Marché du travail, capital humain et inégalités

Etude économique de la Suisse 2009 : Améliorer les résultats de l’enseignement

 

Contenu | Résumé | Obtenir cette publication |

 Informations complémentaires | Retour à la page principale | 

 

Les évaluations et recommandations suivantes sont extraites du chapitre 5 de l'Etude économique de la Suisse , publiée le 15 janvier 2010.

Voir aussi: Améliorer les résultats de l’enseignement en Suisse, Document de travail du Département des affaires économiques, No. 838, Février 2011

 

Contenu

 

Améliorer les résultats scolaires contribue à renforcer la performance de la productivité dans le long terme

Le système éducatif suisse donne satisfaction sur nombre de points importants. Les résultats scolaires des enfants de 15 ans sont excellents en comparaison internationale, même si cela reflète en partie le bon niveau d’études des parents et le niveau élevé du revenu par habitant. Un système d’enseignement professionnel bien développé favorise une intégration réussie des jeunes dans le marché du travail. Pour leur part, les universités jouissent d’une excellente réputation. Enfin, la participation à la formation continue est parmi les plus fortes de la zone OCDE. Néanmoins, il reste des possibilités d’améliorer la productivité et le niveau de vie grâce à l’éducation :

  • Malgré le niveau élevé des dépenses par élève dans l’enseignement primaire et dans le premier cycle du secondaire, les enfants des milieux socioéconomiques modestes et ceux qui n’ont pas la langue locale pour langue maternelle obtiennent des résultats scolaires inférieurs à la moyenne élevée observée pour l’ensemble de la Suisse. Cela tient en partie à ce que la proportion d’enfants d’âge scolaire issus de l’immigration est plus forte que dans la plupart des autres pays de l’OCDE, et c’est pourquoi la réussite de l’intégration revêt une importance particulière en Suisse. L’offre de services formels d’accueil des enfants et d’éducation de la petite enfance peut s’avérer utile à cet égard, mais elle est insuffisamment développée.
  • S’agissant de l’enseignement supérieur, les dépenses publiques par étudiant sont élevées par comparaison internationale, mais les taux de diplômés chez les jeunes travailleurs sont faibles pour un pays de l’OCDE à revenu élevé. Cela s’explique par le poids prépondérant d’une filière professionnelle efficace offrant pour certains diplômes des qualifications qui peuvent être similaires à celles de l’enseignement supérieur dans les autres pays, mais un accroissement de l’offre de travailleurs ayant fait des études supérieures pourrait améliorer la performance de la productivité.


L’éducation pré-primaire et les services d’accueil de la petite enfance pourraient contribuer davantage aux performances scolaires ultérieures

Les taux d’inscription dans l’éducation pré-primaire sont encore relativement bas, surtout dans les services institutionnels d’accueil des enfants de moins de quatre ans et chez les enfants de milieux socioéconomiques modestes. Les externalités géographiques dans la prestation de services de garde d’enfants – les financements publics étant principalement fournis par les communes – contribuent à l’insuffisance de l’offre. Les aides fédérales sont faibles, leur conception contribue à fausser la concurrence entre les installations existantes et les installations nouvellement créées, et elles ne sont pas subordonnées à une évaluation de la qualité par les autorités fédérales. Il faudrait que les aides publiques pour les services destinés aux enfants de moins de 4 ans prennent la forme d’un système national de bons qui serait lié à un dispositif d’accréditation. Onze cantons sur vingt-six ont décidé de rendre la scolarité obligatoire à partir de 4 ans dans le cadre d’un accord intercantonal (le concordat HarmoS). Jusqu’à présent, 7 cantons n’ont pas adhéré au concordat. Il faudrait introduire la scolarité gratuite obligatoire au niveau pré-primaire à partir de 4 ans, comme le prévoit le concordat si ce n’est pas déjà le cas. Il faudrait aussi fixer des objectifs éducatifs communs à ce degré d’enseignement.


