle du secteur public à l'appui de la recherche privée.

Face à cette évolution des politiques publiques, l'OCDE a mis au point une approche autour de "systèmes nationaux d'innovation"  en vue de recenser et de faire connaître les meilleures pratiques. Nous mettons en application cette approche, en coopération avec le ministère chinois de la Science et de la technologie, afin d'évaluer le système d'innovation de la Chine et les politiques menées dans ce domaine. La Chine suit l'exemple de pays performants de l'OCDE en s'efforçant de stimuler la capacité d'innovation de ses entreprises. Comme en Finlande, en Suède ou aux États-Unis, les deux tiers environ des dépenses de R&D en Chine sont financés par des entreprises qui en assurent la mise en œuvre.

Dans le cadre de nos travaux avec la Chine, nous nous intéressons aux dimensions régionales de l'innovation, ce qui nous a amenés à consacrer des examens à Shanghai et à deux régions moins avancées : le Sichuan, dans l'ouest de la Chine et le  Liaoning, dans le nord-est. C'est au niveau local, en effet, que se concrétise l'innovation, et la proximité concourt de toute évidence au processus.  Les villes et les villes-régions sont le terrain privilégié de l'innovation, le lieu où se retrouvent les éléments les plus talentueux des universités et des instituts de recherche, des entreprises petites ou grandes, où sont brassées de nouvelles idées et où se créent de nouveaux produits, services ou processus.

Nous savons tous que la mobilité du savoir et des travailleurs qualifiés est un facteur de la réussite de la Silicon Valley. Bien d'autres réussites exemplaires dans les secteurs de haute technologie sont à mettre à l'actif de villes ou de villes-régions au sein desquelles les interactions entre entreprises et chercheurs sont particulièrement fertiles : San Francisco, San Diego ou encore Boston, pour n'en citer que quelques-unes.

L'exemple d'Helsinki, à cet égard, est intéressant. Voilà une ville qui s'est hissée aux premiers rangs du marché mondial de la téléphonie mobile. Ce tour de force est dû pour une bonne part à la collaboration étroite instaurée entre les principales universités et les grandes entreprises de la région, processus encouragé par l'action des pouvoirs publics. La réussite de Nokia et d'autres sociétés finlandaises a aidé à transformer une économie fondée sur les ressources naturelles en une économie parmi les plus novatrices et dynamiques du monde. La Finlande compte aujourd'hui le plus grand nombre de chercheurs et de brevets par habitant au sein de la zone OCDE.

L'installation de grandes entreprises aux côtés d'entreprises concurrentes, d'entreprises dynamiques de moindre envergure et d'instituts de recherche est un avantage tangible lorsqu'il s'agit d'innover et de faire face à la concurrence sur les marchés mondiaux. Des travaux menés récemment dans des régions spécialisées dans la biotechnologie et les produits pharmaceutiques le confirment. A Montréal ou à Stockholm, par exemple, la compétitivité internationale des entreprises s'est considérablement renforcée du fait de la proximité de pôles de recherche spécialisés.

C'est la raison pour laquelle les gouvernements s'emploient à reproduire les éléments de réussite qui ont favorisé l'éclosion de pôles d'entreprises innovantes caractéristiques de "l'économie de la connaissance".

D'où l'intérêt croissant que portent les responsables de l'action publique aux systèmes d'innovation "régionaux", lesquels favorisent la circulation et le partage du savoir comme de la technologie. Shanghai pourrait s'avérer un bon exemple de ce point de vue.

Les initiatives visant à la création de pôles aptes à mettre en relation les différents acteurs d'une même branche d'activité ou chaîne de valeur et à fournir des services spécialisés utiles à un groupe d'entreprises - soutien à l'exportation, promotion de programmes de recherche en collaboration ou action en vue d'élargir l'offre de personnel talentueux et qualifié, sont prometteuses. Plusieurs villes nous en ont donné quelques illustrations, à l'instar d'Ottawa et de son Centre de recherche et d'innovation (OCRI) qui a pour objet de soutenir l'industrie des TIC.

