XVIIIème Conférence des Ambassadeurs

 

Discours de M. Angel Gurría, Secrétaire Général de l'OCDE

Paris, jeudi 26 août 2010

Monsieur le Ministre des Affaires étrangères et européennes,
Mesdames et Messieurs les Ministres,
Monsieur le Directeur général,
Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs,

C’est un honneur d’être invité par Bernard Kouchner à m’exprimer devant vous après avoir partagé hier le message du Président de la République.


Une réaction sans précédent face à la crise

L’incendie qui menaçait de faire s’effondrer l’édifice économique mondial a été maîtrisé. La reprise est en cours, le secteur bancaire consolide ses fonds propres, tandis que le commerce mondial retrouve son souffle, comme nous le confirmera Pascal Lamy. C’est le résultat d’une mobilisation et d’une coordination des gouvernements sans précédent dans l’histoire contemporaine, dont le G20 fut, si je puis dire,  le « théâtre » : si cette crise devait avoir un mérite - et ce serait peut-être le seul ! -  ce serait d’avoir fait émerger cette nouvelle « plateforme » de gouvernance internationale taillée pour affronter les défis globaux du XXIème siècle.


Les défis politiques, économiques et sociaux de la sortie de crise

L’incendie a été maîtrisé, je le disais, mais il ne faut pas se bercer d’illusions : les défis demeurent énormes.

Le premier est de ne pas dilapider ce capital de confiance, de dialogue et d’entente qui a été accumulé entre gouvernements dans le cadre du G20. Or autant l’exigence impérieuse d’une réaction rapide et coordonnée face à la menace d’une déflagration économique mondiale a obligé les gouvernements à « tirer dans le même sens » ; autant la phase actuelle de consolidation de la reprise économique laisse les gouvernements face à un choix varié et potentiellement divergent d’options de politique économique et redonne toute leur prégnance aux intérêts nationaux. Préserver une coordination économique étroite entre gouvernements dans ce contexte est dès lors une gageure. Tel devra pourtant être l’objectif du G20 qui est, je le répète, « LE » forum idoine pour bâtir une coordination souple permettant à la fois la différence dans les choix de politiques économiques, une différence adaptée aux idiosyncrasies nationales, tout en évitant leur divergence.

Le second défi est de consolider une économie mondiale très sérieusement ébranlée par la crise. Les économies des pays du G20 ont connu la récession la plus sévère intervenue depuis la seconde guerre mondiale. Cette dernière a laissé des plaies béantes : une activité du crédit sous assistance respiratoire ; une crise financière et bancaire qui a successivement déstabilisé l’économie réelle et les finances des Etats ; enfin, une reprise inhabituellement molle, surtout après un choc de cette ampleur, et un potentiel de croissance diminué qui permettent au chœur des Cassandres d’annoncer l’avènement d’une « nouvelle normalité », celle d’un régime de croissance durablement faible dans les pays OCDE.

Plus grave encore est, si je puis dire, « l’addition » humaine et sociale de cette crise, avec le retour d’un chômage de masse qu’on pensait en voie d’extinction il y a seulement trois ans – environ 10% dans les pays de l’OCDE. La gravité de l’impact social de la crise nous renvoie à la question de la dimension sociale de la mondialisation qui est, nous le savons, au cœur des priorités du Président Sarkozy. Une préoccupation que l’OCDE partage puisqu’elle organisa il y a un an, au cœur de la crise, une réunion ministérielle consacrée à l’emploi et au travail qui réunit 40 pays dont la Chine, l’Inde et le Brésil; l’Organisation participa également et activement à la préparation de la toute première ministérielle emploi/travail du G20 à la demande duquel elle élabore désormais une stratégie en matière de formation.

Nous sommes bien évidemment à la disposition des autorités françaises pour continuer à travailler sur ces questions essentielles, et notamment sur celle de l’insertion des jeunes sur le marché du travail rendue plus difficile encore par la crise.


