Espagne

Une amélioration des compétences dynamiserait la création d’emplois et la croissance en Espagne

 

26/04/2018 - L’Espagne devrait développer les mesures d’aide en faveur des demandeurs d’emploi ainsi que son enseignement professionnel, en lançant différentes réformes visant à promouvoir une meilleure utilisation des compétences et à stimuler la création d’emplois et la croissance, selon un nouveau rapport de l’OCDE.

 

Le rapport Getting Skills Right: Spain (Obtenir les bonnes compétences : Espagne, disponible en anglais) indique que la demande de compétences est plus polarisée dans l’économie espagnole que dans nombre d’autres pays de l’OCDE, dans la mesure où une forte proportion des emplois proposés exigent un niveau de formation très faible ou, à l’inverse, très élevé.

 

« Les politiques publiques mises en œuvre ces dernières années portent leurs fruits, en particulier la modernisation de l’offre de formation professionnelle et l’introduction du nouveau modèle de formation en alternance, qui a permis un recul sensible du taux de décrochage scolaire », explique Montserrat Gomendio, directrice adjointe de la Direction de l’éducation et des compétences de l’OCDE au lancement du rapport à Madrid. « Les principaux défis consistent aujourd’hui à renforcer les compétences de la main d’œuvre, pour qu’elle soit à même de s’adapter aux changements liés à la transition numérique et à la mondialisation des économies. À cet égard, les trois groupes de la population les plus vulnérables sont les jeunes sans emploi et sortis du système éducatif (appelés en Espagne les « ninis »), les chômeurs de longue durée et les adultes peu qualifiés. Le pays doit donc poursuivre sa lutte contre le décrochage scolaire et améliorer la qualité d’ensemble de son système éducatif. L’Espagne devrait également transformer ce système éducatif, en dépassant le modèle traditionnel au profit de l’apprentissage tout au long de la vie, instituer de nouveaux dispositifs de formation des adultes, et promouvoir une utilisation plus efficace des compétences dans le monde du travail. »

 

Le gouvernement et d’autres parties prenantes ont lancé plusieurs d’initiatives visant à mieux adapter l’offre de compétences aux demandes du marché de l’emploi, avec notamment la création d’un portail national des services publics de l’emploi, la mise en place de mesures d’aide pour les chômeurs de longue durée, le lancement du nouveau système de formation en alternance et la réforme du dispositif de formation professionnelle.

 

Toutes les difficultés n’ont cependant pas été surmontées. Les compétences des adultes espagnols en calcul et en lecture sont parmi les plus faibles des pays de l’OCDE. Quant aux compétences en littératie des diplômés de l’enseignement supérieur, dont les résultats sont supérieurs à la moyenne nationale, elles restent en moyenne les plus faibles de la zone OCDE.

 

De nouvelles mesures pourraient être prises pour assurer une meilleure correspondance entre l’offre et la demande de compétences. L’État pourrait notamment mettre l’accent, au travers des formations qu’il subventionne à l’intention des salariés et des chômeurs, sur les compétences et qualifications les plus recherchées par les employeurs, et faciliter l’accès des adultes aux dispositifs de formation tout au long de la vie.

 

Malgré la persistance d’un taux de chômage élevé, l’Espagne dépense relativement peu pour la formation et l’aide à la recherche d’emploi des chômeurs, par comparaison avec d’autres pays de l’OCDE. Les agents des services publics pour l’emploi font face à une surcharge de travail, avec 721 demandeurs d’emploi pour un agent, contre moins de 50 en Allemagne. Le gouvernement devrait donner suite au projet de mise en place d’un modèle de profilage statistique afin de cibler plus finement les prestations des services publics de l’emploi, à l’image de ce qui existe dans nombre d’autres pays de l’OCDE.

 

Une réduction des subventions à l’embauche permettrait en outre de réaffecter des ressources pour étoffer l’offre de formations et combler les déficits de compétences chez les demandeurs d’emploi, de manière à améliorer leur employabilité sur le long terme. Les bons de formation récemment créés pour les chômeurs devraient être utilisés en priorité auprès d’organismes agréés et en mettant l’accent sur les compétences recherchées.

 

La faiblesse des compétences de base de certains adultes pèsent sur leur employabilité, or les possibilités de formation à même de les aider restent trop rares. S’il existe, de fait, des formations gratuites aux compétences élémentaires pour les adultes, le nombre de personnes qui en bénéficient est à ce jour très faible. Pour y remédier, les conditions d’accès à ces formations destinées aux adultes pourraient être assouplies.

 

L’Espagne pourrait aussi envisager d’introduire des incitations financières à l’apprentissage tout au long de la vie qui seraient liées aux personnes plutôt qu’aux emplois, en adossant au compte de formation (Cuenta Formación) un système de bons grâce auquel chacun pourrait renforcer  ses compétences ou se reconvertir en réponse à la demande de compétences. Enfin, les crédits à la formation pourraient être augmentés concernant les compétences et métiers en tension sur le marché de l’emploi.

 

Le rapport Obtenir les bonnes compétences : Espagne (Getting Skills Right: Spain) est disponible à l’adresse suivante : https://www.oecd-ilibrary.org/fr/employment/getting-skills-right-spain_9789264282346-en

 

Pour tout renseignement complémentaire, les journalistes sont invités à contacter la Division des médias de l’OCDE (+ 33 1 45 24 97 00).

 

L’OCDE est un forum économique mondial qui œuvre aux côtés de plus 100 pays pour promouvoir des politiques de nature à améliorer le bien-être économique et social des populations partout dans le monde.

 

Documents connexes