Finlande

La Finlande pourrait aider davantage les travailleurs licenciés vulnérables

 

24/11/2016 - L'accès à des services de l'emploi plus intensifs avant et après les licenciements pourrait aider les travailleurs licenciés défavorisés à revenir à l'emploi, selon un nouveau rapport de l'OCDE.

 

D'après cette publication intitulée Back to Work: Finland (seulement disponible en anglais), 5.4 % des travailleurs finlandais ayant au moins une année d'ancienneté sont licenciés parce que leur entreprise ferme ou réduit ses activités à la suite de fluctuations de la demande et de la production, ce qui constitue un des taux les plus élevés de la zone OCDE. Cela dit, la proportion de travailleurs qui retrouvent du travail au cours de l'année qui suit la perte de leur emploi figure également parmi les plus élevées de la zone OCDE, puisqu'elle s'établit à 87 %.

 

Ces bons résultats moyens en termes de retour à l'emploi tiennent essentiellement à la flexibilité du marché du travail finlandais, qui permet un redéploiement rapide de la main-d'œuvre. Néanmoins, les seniors et les travailleurs ayant un faible niveau de formation éprouvent davantage de difficultés à trouver un nouvel emploi. Depuis la crise financière mondiale, la probabilité de retour à l'emploi des travailleurs manuels a également diminué. En outre, les régions sont affectées différemment et les migrations internes contribuent de manière très limitée à réduire ces disparités régionales.

 

Le système finlandais de prestations de chômage protège efficacement les travailleurs victimes de suppressions d'emplois, mais il est nécessaire de rééquilibrer les dépenses consacrées au marché du travail en faveur de programmes plus actifs, afin d'aider les travailleurs les plus défavorisés à trouver un nouvel emploi :

 

  • Le recours généralisé au dispositif de chômage technique permet d'éviter des licenciements inutiles. Cependant, l'absence de coût direct de ce dispositif pour les employeurs se traduit sans doute aussi par un report des licenciements et, partant, des démarches de recherche d'emploi, réduisant du même coup encore davantage la capacité des travailleurs les plus défavorisés de trouver un nouvel emploi.

 

  • Les interventions précoces effectuées avant les licenciements dans le cadre du dispositif de « sécurité du changement » consistent essentiellement à fournir des informations aux travailleurs concernés. Les aides au retour à l'emploi fournies par le secteur public avant les licenciements sont des plus limitées, et la diminution des ressources des agences pour l'emploi signifie que les personnes ayant perdu leur emploi sont quasiment privées d'assistance individuelle et d'entretiens directs une fois qu'elles sont inscrites en tant que demandeur d'emploi.

 

  • La période plus longue de versement des prestations de chômage destinées aux seniors contribue à réduire le taux de retour à l'emploi de cette catégorie de travailleurs. Par ailleurs, les chômeurs âgés participent moins que les autres aux programmes de formation.

 

En vue de remédier à ces problèmes, l'OCDE recommande à la Finlande de :

 

  • Faire assumer aux employeurs une plus grande part des coûts du dispositif de chômage technique pour éviter qu'il ne puisse être utilisé de manière excessive et que cela puisse retarder les transitions vers l'emploi.

 

  • Veiller à ce que davantage de personnes bénéficient du dispositif de « sécurité du changement », notamment le personnel des petites entreprises.

 

  • Renforcer le système d'activation en favorisant une inscription précoce des travailleurs dont l'emploi a été supprimé auprès des services de l'emploi.

 

  • Redéployer les dépenses au titre du marché du travail pour renforcer les aides individuelles au retour à l'emploi, tant avant le licenciement qu'après l'inscription des travailleurs concernés en tant que demandeurs d'emploi.

 

  • Associer davantage les partenaires sociaux aux processus de transition d'un emploi à un autre avant les licenciements.

 

  • Améliorer l'efficacité de la formation, notamment en mettant en place un financement des services concernés en fonction de leurs résultats et en instaurant une reconnaissance des compétences précédemment acquises en cours d'emploi.

 

Les journalistes souhaitant obtenir de plus amples informations ou des commentaires sont invités à contacter Ann Vourc'h, économiste à la Division de l'analyse et des politiques de l'emploi de l'OCDE et auteur du rapport (Tél. : +33 1 45 24 17 27) ou Christopher Prinz, responsable du projet de l'OCDE « Retrouver du travail » (Tél. : +33 1 45 24 94 83).

 

Pour obtenir un exemplaire de ce rapport, veuillez contacter la Division des médias de l'OCDE (+33 1 45 24 97 00).

 

Coopérant avec plus d'une centaine de pays, l'OCDE est un forum stratégique international qui s'emploie à promouvoir des politiques conçues pour améliorer le bien-être économique et social des populations dans le monde entier.

 

Documents connexes

 

Also AvailableEgalement disponible(s)