L’OCDE aux côtés du G20 pour faire face à ces défis globaux et structurels

J’évoquais à l’instant les Cassandres de toutes espèces et leurs funestes prophéties. Mais n’est-ce pas précisément le rôle des gouvernements que de leur donner tort ? Il leur faut pour cela commencer par écarter les vrais-faux dilemmes. Ainsi, le choix en apparence cornélien entre prolongation des mesures de stimulation budgétaire d’une part et risque d’une nouvelle récession est en réalité factice: nous ne pouvons nous permettre de creuser les déficits publics sans altérer la crédibilité de nos politiques économiques et provoquer une montée en flèche des taux d’intérêt. Il nous faut donc trouver un nouvel équilibre entre reprise économique et consolidation budgétaire. 

A l’OCDE, nous pensons surtout que la seule solution est à trouver du côté des réformes structurelles nationales et globales: d’une part, parce qu’il s’agit du seul instrument de politique économique qui demeure disponible ; ensuite parce que cette crise a révélé la fragilité des fondations sur lesquelles reposait l’édifice économique mondial : le surendettement des ménages, une accumulation opaque et excessive de risques dans un système bancaire et financier insuffisamment ou mal régulés, des déséquilibres macro-économiques mondiaux et le « non-système » monétaire international évoqué par le Président de la République hier. Ce sont ces fondations qu’il faut assainir: un simple replâtrage de l’économie mondiale ne suffira pas.

« Place au structurel ! » donc. Tel devrait être le credo des gouvernements qui souhaitent préparer une stratégie de sortie de crise ménageant une reprise durable et saine dans le cadre d’une consolidation budgétaire vraisemblablement inévitable. Encore faudra-t-il, pour relever l’ensemble des défis que je viens d’évoquer, un G20 volontaire qui fasse le choix de l’ambition et non celui de la simple gestion des mesures anti-crise et du statu-quo. 

A cet égard, Mesdames, Messieurs les Ambassadeurs, le Président a clairement annoncé la couleur hier et nous savons à quoi nous en tenir : la Présidence française du G20 sera une présidence ambitieuse. Sachez qu’elle pourra compter sur l’OCDE pour porter haut cette ambition.

L’OCDE a d’ailleurs toujours étroitement travaillé avec les présidences du G8 et du G20. Elle appartient désormais à ce club restreint des organisations internationales qui constituent le socle analytique sur lequel les décideurs du G20 ont décidé de s’appuyer. C’est un honneur qui nous oblige : l’OCDE s’est ainsi fortement mobilisée pour soutenir l’initiative du G20, impulsée par la France et couronnée de succès, qui visait à faire reculer le secret bancaire.

Mais nous avons beaucoup à offrir aux membres du G20 dans bien d’autres domaines: investissement, commerce et notamment aide au commerce en coopération avec nos collègues de la CNUCED et de l’OMC ; emploi et travail en collaboration avec l’OIT. Nous sommes en pointe pour ce qui concerne la définition d’instruments juridiques de lutte contre la corruption tandis que nous travaillons activement avec la présidence coréenne du G20 sur les défis du développement.

Le Président Sarkozy a évoqué hier les problématiques de sécurité alimentaire : en la matière, nous avons réalisé un travail de fond avec la FAO sur les facteurs structurels qui expliquent la volatilité des prix agricoles et avons fait de nombreuses recommandations qui dépassent le cadre du fonctionnement des marchés de négoce des matières alimentaires.

Je manquerais à mes devoirs si je n’évoquais pas notre contribution au Cadre pour une croissance équilibrée et durable mis en place à Pittsburgh par le G20, contribution étroitement coordonnée avec le FMI et qui concerne notre cœur de métier : les politiques structurelles destinées à améliorer la productivité et à stimuler la croissance.

Enfin, le Président a mentionné hier le changement climatique : l’OCDE a contribué à la définition d’instruments de financement au service de l’environnement ou encore de mesure des engagements pris dans ce domaine.