La scolarité obligatoire peut gagner en efficience

Dans l’enseignement obligatoire, on constate des différences considérables entre cantons concernant les dépenses par élève, l’utilisation des ressources et les politiques d’éducation. De nombreux cantons se sont efforcés de mettre en place des mécanismes de responsabilité, mais ces programmes n’ont généralement pas permis de comparer les performances des établissements d’un canton à l’autre et de définir ainsi des pratiques optimales. Là où le concordat HarmoS a été approuvé, les cantons évalueront la performance des élèves au regard de normes éducatives communes à divers stades de la scolarité obligatoire. Il est important de mettre en œuvre ce programme, afin de pouvoir définir les meilleures pratiques parmi les politiques d’éducation cantonales. L’impact des différences concernant les politiques d’éducation, les dépenses et les ressources d’un canton à l’autre devrait être analysé régulièrement et les résultats devraient être publiés de façon à déterminer des pratiques optimales.


Les écoles ont une très large latitude pour les décisions relatives au personnel et au budget. Il ressort de données d’observation que l’autonomie des établissements en la matière peut améliorer la performance si elle s’accompagne d’une obligation de rendre des comptes. Il faudrait renforcer la responsabilité des différents établissements à l’égard des résultats scolaires. À cet effet, des examens externes devraient être conduits à intervalles réguliers et au cours de la scolarité dans tous les établissements, et les résultats correspondants devraient être jaugés à l’aune des normes nouvellement définies.


Lorsque les équipes de gestion ont des responsabilités clairement définies, il est plus aisé de tenir les établissements pour responsables des résultats. Dans les écoles d’une taille suffisante, il devrait y avoir un directeur. Il lui appartiendrait de fixer les objectifs, d’élaborer des plans pour améliorer les pratiques d’enseignement, mais aussi d’évaluer les compétences pédagogiques et de contribuer à leur développement. Dans tous les cantons, les chefs d’établissement devraient être tenus d’acquérir des compétences de gestion. Des efforts sont actuellement déployés pour définir ces normes minimales à l’échelon national.


Dépenses par élève dans l’enseignement primaire et PIB par habitant au niveau cantonal
2005, en CHF

 

Source: Office fédéral de la statistique, 2008.


Il est possible d’atténuer l’impact du contexte socioéconomique sur les résultats scolaires et le niveau d’études

Même si la structure des systèmes scolaires cantonaux est variable, certains cantons assurant une scolarité obligatoire dans un tronc commun, la plupart des systèmes comportent une sélection en filières en fonction d’exigences différentes concernant les compétences des élèves. Dans la plupart des cantons, la première orientation intervient à l’âge de 13 ans, mais dans quelques-uns d’entre eux elle a lieu dès 11 ans. Dans de nombreux cas, ce sont les parents qui semblent décider en dernier ressort de la filière dans laquelle leurs enfants seront inscrits. Certes, l’orientation vise à offrir une éducation adaptée aux capacités des élèves, mais le milieu socioéconomique et les différences dans les procédures cantonales semblent jouer un rôle déterminant. Or, la décision d’orientation a une influence cruciale sur les chances de faire des études universitaires par la suite et elle peut limiter l’accès à l’enseignement supérieur chez des enfants brillants mais de milieux socioéconomiques modestes. La première orientation scolaire devrait être repoussée au moins jusqu’à l’âge de 13 ans, comme le prévoit le concordat HarmoS.


Résultats obtenus aux épreuves du PISA dans certains pays de l’OCDE : scores moyens globaux et scores moyens des élèves défavorisés sur le plan du statut économique, social et culturel¹
Culture mathématique, compréhension de l’écrit et culture scientifique
 


1. Les élèves issus d’un milieu défavorisé se situent dans le quartile inférieur de l’indice PISA de statut économique, social et culturel.
2. Les données concernant la position des États-Unis sur l’échelle de compréhension de l’écrit n’ont pas été publiées.
Source: OCDE, PISA 2006.


Les mécanismes de financement de l’enseignement supérieur pourraient être encore améliorés

