Industrie et entrepreneuriat

Selon le Secrétaire général de l’OCDE, il faut éviter l’escalade et miser sur le dialogue international pour résoudre le problème des surcapacités dans le secteur mondial de l’acier

 

06/03/2018 - Le Secrétaire général de l’OCDE Angel Gurría appelle les gouvernements des économies productrices d’acier à s’attaquer aux causes premières de la crise sidérurgique actuelle en prenant part à des initiatives multilatérales et, notamment, au sein du Forum mondial sur les surcapacités sidérurgiques. La démarche de collaboration de ce Forum mondial reste le seul moyen de résoudre durablement ce problème tenace et d’en traiter le fond plutôt que les seules manifestations. Selon M. Gurría, « comme nous l’avons constaté à maintes reprises par le passé, les problèmes globaux exigent des solutions globales – c’est la raison-même de l’existence du Forum mondial sur les surcapacités sidérurgiques. Mais celui-ci doit accélérer ses efforts ».


L’acier est une priorité du G20 depuis quelques années. En septembre 2016, au Sommet de Hangzhou, les leaders des économies du G20 avaient reconnu que les excédents de capacité du secteur de l’acier et d’autres étaient un problème mondial qui nécessitait des réponses collectives. Ils avaient alors créé le Forum mondial sur les surcapacités sidérurgiques et demandé à l’OCDE d’en faciliter les travaux.


À leur sommet de 2017 à Hambourg, les leaders ont confirmé leur engagement vis-à-vis du Forum mondial sur les surcapacités sidérurgiques, qu’ils estiment indispensable pour relever ce défi de longue date. Ils sont convenus de recommandations d’action pour restructurer l’industrie, et entendent notamment supprimer les subventions nuisibles qui, en perturbant le marché, contribuent aux surcapacités. Les travaux se poursuivront sous la présidence argentine du G20. « Étant donné l’urgence de la situation, le Forum mondial sur les surcapacités sidérurgiques doit prendre des mesures promptes et tangibles en 2018 », a déclaré M. Gurría.


Partout dans le monde, le secteur de l’acier est confronté à de graves difficultés, sans doute les plus graves de son histoire, sur le plan des échanges commerciaux et des ajustements structurels. Les augmentations rapides de capacité de ces dernières années ont entraîné des déplacements importants des flux d’échanges mondiaux et une recrudescence des mesures protectionnistes. Beaucoup d’aciéries se battent pour se maintenir à flot.


Les surcapacités sont la principale cause de la crise actuelle. Certains gouvernements continuent de soutenir, notamment en les subventionnant, des installations sidérurgiques qui préservent les excédents de capacité et exacerbent les déséquilibres entre l’offre et la demande. Les importants obstacles à la sortie ralentissent le processus de restructuration et de réduction des capacités. Les pays, s’ils s’attachent à régler les différents problèmes, ne vont pas assez loin, pas assez vite. Mettre en œuvre les réformes nécessaires de façon coordonnée et coopérative est la seule façon d’assurer la viabilité et la résilience à long terme du secteur.

 

Coopérant avec plus d’une centaine de pays, l’OCDE est un forum stratégique international qui œuvre à promouvoir des politiques conçues pour améliorer le bien-être économique et social des citoyens dans le monde entier.

 

Documents connexes