A la demande de nos membres, nous travaillons désormais sur des stratégies intégrées d’innovation et de croissance verte. Nous serons tout prêts à en partager les recommandations avec l’ensemble des membres du G20. De même que nous continuerons de contribuer aux travaux de la Commission sur la mesure des performances économiques et du progrès social initiée par le Président de la République.


L’OCDE, élément important de la nouvelle architecture économique globale

L’expertise est certes essentielle mais elle ne saurait être le seul argument de notre Organisation pour asseoir sa crédibilité auprès de la France comme de ses partenaires : pour demeurer pertinente dans ses recommandations, encore doit-elle demeurer en phase avec le rééquilibrage, à l’œuvre depuis 20 ans, de l’économie mondiale en faveur des grandes économies émergentes et avec les mutations de l’architecture globale de gouvernance qui l’accompagnent.

Or notre Organisation participe pleinement à l’édification de cette dernière: elle admet de nouveaux membres – le Chili et Israël récemment, vraisemblablement suivis de la Slovénie, de l’Estonie et éventuellement de la Russie. Elle a noué des partenariats renforcés avec la Chine, l’Inde, le Brésil, l’Indonésie et l’Afrique du Sud. Elle travaille dès lors et de manière systématique avec 18 membres du G20. Sans prétendre être universelle – mais universalité n’est pas nécessairement synonyme d’efficacité – l’OCDE travaille donc activement à devenir une organisation inclusive et globale.


Conclusion

Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs, après une Présidence française de l’Union européenne qui a été unanimement saluée comme un succès, l’opinion et les analystes s’attendent à une présidence française du G20 ambitieuse et énergique. L’OCDE sera au rendez-vous.

Elle travaillera en étroite collaboration avec les autres organisations internationales pour épauler la Présidence française. J’ai d’ailleurs pris bonne note des réflexions du Président Sarkozy sur l’opportunité de mettre en place un Secrétariat du G20 : nous avions proposé il y a de cela deux ans, à Berlin où j’étais invité par Angela Merkel, de créer un réseau des organisations internationales afin de renforcer leur coordination et la cohérence de leurs propositions. Je suis tout prêt à rediscuter de cette option avec les autorités françaises : ce réseau pourrait fonctionner comme un secrétariat du G20 sans impliquer la création d’une nouvelle bureaucratie. Nous travaillerons donc en bonne entente avec nos homologues du Fonds, de la Banque, de l’OMC ou de l’OIT.

Nous sommes prêts à travailler avec la France. Notre Organisation dispose d’une expertise de premier plan, sans compter que nous ne sommes situés ni de l’autre côté de l’Atlantique, ni de l’autre côté des Alpes, mais simplement de l’autre côté… de la Seine, à quelques encablures de l’Élysée ! L’OCDE est donc un partenaire naturel des autorités françaises !

Il est important pour nous que vous le fassiez savoir aux autorités des pays dans lesquels vous représentez la France, à commencer par celles des pays du G20. 

Mesdames et Messieurs les Ambassadeurs, sachez en tous les cas que le succès de la France lors de sa Présidence du G20 sera également le nôtre.

 

 

 