Les universités suisses, fortes d’une large autonomie et de financements publics généreux, occupent un rang international enviable en ce qui concerne les résultats de la recherche. Ces dix dernières années, la création des hautes écoles specialisées, dont l’enseignement est plus axé sur la pratique par rapport à l’enseignement universitaire plus académique, a amélioré les chances des diplômés du deuxième cycle de l’enseignement secondaire professionnel d’obtenir des diplômes universitaires. L’accroissement de l’offre, qui marquera un palier à mesure que le système arrivera à maturité, a été aisément absorbé par le marché du travail, avec une meilleure adéquation. Cette offre intérieure a été complétée par une forte immigration de diplômés de l’enseignement supérieur qui laisse penser qu’une offre accrue de titulaires de diplômes d’études supérieures aiderait les entreprises les plus productives à se développer. De plus, à mesure que les travailleurs vieillissent, l’évolution de la performance sur le marché du travail s’avère beaucoup plus favorable pour les diplômés de l’enseignement supérieur que pour ceux qui n’ont qu’une formation intermédiaire. Comme l’indiquent la plus forte progression des salaires des diplômés du supérieur sur leur durée de vie et peut-être une moindre dépréciation des compétences acquises, un accroissement de l’offre de diplômés du supérieur pourrait avoir des effets bénéfiques sur la productivité dans le contexte du vieillissement démographique.


Des droits de scolarité ont été instaurés dans tous les établissements d’enseignement supérieur, même s’ils ne financent qu’une part négligeable du coût des études. Cependant, peu d’étudiants bénéficient d’un soutien financier au moyen de systèmes publics de prêts. Un accord intercantonal, en voie d’adoption, fixera des normes communes pour l’aide aux étudiants sous condition de ressources. S’il est adopté, il permettra d’accorder un tiers de l’aide financière sous forme de prêt. Tout en continuant d’attribuer des bourses aux étudiants des milieux les plus défavorisés, il faudrait développer les prêts publics remboursables en fonction du revenu ultérieur. Ces prêts pourraient améliorer  l’accès, surtout dans les établissements professionnels tertiaires, qui perçoivent des droits de scolarité élevés, et qui sont très rentables en termes d’amélioration des rémunérations et des perspectives d’emploi. Ils sont particulièrement efficaces pour l’amélioration de l’accès s’ils couvrent également les frais de substance. Puisque l’avantage des études réside surtout dans un accroissement des rémunérations futures, il faudrait augmenter les droits de scolarité dans les établissements qui dispensent une formation supérieure de type classique. Les données empiriques montrent qu’un relèvement des frais de scolarité est compatible avec un plus large accès s’il se double de prêts publics. De plus, ces droits éviteraient le risque de voir le coût budgétaire élevé de cette formation dissuader les cantons d’élargir l’accès aux passerelles conduisant à l’enseignement universitaire lorsque des retombées économiques substantielle sont à attendre.

 

 

Obtenir cette publication

 

Pour consulter l'édition complète de l'Etude économique de l'OCDE de la Suisse :

  • Les lecteurs des établissements abonnés à SourceOCDE peuvent y accéder via notre bibliothèque en ligne.

  • Ceux qui ne souscrivent pas ont la possibilité de l'acheter à notre Librairie en ligne.

  • Passer commande auprès de votre distributeur local.

  • Les fonctionnaires gouvernmentaux disposant d'un compte (inscription) doivent cliquer sur l'onglet "Publications" sur Olis.

  • Les journalistes accrédités ont la possibilité de demander l'accès à un site protégé par un mot de passe .

Télécharger les Synthèses (en pdf). Les Synthèses contiennent les évaluations et recommandations de l'OCDE.

 

Informations complémentaires

Des informations complémentaires sur cette Etude peuvent être obtenues auprès du Bureau de la Suisse du Département des affaires économiques de l'OCDE à eco.survey@oecd.org.

Ce rapport du Secrétariat de l'OCDE a été préparé par  Andrés Fuentes, Charles Pigott et Eduardo Camero sous la direction de Pierre Beynet. La recherche statistique a été effectuée par Patrizio Sicari. L'étude a également bénéficié du travail de consultants externes.

 

 

 