Du point de vue de l'OCDE, ce type de mesures a ceci d'encourageant qu'elles laissent augurer d'un meilleur ciblage des fonds publics et, tout aussi important, d'un abandon des subventions spécifiques à certaines catégories d'entreprises, susceptibles de fausser les marchés et d'entraver la concurrence.

Une stratégie pour les villes : offrir un cadre propice à l'innovation

A l'OCDE, d'importantes ressources sont consacrées à l'examen du rôle des villes dans l'instauration d'un climat propice à l'innovation. En fait, je vous apporte les premiers exemplaires, à peine sortis des presses, d'une nouvelle étude importante sur le sujet intitulée Ville, compétitivité et mondialisation dans la série des Examens territoriaux.

La réflexion que nous menons à l'OCDE sur les villes nous a notamment appris qu'associer la collectivité à l'élaboration d'une vision stratégique pour la ville ou la ville-région renforce sa compétitivité.

Shanghai offre une parfaite illustration de ce que nous entendons par vision stratégique. C'est en effet une ville qui, dans son 11e Plan quinquennal pour 2006-2011, s'est fixé un programme tourné vers l'avenir autour d'objectifs économiques, sociaux et environnementaux. Shanghai souhaite par exemple maintenir son taux de croissance de 9 % jusqu'à fin 2010, accroître sensiblement le rôle du secteur des services dans l'économie, et porter les dépenses de recherche-développement à 2.8 % de son PIB.

D'ici 2010, Shanghai veut avoir atteint les objectifs suivants : une durée de scolarité pour les nouveaux entrants sur le marché du travail d'au moins 14.5 années, une pénétration d'Internet de 68 %, une réduction de 20 % de la consommation d'énergie par unité de PIB, le maintien des dépenses consacrées à des projets d'environnement à 3 % du PIB de la ville, le traitement de 80 % des eaux usées urbaines, une qualité de l'air jugée bonne 85 % des jours de l'année, et un allongement de l'espérance de vie moyenne des Shanghaïens au-delà de 80 ans.

Ce sont là d'ambitieux objectifs et les obstacles qui se dressent sur le chemin sont colossaux. L'OCDE est toute disposée à être le partenaire de la Chine, de Shanghai et d'autres villes chinoises dans la recherche de solutions qui permettront de surmonter les difficultés et d'obtenir les résultats escomptés.

Nous avons également pris conscience de l'importance de ce que nous appelons les actifs relationnels ou encore les biens collectifs locaux pour la prospérité des villes. Il peut s'agir notamment des transports et autres infrastructures collectives, mais aussi de l'instauration de liens entre universités et secteurs scientifiques et du renforcement des relations entre entreprises et fournisseurs, y compris les petites entreprises. Le centre d'intérêt ne se limite pas à la science. Tout l'éventail des capacités créatives dans le domaine artistique ou dans l'éducation et toute la palette des industries de services doivent être mis à profit. Une ville florissante est un lieu de forte création d'entreprises.

La façon dont les villes gèrent leur espace et améliorent les conditions de vie de leurs habitants a également son importance, d'autant que ce peut être une force d'attraction ou de rétention des talents. De bonnes écoles, des rues sûres, une vie culturelle animée et des espaces verts, y compris des parcs publics, sont autant d'éléments qui contribuent à leur attrait. Une urbanisation diversifiée où se côtoient l'habitat résidentiel, l'activité économique, les commerces de proximité dans un maillage institutionnel constitué autour des écoles et des hôpitaux, par exemple, est également essentielle. Les villes se doivent d'assurer les transports publics, ce qui est le cas de Shanghai, et d'adopter diverses mesures (péage routier ou taxes d'encombrement) pour décourager les déplacements automobiles superflus.

La prise en compte des questions d'équité sociale est également déterminante, tel est le constat des auteurs de l'étude de l'OCDE mentionnée plus haut. Les villes accusent parfois une réelle fracture entre riches et pauvres, ou voient peu à peu disparaître leur classe moyenne. Il importe de parer aux risques d'exclusion sociale, et d'éviter que les écarts entre les deux extrémités de la fourchette se creusent et fassent le lit de la criminalité, de la toxicomanie et d'autres menaces du même ordre. L'accès à un logement abordable, aussi, apparaît invariablement comme un important facteur de cohésion sociale.

