Partager

Général

Les pays de l’OCDE conviennent de modalités de financement spéciales pour les projets dans les domaines des énergies renouvelables et des ressources en eau

 

11/05/2005 - Les pays de l’OCDE qui participent à l’Arrangement relatif à des lignes directrices pour les crédits à l’exportation bénéficiant d’un soutien public sont convenus de modalités financières spéciales pour les projets concernant les domaines des énergies renouvelables et des ressources en eau, ces conditions devant entrer en vigueur le 1er juillet 2005 pour une période expérimentale de deux ans. Cet accord favorisera l’utilisation de ressources énergétiques renouvelables et contribuera à élargir l’accès aux ressources en eau potable salubre. Il est conforme aux engagements pris lors du Sommet mondial de Johannesburg de 2002 pour le développement durable et aux Objectifs du millénaire pour le développement.

Ces modalités spéciales pour les projets dans les domaines des énergies renouvelables et des ressources en eau conféreront aux emprunteurs un délai de remboursement plus long, d’une durée de 15 ans, ce qui correspond aux modalités actuelles du crédit prévues dans l’Arrangement pour l’achat de centrales nucléaires et est plus favorable que le délai de 12 ans en vigueur pour les projets énergétiques classiques ou le délai de 8.5/10 ans applicable aux projets hydrauliques. Elles auront pour effet d’accroître la viabilité économique et financière des projets de cet ordre, tout en encourageant l’élargissement du marché et l’acceptation générale des technologies des énergies renouvelables, notamment dans les pays en développement.

Les énergies renouvelables visées dans l’accord sont l’éolien, la géothermie, l’électricité produite à partir de l’énergie des marées, des vagues et des courants marins, la photovoltaïque, le solaire thermique, l’énergie thermique des mers et la bioénergie. Les projets relatifs aux ressources en eau visés par l’accord sont ceux qui ont trait à l’adduction d’eau des populations et aux installations de traitement des eaux usées.

L’application de cet accord aux projets hydroélectriques restera en suspens en attendant que les Participants à l’Arrangement aient examiné à nouveau si les lignes directrices existantes régissant l’évaluation de l’impact environnemental des crédits à l’exportation bénéficiant d’un soutien public (c’est?à?dire le projet de Recommandation de l’OCDE sur des approches communes concernant l’environnement adopté à la fin de 2003) sont ou non suffisantes pour pouvoir être considérées comme conformes aux règles correspondantes relatives à ces projets. A leur prochaine réunion plénière qui se tiendra en novembre 2005, on attend des Participants qu’ils parviennent à une conclusion sur les projets hydroélectriques.

Mme Nicole Bollen, Présidente des Participants à l’Arrangement sur les crédits à l’exportation de l’OCDE, s’est félicitée de cet accord, en faisant remarquer que l’allongement du délai de remboursement pour les technologies des énergies renouvelables devrait rendre celles?ci plus concurrentielles que les sources d’énergie classiques et que celui des délais de remboursement pour les projets relatifs à l’eau devrait donner aux pays en développement un accès plus large aux ressources en eau et aux techniques sanitaires.

Pour plus d’informations, les journalistes sont invités à prendre contact avec Janet West, Direction des échanges de l’OCDE (tél. (33) 1 45 24 89 10).

Pour plus d'information, voir le site crédits à l'exportation.

 

Documents connexes