Also Available

Countries list

  • Afghanistan
  • Afrique du Sud
  • Albanie
  • Algérie
  • Allemagne
  • Andorre
  • Angola
  • Anguilla
  • Antigua-et-Barbuda
  • Antilles Néerlandaises
  • Arabie Saoudite
  • Argentine
  • Arménie
  • Aruba
  • Australie
  • Autorité Nationale Palestinienne
  • Autriche
  • Azerbaïdjan
  • Bahamas
  • Bahreïn
  • Bangladesh
  • Barbade
  • Belgique
  • Belize
  • Bermudes
  • Bhoutan
  • Bolivie
  • Bosnie-Herzégovine
  • Botswana
  • Brunéi Darussalam
  • Brésil
  • Bulgarie
  • Burkina Faso
  • Burundi
  • Bélarus
  • Bénin
  • Cambodge
  • Cameroun
  • Canada
  • Cap-Vert
  • Caïmanes, Îles
  • Centrafricaine, République
  • Chili
  • Chine (République populaire de)
  • Chypre
  • Colombie
  • Comores
  • Congo, La République Démocratique du
  • Corée
  • Corée, République Populaire Démocratique de
  • Costa Rica
  • Croatie
  • Cuba
  • Côte D'ivoire
  • Danemark
  • Djibouti
  • Dominicaine, République
  • Dominique
  • Egypte
  • El Salvador
  • Emirats Arabes Unis
  • Equateur
  • Erythrée
  • Espagne
  • Estonie
  • Etats Fédérés de Micronésie
  • Etats-Unis
  • Ethiopie
  • ex-République yougouslave de Macédoine (ERYM)
  • Fidji
  • Finlande
  • France
  • Gabon
  • Gambie
  • Ghana
  • Gibraltar
  • Grenade
  • Groenland
  • Grèce
  • Guatemala
  • Guernesey
  • Guinée Équatoriale
  • Guinée-Bissau
  • Guinéee
  • Guyana
  • Guyane Française
  • Géorgie
  • Haïti
  • Honduras
  • Hong Kong, Chine
  • Hongrie
  • Ile de Man
  • Ile Maurice
  • Iles Cook
  • Iles Féroé
  • Iles Marshall
  • Iles Vierges Britanniques
  • Iles Vierges des États-Unis
  • Inde
  • Indonésie
  • Iraq
  • Irlande
  • Islande
  • Israël
  • Italie
  • Jamaïque
  • Japon
  • Jersey
  • Jordanie
  • Kazakstan
  • Kenya
  • Kirghizistan
  • Kiribati
  • Koweït
  • l'Union européenne
  • Lao, République Démocratique Populaire
  • le Taipei chinois
  • Lesotho
  • Lettonie
  • Liban
  • Libye
  • Libéria
  • Liechtenstein
  • Lituanie
  • Luxembourg
  • Macao
  • Madagascar
  • Malaisie
  • Malawi
  • Maldives
  • Mali
  • Malte
  • Maroc
  • Mauritanie
  • Mayotte
  • Mexique
  • Moldova
  • Monaco
  • Mongolie
  • Montserrat
  • Monténégro
  • Mozambique
  • Myanmar
  • Namibie
  • Nauru
  • Nicaragua
  • Niger
  • Nigéria
  • Nioué
  • Norvège
  • Nouvelle-Zélande
  • Népal
  • Oman
  • Ouganda
  • Ouzbékistan
  • Pakistan
  • Palaos
  • Panama
  • Papouasie-Nouvelle-Guinée
  • Paraguay
  • Pays-Bas
  • Philippines
  • Pologne
  • Porto Rico
  • Portugal
  • Pérou
  • Qatar
  • Roumanie
  • Royaume-Uni
  • Russie, Fédération de
  • Rwanda
  • République du Congo
  • République Islamique d' Iran
  • République Tchèque
  • Sahara Occidental
  • Saint-Kitts-et-Nevis
  • Saint-Marin
  • Saint-Vincent-et-les Grenadines
  • Sainte-Hélène
  • Sainte-Lucie
  • Salomon, Îles
  • Samoa
  • Sao Tomé-et-Principe
  • Serbie
  • Serbie et Monténégro (avant juin 2006)
  • Seychelles
  • Sierra Leone
  • Singapour
  • Slovaquie
  • Slovénie
  • Somalie
  • Soudan
  • Soudan du Sud
  • Sri Lanka
  • Suisse
  • Suriname
  • Suède
  • Swaziland
  • Syrienne, République Arabe
  • Sénégal
  • Tadjikistan
  • Tanzanie
  • Tchad
  • Thaïlande
  • Timor-Leste (Timor Oriental)
  • Togo
  • Tokelau
  • Tonga
  • Trinité-et-Tobago
  • Tunisie
  • Turkménistan
  • Turks et Caïques, Îles
  • Turquie
  • Tuvalu
  • Ukraine
  • Uruguay
  • Vanuatu
  • Venezuela
  • Viêt Nam
  • Wallis et Futuna
  • Yémen
  • Zambie
  • Zimbabwe