Emploi

Le rôle du marché du travail et de la politique sociale dans la promotion d’une reprise riche en emplois

 

Discours prononcé par M. Angel Gurría, Secrétaire général de l’OCDE, à la réunion des Ministres du Travail et de l’emploi des pays du G20.

Washington, le 20 avril 2010

Madame Solis, Mesdames et Messieurs les ministres, Mesdames et Messieurs, les  rescapés de la cendre vous saluent !

C’est un honneur pour moi de prendre la parole à cette session d’ouverture, même en vidéo, et j’espère pouvoir rejoindre Washington pour au moins une partie de la réunion ministérielle.

Je  me réjouis particulièrement de constater que, tirant parti du Sommet de Pittsburgh, l’ordre du jour de cette réunion marque un réel progrès par rapport à ce qui a été examiné il y a quelques mois à l’OCDE. A l’ époque, les ministres du Travail et de l’Emploi de 38 pays - y compris de grandes économies émergentes comme l’Afrique du Sud, le Brésil, la Fédération de Russie et l’Inde - ont souscrit à d’importantes conclusions pour encourager une réponse collective à la crise de l’emploi.

 

Voir la vidéo du discours prononcé par le Secrétaire général de l’OCDE à la réunion des ministres de l’emploi du G20, à Washington.

Nous avons, par exemple, souligné combien il importait d’assurer l’accès à des filets de sécurité adéquats et efficaces pour minimiser le risque de pauvreté ; de faciliter la participation au marché du travail des groupes sous-représentés, tout particulièrement les jeunes ; de promouvoir les stratégies d’activation et de les adapter aux besoins engendrés par la crise ; de favoriser la transition  vers des emplois verts et une économie à faible consommation de carbone ; de renforcer les compétences et les systèmes d’apprentissage tout au long de la vie.

Nos pays ont des marchés du travail différents, des taux de chômage contrastés, des politiques diversifiées pour  stimuler l’emploi, mais ils partagent tous une préoccupation commune : une reprise sans emplois dans l’un ou l’autre des pays de l’OCDE aura inévitablement une influence sur l’ensemble d’entre eux, d’une manière ou d’une autre. Nous devons donc agir ensemble.

Permettez-moi de vous faire part brièvement de notre analyse des principaux problèmes auxquels les marchés du travail sont confrontés dans les pays de l’OCDE, ainsi que de quelques-unes de nos recommandations pour encourager une reprise riche en emplois.


1) Nécessité de réduire le chômage… et les déficits budgétaires

La plupart des économies de l’OCDE sortent de la récession pour se trouver directement confrontées au défi majeur que représente la nécessité de concilier deux impératifs apparemment contradictoires : s’attaquer à des niveaux de chômage inacceptablement élevés et, simultanément, réduire des déficits budgétaires trop importants pour persister sur la durée.

La reprise est en cours, mais elle ne sera pas suffisamment forte pour remettre au travail les millions de nouveaux chômeurs. Nous attendons une croissance moyenne du PIB de 1.9 % dans la zone OCDE pour 2010 et de 2.5 % pour 2011. Une grande partie de cette reprise est encore soutenue par des mesures de relance, mais celles-ci ne pourront être maintenues beaucoup plus longtemps.

Le rythme de dégradation des finances publiques dans les pays de l’OCDE au cours des deux dernières années déclenche des sonnettes d’alarme.

Le déficit budgétaire moyen dans la zone OCDE est proche de 10 % du PIB, alors que l’endettement public devrait atteindre 100 % du PIB d’ici à 2011 (soit 30 points de pourcentage de plus qu’avant le début de la crise). Même si l’effort de consolidation était suffisant pour ramener les budgets publics à un niveau d’équilibre d’ici à 2017, les ratios de la dette/ PIB dépasseraient encore leurs niveaux d’avant la crise dans la plupart des pays.

