Industrie et entrepreneuriat

Le marché de la contrefaçon coûte des milliards d’euros à l’économie italienne

 

20/06/2018 - Selon un nouveau rapport de l’OCDE, le commerce mondial de produits italiens contrefaits (sacs à main ou montres de luxe, produits alimentaires ou encore pièces détachées automobiles) grève l’économie de la péninsule de quelque 1 à 2 % du PIB en termes de ventes non réalisées.


D’après les estimations figurant dans la publication Trade in counterfeit goods and the Italian economy, la valeur totale des produits italiens contrefaits ou piratés vendus dans le monde entier s’est chiffrée à plus de 35 milliards EUR en 2013, soit 4.9 % de l’ensemble des ventes de produits italiens manufacturés. Le manque à gagner pour les entreprises italiennes s’est élevé à 25 milliards EUR pour un PIB de 1600 milliards EUR cette année‑là.


D’après une analyse des données portant sur près d’un demi‑million de saisies en douane réalisées dans le monde de 2011 à 2013 – à laquelle l’OCDE avait auparavant procédé – le marché de la contrefaçon pèse près de 500 milliards USD par an, soit 2.5 % des importations mondiales. Les griffes américaines, italiennes et françaises sont parmi les plus touchées, et l’Italie, dont la prospérité économique repose sur la fabrication de produits de grande valeur protégés par des droits de propriété intellectuelle et des marques commerciales, est particulièrement vulnérable.


Tout en analysant l’impact du commerce de produits italiens contrefaits, les auteurs du rapport ont également étudié les répercussions des importations de contrefaçons sur l’Italie. Selon leurs conclusions, les produits contrefaits importés ont pesé plus de 10 milliards EUR, soit 3 % des importations, en 2013, privant les grossistes et détaillants italiens de quelque 7 milliards EUR de chiffre d’affaires. Ces contrefaçons proviennent principalement de Chine (50 %) et de Hong Kong (29 %) et, dans une moindre mesure, de Grèce (6 %), de Singapour (4 %) et de Turquie (2 %).


Le commerce de produits italiens contrefaits et les importations de biens de contrefaçon ont été à l’origine d’un manque à gagner fiscal de 10 milliards EUR, soit 0.6 % du PIB italien. La contrefaçon et le piratage ont en outre provoqué la destruction de 87 000 emplois en Italie en 2013, soit 2 % des salariés italiens en équivalent temps plein.


En 2013, en termes de valeur, le manque à gagner le plus important subi par les secteurs italiens de la distribution de gros et de détail est dû aux importations de produits électroniques, électriques et optiques de haute technologie contrefaits ou piratés, devant les contrefaçons de vêtements, de chaussures, d’articles de cuir et de produits associés importés. En parts de marché, c’est au secteur de l’horlogerie et de la joaillerie que le marché de la contrefaçon a causé le plus de tort, le privant de 7.5 % de son chiffre d’affaires.


D’après les auteurs du rapport, la moitié environ des biens contrefaits entrés en contrebande en Italie en 2013 ont été vendus comme tel au su des consommateurs et, pour le reste, à leur insu. La part de ces produits achetés en connaissance de cause en Italie est comprise entre 15 % pour les produits alimentaires et 60 % pour les montres et les appareils informatiques et de communication.


L’OCDE coopère avec les États pour les aider à combler les lacunes réglementaires et à mettre fin à une mise en œuvre déficiente de la loi, phénomènes qui permettent au marché de la contrefaçon, largement sous la coupe de bandes organisées, de prospérer.


Pour plus d’informations, ou pour vous entretenir avec l’un des auteurs du rapport, vous êtes invités à contacter Mme Catherine Bremer du bureau des médias de l’OCDE (+33 (0)1 45 24 80 97).


Pour télécharger le rapport, veuillez cliquer sur le lien suivant : Trade in counterfeit goods and the Italian economy.


Coopérant avec plus d’une centaine de pays, l'OCDE est un forum stratégique international qui s’emploie à promouvoir des politiques conçues pour améliorer le bien‑être économique et social des populations dans le monde entier.

 

Documents connexes