Industrie et entrepreneuriat

Les PME et les entrepreneurs doivent diversifier leurs sources de financement face à la persistance des difficultés de crédit

 

16/04/2015 - Les petites et moyennes entreprises (PME) jouent un rôle fondamental pour la croissance inclusive et l’emploi mais il est indispensable d’élargir leurs sources de financement pour réduire la vulnérabilité des PME face à la volatilité du marché du crédit, selon deux nouveaux rapports de l'OCDE.

 

Les deux rapports, Le financement des PME et des entrepreneurs 2015 – Tableau de bord de l'OCDE et Nouvelles approches du financement des PME et de l’entrepreneuriat : élargir la gamme des instruments soulignent la nécessité de développer et promouvoir un ensemble plus diversifié d'options de financement pour favoriser l'investissement. Les rapports sont présentés aux ministres des Finances du G20 réunis à Washington pour proposer des stratégies politiques pour les PME, qui constituent une priorité de la présidence du G20 de la Turquie.

 

« Les petites et moyennes entreprises jouent un rôle essentiel dans la croissance économique et la création d'emplois, mais leur accès au financement restera un défi dans les années à venir » a déclaré le Secrétaire général de l’OCDE, M. Angel Gurría, à l’occasion de la présentation des rapports avec le vice-Premier ministre turc Ali Babacan, en marge des réunions de la Banque Mondiale et du FMI à Washington. « Il est pressant de permettre aux petites entreprises de diversifier leurs sources de financement en utilisant des instruments alternatifs. » (lire le discours dans son intégralité)

 

Le financement des PME et des entrepreneurs 2015 – Tableau de bord de l’OCDE souligne que le crédit bancaire aux PME n'a pas retrouvé son niveau d'avant-crise dans de nombreux pays, freinant ainsi la croissance des entreprises et l’investissement. Si les conditions du crédit se sont assouplies de manière générale, elles demeurent restrictives, en particulier pour les PME.

 

Certains instruments alternatifs comme le financement participatif ou encore l’affacturage gagnent du terrain, alors que le capital-risque et le crédit-bail n’ont pas retrouvé les niveaux de 2007 dans la plupart des pays. L’OCDE signale qu’un niveau élevé de prêts improductifs parmi les PME dégrade la propension des banques à prêter, et constitue un risque pour la reprise économique dans les pays les plus affectés par la crise économique.

 

Dans le même temps, à la différence des années précédentes, le nombre de faillites et les délais de paiement ont cessé d’augmenter en 2013. En moyenne, les faillites ont retrouvé le niveau de 2012, et les délais de paiement ont baissé dans la majorité des 34 pays du Tableau de bord.

 

Le financement des PME et des entrepreneurs 2015 – Tableau de bord de l'OCDE est une publication annuelle qui analyse des indicateurs sur le financement des PME dans 34 pays, auxquels s’ajoutent des informations fournies par des enquêtes sur la demande ainsi qu’une synthèse des plus récentes actions menées par les pouvoirs publics et le secteur privé. Cette étude représente la source la plus complète d’informations sur l’état du financement des PME.

 

Le rapport Nouvelles approches du financement des PME et de l’entrepreneuriat : élargir la gamme des instruments souligne que le prêt bancaire classique pose des difficultés aux PME, et notamment aux sociétés nouvelles, innovantes et à croissance rapide, qui se situent dans le haut de la fourchette du risque. Il en est de même pour les entreprises qui cherchent à opérer une mutation importante dans leurs activités, comme un changement de structure d’actionnariat ou de contrôle.

 

D’après l’étude, diversifier les sources de financement des PME permettra de mieux répondre aux besoins des entreprises aux divers stades de leur cycle de vie et contribuera à atténuer le risque systémique, à accroître la résilience de l’économie réelle face aux chocs de grande ampleur, et enfin à promouvoir de nouveaux gisements de croissance.

 

Le rapport cartographie les principales caractéristiques d’une large gamme de techniques de financement autres que les instruments classiques de la dette, et notamment le financement par nantissement d’actifs, les formes d’emprunt alternatives, les instruments hybrides et les instruments sur fonds propres.

 

Il indique qu’il est désormais indispensable de s’attaquer aux obstacles qui limitent l’utilisation par les PME d’un plus large éventail d’outils de financement en :

  • comblant le fossé de compétences des PME en matière de finance ;
  • concevant une règlementation qui concilie stabilité financière, protection des investisseurs et ouverture de nouveaux canaux de financement pour les PME ;
  • élaborant des infrastructures de l’information pour refléter le niveau de risque associé au financement des PME ;
  • et, enfin, en augmentant la participation des acteurs privés dans le financement des PME.

 

Pour davantage d'informations sur les travaux de l'OCDE consacrés au PME et à l'entreprenariat, veuillez consulter: http://www.oecd.org/fr/cfe/pme/.

 

Pour obtenir de plus amples informations sur ces deux rapports, veuillez contacter Miriam Koreen, Directrice adjointe du Centre pour l’entreprenariat, les PME et le développement local à l’OCDE (Tél. : +33 1 45 24 81 41) ; Lucia Cusmano et Kris Boschmans, ou la Division des médias de l'OCDE (news.contact@oecd.org ; Tél. : + 33 1 45 24 97 00).

 

Documents connexes