Countries list

  • Afghanistan
  • Afrique du Sud
  • Albanie
  • Algérie
  • Allemagne
  • Andorre
  • Angola
  • Anguilla
  • Antigua-et-Barbuda
  • Antilles Néerlandaises
  • Arabie Saoudite
  • Argentine
  • Arménie
  • Aruba
  • Australie
  • Autorité Nationale Palestinienne
  • Autriche
  • Azerbaïdjan
  • Bahamas
  • Bahreïn
  • Bangladesh
  • Barbade
  • Belgique
  • Belize
  • Bermudes
  • Bhoutan
  • Bolivie
  • Bosnie-Herzégovine
  • Botswana
  • Brunéi Darussalam
  • Brésil
  • Bulgarie
  • Burkina Faso
  • Burundi
  • Bélarus
  • Bénin
  • Cambodge
  • Cameroun
  • Canada
  • Cap-Vert
  • Caïmanes, Îles
  • Centrafricaine, République
  • Chili
  • Chine (République populaire de)
  • Chypre
  • Colombie
  • Comores
  • Congo, La République Démocratique du
  • Corée
  • Corée, République Populaire Démocratique de
  • Costa Rica
  • Croatie
  • Cuba
  • Côte D'ivoire
  • Danemark
  • Djibouti
  • Dominicaine, République
  • Dominique
  • Egypte
  • El Salvador
  • Emirats Arabes Unis
  • Equateur
  • Erythrée
  • Espagne
  • Estonie
  • Etats Fédérés de Micronésie
  • Etats-Unis
  • Ethiopie
  • ex-République yougouslave de Macédoine (ERYM)
  • Fidji
  • Finlande
  • France
  • Gabon
  • Gambie
  • Ghana
  • Gibraltar
  • Grenade
  • Groenland
  • Grèce
  • Guatemala
  • Guernesey
  • Guinée Équatoriale
  • Guinée-Bissau
  • Guinéee
  • Guyana
  • Guyane Française
  • Géorgie
  • Haïti
  • Honduras
  • Hong Kong, Chine
  • Hongrie
  • Ile de Man
  • Ile Maurice
  • Iles Cook
  • Iles Féroé
  • Iles Marshall
  • Iles Vierges Britanniques
  • Iles Vierges des États-Unis
  • Inde
  • Indonésie
  • Iraq
  • Irlande
  • Islande
  • Israël
  • Italie
  • Jamaïque
  • Japon
  • Jersey
  • Jordanie
  • Kazakstan
  • Kenya
  • Kirghizistan
  • Kiribati
  • Koweït
  • l'Union européenne
  • Lao, République Démocratique Populaire
  • le Taipei chinois
  • Lesotho
  • Lettonie
  • Liban
  • Libye
  • Libéria
  • Liechtenstein
  • Lituanie
  • Luxembourg
  • Macao
  • Madagascar
  • Malaisie
  • Malawi
  • Maldives
  • Mali
  • Malte
  • Maroc
  • Mauritanie
  • Mayotte
  • Mexique
  • Moldova
  • Monaco
  • Mongolie
  • Montserrat
  • Monténégro
  • Mozambique
  • Myanmar
  • Namibie
  • Nauru
  • Nicaragua
  • Niger
  • Nigéria
  • Nioué
  • Norvège
  • Nouvelle-Zélande
  • Népal
  • Oman
  • Ouganda
  • Ouzbékistan
  • Pakistan
  • Palaos
  • Panama
  • Papouasie-Nouvelle-Guinée
  • Paraguay
  • Pays-Bas
  • Philippines
  • Pologne
  • Porto Rico
  • Portugal
  • Pérou
  • Qatar
  • Roumanie
  • Royaume-Uni
  • Russie, Fédération de
  • Rwanda
  • République du Congo
  • République Islamique d' Iran
  • République Tchèque
  • Sahara Occidental
  • Saint-Kitts-et-Nevis
  • Saint-Marin
  • Saint-Vincent-et-les Grenadines
  • Sainte-Hélène
  • Sainte-Lucie
  • Salomon, Îles
  • Samoa
  • Sao Tomé-et-Principe
  • Serbie
  • Serbie et Monténégro (avant juin 2006)
  • Seychelles
  • Sierra Leone
  • Singapour
  • Slovaquie
  • Slovénie
  • Somalie
  • Soudan
  • Soudan du Sud
  • Sri Lanka
  • Suisse
  • Suriname
  • Suède
  • Swaziland
  • Syrienne, République Arabe
  • Sénégal
  • Tadjikistan
  • Tanzanie
  • Tchad
  • Thaïlande
  • Timor-Leste (Timor Oriental)
  • Togo
  • Tokelau
  • Tonga
  • Trinité-et-Tobago
  • Tunisie
  • Turkménistan
  • Turks et Caïques, Îles
  • Turquie
  • Tuvalu
  • Ukraine
  • Uruguay
  • Vanuatu
  • Venezuela
  • Viêt Nam
  • Wallis et Futuna
  • Yémen
  • Zambie
  • Zimbabwe