Partager

Environnement

La Pologne a besoin d’une stratégie pour s’acheminer vers une économie à plus faible niveau d’émission

 

23/04/2015 - Depuis son adhésion à l’UE en 2004, la Pologne a conjugué croissance économique robuste et réduction de certaines pressions sur l’environnement. Elle a aussi rapproché sa législation environnementale des normes européennes. Aujourd’hui, la Pologne doit diminuer la dépendance de son économie à l’égard des énergies fossiles et verdir sa croissance, affirme un nouveau rapport de l’OCDE.

 

D’après l’Examen environnemental de la Pologne réalisé par l’OCDE, le pays a accompli des progrès visibles et réussi à découpler la croissance économique et les émissions de gaz à effet de serre, les polluants atmosphériques, la production de déchets et les prélèvements d’eau, ainsi qu’à dépasser ses objectifs de Kyoto. Entre 2000 et 2012, les émissions de gaz à effet de serre de la Pologne n’ont augmenté que de 1 %, alors que son PIB faisait un bond de 56 %.

 

Toutefois, à cause de la prédominance du charbon dans son mix énergétique, la Pologne se classe encore au quatrième rang des pays de l’OCDE pour l’intensité carbone. Les émissions de gaz à effet de serre imputables au transport routier ont augmenté de près de 70 % depuis 2000 et elles continuent de croître sous l’effet du développement de la motorisation suscité par la progression des revenus.

 

La Pologne a augmenté sa consommation de biomasse, mais les énergies fossiles constituent encore 91 % de ses approvisionnements énergétiques, contre 73 % en moyenne dans l’UE, et elle reste le premier producteur et consommateur de charbon de l’UE. L’Examen recommande d’investir dans des énergies et des transports plus propres, et de revoir la fiscalité et les subventions énergétiques pour réorienter le pays vers une économie moins tributaire des énergies fossiles.

 

« Depuis son adhésion à l’Union européenne, la Pologne a réalisé des progrès considérables sur le plan économique et dans la gestion de l’environnement », a déclaré Simon Upton, Directeur de la Direction de l’environnement de l’OCDE en présentant l’Examen à Varsovie. « La Pologne doit aujourd’hui mettre à profit ces avancées et décider des moyens qu’elle va mettre en œuvre pour opérer sa transition vers une économie sobre en ressources et à faible niveau d’émission. »

 

Approvisionnements totaux en énergie primaire 1995-2013


<Télécharger les données>

 

En 2012, les émissions de CO₂ de la Pologne s’élevaient à 0.42 tonne/unité de PIB, contre une moyenne OCDE de 0.31.

 

En 2012, la Pologne affichait aussi le niveau de pollution atmosphérique aux particules fines le plus élevé d’Europe. La pollution de l’air extérieur, cause d’aggravation des troubles respiratoires et circulatoires, est à l’origine de milliers de décès chaque année. La pollution de l’air intérieur, imputable à des chauffages au charbon peu performants, fait aussi peser des risques graves sur la santé.

 

La majeure partie des fonds structurels et de cohésion de l’UE investis en Pologne depuis 2007 ayant été consacrée au transport routier, l’Examen suggère d’attribuer les futures dotations en priorité aux infrastructures ferroviaires.

 

L’Examen se félicite des pratiques de gestion durable des forêts qui ont permis à la Pologne d’accroître sa production forestière sans porter atteinte à son capital naturel et en préservant la biodiversité forestière. Toutefois, pour s’acquitter de l’engagement ambitieux qu’elle a pris dans le cadre du réseau de zones protégées Natura 2000 de l’UE, la Pologne devra mieux aligner les politiques concernant l’utilisation des sols.

 

L’Examen salue l’importante réforme de la gestion des déchets menée en 2013, qui a doté le pays d’un meilleur dispositif pour assurer les services de collecte des déchets ménagers et accroître la collecte sélective des déchets recyclables. Il recommande de renforcer les moyens des communes et la collecte des informations en matière de gestion des déchets.

 

Parmi les 28 recommandations de l’Examen, la Pologne est invitée à :

 

  • Adopter des mesures visant à réduire les répercussions environnementales de l’utilisation du charbon.
  • Réorienter les incitations à l’investissement vers des sources d’énergie et des modes de transport plus propres.
  • Revoir les taxes et redevances vertes de façon à assurer une tarification appropriée des dommages environnementaux.
  • Appliquer la même taxe sur le gazole et l’essence et supprimer les exonérations de taxes sur le charbon.
  • Rendre les plans locaux d’occupation des sols obligatoires et cohérents avec la protection de la nature.
  • Introduire des mécanismes de suivi des résultats de la politique de l’environnement.


Télécharger une version intégrable de l’Examen. 


Lire L’Essentiel de l’Examen en ligne.

 

En savoir plus sur le processus des Examens environnementaux de l’OCDE  


Pour de plus amples informations, ou pour obtenir un entretien avec l’auteur, les journalistes doivent prendre contact avec Anna Biernat de la Division des médias de l’OCDE (+33 1 45 24 97 00).

 

Documents connexes