Partager

Forum de l'OCDE 2015 : investissement

 

© Shutterstock / LightspringLe programme du Forum analysera le rôle de l’investissement comme un facteur essentiel pour :


L’investissement n’a toujours pas retrouvé les niveaux d’avant la crise, ce qui pèse sur la demande et affecte la croissance potentielle. En finir avec ce cycle vicieux constitue donc un objectif prioritaire pour rétablir le dynamisme de nos économies et créer des emplois.


Compte tenu de l’urgence de créer des emplois plus nombreux et de meilleure qualité, les politiques de l’investissement sont des instruments de premier ordre pour non seulement surmonter la crise, mais encore restaurer la confiance, bâtir des économies plus résilientes et des sociétés inclusives. Les gouvernements ont la possibilité, et la responsabilité, de poser les fondements d’une nouvelle ère de croissance inclusive et durable. Dans ce contexte, la conception et la mise en œuvre de politiques meilleures de promotion des investissements à long terme sont des questions décisives pour les pouvoirs publics.


Bien que les entreprises multinationales et les investisseurs institutionnels disposent des ressources nécessaires pour investir, les incitations en faveur des investissements à long terme restent insuffisantes, notamment du fait de l’importance accordée aux cycles politiques et économiques de court terme et d’un manque de confiance dans l’avenir, lié à une croissance économique durablement anémiée et à la montée des tensions géopolitiques.


L’abandon de la vision actuelle au profit d’un climat plus favorable aux investissements à long terme suppose un véritable changement d’attitude, tant de la part des pouvoirs publics que des investisseurs. Un dialogue resserré entre acteurs publics et privés, qui renforce la coordination entre les investisseurs, le secteur financier et le secteur public jouerait un rôle déterminant pour instaurer cette nouvelle culture de l’investissement et permettrait de compenser le manque actuel d’investissement grâce au déploiement d’un ensemble de mesures.


© OECDÉchanges et investissements sont étroitement liés. Or, le rythme de croissance des échanges est inférieur aux tendances normales. L’OCDE, par ses travaux consacrés aux chaînes de valeur mondiales (CVM), à la mesure des échanges en valeur ajoutée (EVA) et à l’indice de restrictivité des échanges de services (IRES), apporte son soutien aux pays afin qu’ils soient en mesure de libérer tout le potentiel des échanges en tant que vecteurs de croissance. Dans ce contexte, il est prioritaire de parvenir à des accords concrets dans les négociations commerciales internationales en cours, tels que le Partenariat transatlantique de commerce et d’investissement (TTIP) et le Partenariat transpacifique (TPP).


Par ailleurs, le Forum placera clairement l’accent sur la confiance et la conduite responsable des entreprises, notamment en ce qui concerne la transparence fiscale, l’identification des propriétaires effectifs ainsi que la définition des responsabilités sociales et environnementales dans les chaînes d’approvisionnement. Les débats du Forum consacrés à la gouvernance d’entreprise et aux chaînes de valeur mondiales s’appuieront sur des expériences concrètes issues de l’application des Principes directeurs de l’OCDE à l’intention des entreprises multinationales.

 

Documents connexes

 

Also AvailableEgalement disponible(s)