Enfin, les villes sont confrontées à de graves défis environnementaux - la qualité de l'air et de l'eau, la gestion des déchets, les déchets toxiques, une énergie propre. La plupart des menaces qui pèsent sur l'environnement mondial trouvent leurs racines dans les villes. Or, celles qui négligeront ces défis environnementaux verront peu à peu fuir talents et entreprises.

 Ce sont autant d'enjeux dont sont parfaitement conscients les dirigeants de Shanghai. La ville a déjà étonné le monde entier par la rapidité de sa croissance et par les infrastructures et les technologies avancées dont elle a su se doter. Cela étant, Shanghai aura encore besoin d'investissements massifs et de réglementations bien plus rigoureuses et plus strictement appliquées avant de pouvoir bénéficier d'un environnement plus propre.  

 Shanghai a une autre raison d'aller encore de l'avant au cours des prochaines années puisque c'est elle qui organise l'Exposition universelle de 2010, manifestation qui drainera des foules du monde entier, curieuses de voir quelle ville est devenue Shanghai. Le thème de l'Expo 2010 est "Une ville meilleure pour une vie meilleure", slogan auquel adhère pleinement l'OCDE. De fait, je suis heureux d'annoncer que l'OCDE participera à l'Exposition universelle de 2010.

Conclusion 

 Au-delà de la ville même, il va sans dire que la capacité d'innovation de Shanghai a de profondes répercussions sur l'ensemble de la Chine. Cette capacité d'innovation est un puissant moteur de la croissance des régions les plus avancées du pays.

Ce peut être, parallèlement, une source de disparités régionales. La concentration de la R&D, des centres d'enseignement, des structures de soutien aux entreprises et d'autres éléments du système d'innovation dans des régions pivots peut, avec le temps, empêcher la convergence des performances d'autres régions.

Il importe donc de ne pas ménager les efforts en vue de renforcer les liens entre Shanghai et d'autres régions moins avancées, et leur permettre ainsi d'accélérer leur rattrapage.

A mesure que Shanghai progresse sur la voie de la technologie et en termes de valeur ajoutée, la création de co-entreprises entre des sociétés de Shanghai et d'autres régions peut grandement contribuer à renforcer les capacités des autres régions et à éviter que les disparités régionales n'aient des conséquences économiques, sociales et politiques négatives.

Monsieur le Maire, Mesdames et Messieurs, je conclurai en disant que les villes jouent un rôle de plus en plus incontournable dans la quête de l'innovation et de la compétitivité. Shanghai en offre une parfaite illustration. C'est une ville qui a déjà accompli des progrès considérables, mais qui est encore confrontée à de formidables défis. L'OCDE est prête à vous aider à les relever.

Je vous remercie.

 

 

 

