Fiscalité

L'élaboration d'un instrument multilatéral pour modifier les conventions fiscales bilatérales, Action 15 - Rapport final 2015

Dans la série:Projet OCDE/G20 sur l'érosion de la base d'imposition et le transfert de bénéficesvoir tous les titres

Publié le 01 décembre 2015

Également disponible en: Anglais, Espagnol

book

En puisant dans les compétences de spécialistes du droit international public et de la fiscalité, le rapport examine la faisabilité technique d’une approche multilatérale contraignante visant à élaborer un instrument multilatéral destiné à modifier les conventions fiscales en vue d’assurer une application efficace des mesures arrêtées pour déjouer les pratiques de BEPS en lien avec les conventions fiscales. Il conclut qu’un instrument multilatéral est souhaitable et possible, et que les négociations s’y rapportant devraient être rapidement engagées. Dans cette perspective, les pays ont défini le mandat d’un groupe de travail spécial, ouvert à la participation de tous les pays, et chargé d’élaborer cet instrument multilatéral et de le soumettre à la signature des États en 2016.

BEPS PACKAGE 2015

Élements clÉs

  

WEBCASTS

Vous pouvez (re)voir les webcasts avec les membres du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE présentant les rapports finaux du projet BEPS ainsi que la phase de mise en oeuvre des nouvelles mesures fiscales :

  • Conférence de presse avec Pascal Saint-Amans, Directeur du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE.
  • Webcast technique avec les membres du Centre de politique et d'administration fiscales de l'OCDE.

  

Informations complémentaires

Le Projet OCDE/G20 de lutte contre l’érosion de la base d’imposition et le transfert de bénéfices (BEPS) fournit aux États des solutions pour éliminer les brèches qui subsistent dans les règles internationales actuelles et permettent à des sociétés d’organiser la « disparition » de leurs bénéfices ou de transférer artificiellement ces bénéfices vers certains pays qui appliquent une fiscalité faible ou nulle, alors même que ces entreprises y réalisent des activités économiques limitées, voire inexistantes.