Grèce

La Grèce peut faire de son système éducatif une source de croissance inclusive et durable

 

19/04/2018 - Bénéficiant d’un corps enseignant qualifié et dévoué, d’élèves de 15 ans motivés et faisant preuve d’un fort sentiment d’appartenance à leur école, et d’un taux d’abandon scolaire parmi les plus faibles de l’Union européenne, la Grèce est bien placée pour construire un système éducatif solide et inclusif.

 

Le rapport Education for a Brighter Future in Greece témoigne des efforts consentis par les autorités grecques pour améliorer la qualité et l’équité du système éducatif national, au moyen de mesures novatrices conjuguées à de profondes réformes structurelles. Il ressort de ce nouveau rapport de l’OCDE que les actions du gouvernement actuel visant à consolider la gouvernance des établissements et des ressources scolaires peuvent apporter aux élèves le cadre, les connaissances et les compétences nécessaires pour contribuer à une croissance plus inclusive et plus durable, en favorisant la productivité et le bien-être.

 

Touché de plein fouet par la crise économique, le système éducatif grec a subi toute une série de coupes budgétaires (totalisant près de 36 % de baisse en valeur nominale au cours des dix dernières années) et un gel des embauches de fonctionnaires qui a pesé sur les salaires et entraîné des contrats à court terme pour les nouveaux enseignants. La qualité des établissements scolaires et du système éducatif tout entier s’en ressent, surtout dans la mesure où les profils des élèves sont de plus en plus variés, avec des niveaux élevés de pauvreté des enfants et une proportion importante d’élèves de familles immigrées et réfugiées. L’enquête PISA de l’OCDE montre que les résultats des élèves grecs de 15 ans à l’écrit, en mathématiques et en sciences restent inférieurs à la moyenne de l’OCDE.

 

Face à cette situation complexe, le système éducatif grec est confronté à plusieurs difficultés structurelles, notamment un pourcentage élevé de professeurs remplaçants, un système scolaire très centralisé, la nécessité d’améliorer le dispositif de développement professionnel des enseignants, les effets d’un système éducatif parallèle largement répandu, et diverses faiblesses dans l’enseignement supérieur.

 

« Maintenant que les perspectives économiques de la Grèce s’améliorent, il est temps de se consacrer à la mise en place d’un système éducatif hautement performant, qui accorde une place centrale aux enfants. La Grèce peut faire de son système éducatif le moteur d’une croissance plus inclusive et plus durable. S’inspirant des meilleures pratiques à l’échelle internationale, les réformes devraient avoir pour objectif d’élargir l’autonomie des établissements scolaires et de leurs directeurs, de créer un cadre de responsabilité solide et d’encourager une culture de l’évaluation. À l’heure de la révolution numérique, qui touche tous les aspects de la vie, il est essentiel de placer les compétences des enfants, des jeunes et des travailleurs au cœur des priorités », a déclaré Mme Gabriela Ramos, Directrice du Cabinet de l'OCDE et présidente du Comité de pilotage mixte OCDE-Grèce, à l’occasion de la présentation du rapport à Athènes, en présence de M. Kostas Gavroglu, ministre grec de l’Éducation, de la Recherche et des Cultes.

 

Le programme de réforme actuel devrait également avoir pour objectif de donner aux enseignants une plus grande stabilité contractuelle et de mettre à leur disposition des outils innovants de développement professionnel, de confier plus de responsabilités aux chefs d’établissement, de mettre en place un ensemble de principes stratégiques à l’appui de la politique d’enseignement supérieur et d’améliorer la qualité des cours en classe afin de lutter contre le système d’enseignement parallèle.

 

Il serait également souhaitable de rationaliser et d’améliorer les mécanismes de gouvernance et de financement du système éducatif et de ses établissements scolaires. Pour que chaque école puisse se développer, la gouvernance et les financements doivent être harmonisés, ce qui nécessite une vision globale, tournée vers l’avenir, de l’éducation en Grèce, des dispositions précises sur les ressources financières disponibles, une identité et des capacités propres pour les établissements scolaires ainsi que des contrats permanents pour leurs enseignants. Il importe également d’avancer sur l’élaboration d’un système de mesure des performances et d’évaluation fondé sur des données probantes. Enfin, il conviendrait également de relever le niveau dans l’enseignement supérieur afin de contribuer à réduire le décalage entre les qualifications des diplômés du supérieur et les compétences que les employeurs attendent ainsi qu’à diminuer le taux de chômage élevé de ces diplômés. Pour mettre en œuvre ces changements et nombre des recommandations présentées dans le rapport, la Grèce doit donner aux dépenses d’éducation l’importance que le secteur mérite. Étant donné les conséquences désastreuses que la crise a eues sur le budget de l’éducation, les dépenses publiques d’éducation devront retrouver un niveau plus élevé.

 

Le rapport, Education for a Brighter Future in Greece, est consultable ici : http://www.oecd.org/greece/education-for-a-bright-future-in-greece-9789264298750-en.htm

 

Pour obtenir de plus amples informations, les journalistes sont invités à prendre contact avec la Division des médias de l'OCDE (tél. : + 33 1 45 24 97 00).

 

Coopérant avec plus d’une centaine de pays, l’OCDE est un forum stratégique international qui s’emploie à promouvoir des politiques conçues pour améliorer le bien-être économique et social des populations dans le monde entier. 

 

Documents connexes