Also Available

Countries list

  • Afghanistan
  • Afrique du Sud
  • Albanie
  • Algérie
  • Allemagne
  • Andorre
  • Angola
  • Anguilla
  • Antigua-et-Barbuda
  • Antilles Néerlandaises
  • Arabie Saoudite
  • Argentine
  • Arménie
  • Aruba
  • Australie
  • Autorité Nationale Palestinienne
  • Autriche
  • Azerbaïdjan
  • Bahamas
  • Bahreïn
  • Bangladesh
  • Barbade
  • Belgique
  • Belize
  • Bermudes
  • Bhoutan
  • Bolivie
  • Bosnie-Herzégovine
  • Botswana
  • Brunéi Darussalam
  • Brésil
  • Bulgarie
  • Burkina Faso
  • Burundi
  • Bélarus
  • Bénin
  • Cambodge
  • Cameroun
  • Canada
  • Cap-Vert
  • Caïmanes, Îles
  • Centrafricaine, République
  • Chili
  • Chine (République populaire de)
  • Chypre
  • Colombie
  • Comores
  • Congo, La République Démocratique du
  • Corée
  • Corée, République Populaire Démocratique de
  • Costa Rica
  • Croatie
  • Cuba
  • Côte D'ivoire
  • Danemark
  • Djibouti
  • Dominicaine, République
  • Dominique
  • Egypte
  • El Salvador
  • Emirats Arabes Unis
  • Equateur
  • Erythrée
  • Espagne
  • Estonie
  • Etats Fédérés de Micronésie
  • Etats-Unis
  • Ethiopie
  • ex-République yougouslave de Macédoine (ERYM)
  • Fidji
  • Finlande
  • France
  • Gabon
  • Gambie
  • Ghana
  • Gibraltar
  • Grenade
  • Groenland
  • Grèce
  • Guatemala
  • Guernesey
  • Guinée Équatoriale
  • Guinée-Bissau
  • Guinéee
  • Guyana
  • Guyane Française
  • Géorgie
  • Haïti
  • Honduras
  • Hong Kong, Chine
  • Hongrie
  • Ile de Man
  • Ile Maurice
  • Iles Cook
  • Iles Féroé
  • Iles Marshall
  • Iles Vierges Britanniques
  • Iles Vierges des États-Unis
  • Inde
  • Indonésie
  • Iraq
  • Irlande
  • Islande
  • Israël
  • Italie
  • Jamaïque
  • Japon
  • Jersey
  • Jordanie
  • Kazakstan
  • Kenya
  • Kirghizistan
  • Kiribati
  • Koweït
  • l'Union européenne
  • Lao, République Démocratique Populaire
  • le Taipei chinois
  • Lesotho
  • Lettonie
  • Liban
  • Libye
  • Libéria
  • Liechtenstein
  • Lituanie
  • Luxembourg
  • Macao
  • Madagascar
  • Malaisie
  • Malawi
  • Maldives
  • Mali
  • Malte
  • Maroc
  • Mauritanie
  • Mayotte
  • Mexique
  • Moldova
  • Monaco
  • Mongolie
  • Montserrat
  • Monténégro
  • Mozambique
  • Myanmar
  • Namibie
  • Nauru
  • Nicaragua
  • Niger
  • Nigéria
  • Nioué
  • Norvège
  • Nouvelle-Zélande
  • Népal
  • Oman
  • Ouganda
  • Ouzbékistan
  • Pakistan
  • Palaos
  • Panama
  • Papouasie-Nouvelle-Guinée
  • Paraguay
  • Pays-Bas
  • Philippines
  • Pologne
  • Porto Rico
  • Portugal
  • Pérou
  • Qatar
  • Roumanie
  • Royaume-Uni
  • Russie, Fédération de
  • Rwanda
  • République du Congo
  • République Islamique d' Iran
  • République Tchèque
  • Sahara Occidental
  • Saint-Kitts-et-Nevis
  • Saint-Marin
  • Saint-Vincent-et-les Grenadines
  • Sainte-Hélène
  • Sainte-Lucie
  • Salomon, Îles
  • Samoa
  • Sao Tomé-et-Principe
  • Serbie
  • Serbie et Monténégro (avant juin 2006)
  • Seychelles
  • Sierra Leone
  • Singapour
  • Slovaquie
  • Slovénie
  • Somalie
  • Soudan
  • Soudan du Sud
  • Sri Lanka
  • Suisse
  • Suriname
  • Suède
  • Swaziland
  • Syrienne, République Arabe
  • Sénégal
  • Tadjikistan
  • Tanzanie
  • Tchad
  • Thaïlande
  • Timor-Leste (Timor Oriental)
  • Togo
  • Tokelau
  • Tonga
  • Trinité-et-Tobago
  • Tunisie
  • Turkménistan
  • Turks et Caïques, Îles
  • Turquie
  • Tuvalu
  • Ukraine
  • Uruguay
  • Vanuatu
  • Venezuela
  • Viêt Nam
  • Wallis et Futuna
  • Yémen
  • Zambie
  • Zimbabwe