Comme si cela ne suffisait pas, il ressort aussi de nos estimations que les pays de l’OCDE ont sans doute perdu plus de 4 % de leur potentiel de production du fait de la crise, pour moitié en raison de la hausse du chômage.
Dans ce contexte très difficile, que peut-on attendre de la reprise en termes de perspectives d’emploi dans les pays de l’OCDE ?


2) La persistance d’un chômage élevé constitue un risque majeur

D’après une étude récente de notre Département des affaires économiques, il faudra peut-être 5 ans environ pour que le chômage revienne de son niveau record lié à la récession aux chiffres d’avant la crise, même dans les pays  dotés de politiques et d’institutions favorables à l’emploi. Dans les autres pays, un chômage élevé pourrait persister  encore bien plus longtemps.

Les pays qui ont limité les pertes d’emplois par des réductions généralisées de la durée du travail ne doivent pas non plus s’attendre à des perspectives d’évolution favorable du marché du travail à court terme. Ils sont confrontés à un risque sérieux de “reprise sans emplois”. Les entreprises disposent d’une marge de manœuvre suffisante pour répondre à l’augmentation de la demande en prolongeant la durée du travail avant de recommencer à embaucher de nouveaux travailleurs en grand nombre.

Ainsi, un objectif essentiel doit être d’éviter la persistance d’un chômage élevé pendant trop longtemps.
Mais comment pouvons-nous y parvenir ?

Il n’y a pas de recette magique.  Nous avons néanmoins mis en évidence certaines mesures clés, qui, adaptées aux circonstances particulières de chaque pays, pourraient nous aider à progresser dans cette voie.


3) Les nouvelles politiques du travail : pour favoriser une reprise riche en emplois

Permettez-moi de vous présenter quelques grandes orientations.

1. Premièrement, le soutien à la demande de main-d’œuvre doit évoluer pour passer de la préservation des emplois à la promotion de la création d’emplois.
Par exemple, le moment semble venu de commencer à supprimer progressivement les dispositifs de chômage partiel dans les pays où ils ont connu une forte expansion durant le ralentissement de l’activité ; il serait souhaitable également d’accroître les subventions à l’embauche, en particulier pour les employeurs recrutant parmi les chômeurs de longue durée ou autres groupes vulnérables.

L’important sous-emploi des ressources actuellement observé sur le marché du travail implique également que l’heure est sans doute propice à la mise en œuvre par les gouvernements d’initiatives en faveur de la croissance verte, qui peuvent générer des emplois rapidement, comme les programmes de rénovation des bâtiments existants pour améliorer leur efficacité énergétique.

2. Deuxièmement, des services d’aide au retour à l’emploi efficaces, associés à des filets de sécurité adéquats, ont un rôle essentiel à jouer dans la promotion d’une réintégration rapide des demandeurs d’emploi sur le marché du travail, tout en luttant contre la pauvreté.

Les stratégies d’activation ont aidé efficacement nombre de pays de l’OCDE à maintenir le chômage à un bas niveau avant la crise et elles doivent à présent jouer un rôle majeur. Mais elles doivent être modulées en fonction des différentes phases de la récession et du début de reprise de façon à apporter un appui efficace à des effectifs importants et croissants de chômeurs.

En outre, l’aggravation du chômage de longue durée crée des besoins particulièrement pressants en matière de garantie de ressources. Dans les pays où la période d’indemnisation est de courte durée, il est tout à fait justifié de la prolonger jusqu’à la fin de la récession et les premières phases de la reprise, jusqu’à ce que les effectifs de chômeurs de longue durée commencent à se contracter sensiblement.. 

Mais la garantie de ressources doit aller de pair avec des services d’aide au retour à l’emploi efficaces. La plupart des pays ont maintenu, voire étendu, leurs services de base de recherche à l’emploi et ont aussi cherché à fournir des services de retour à l’emploi plus ciblés, notamment des possibilités de formation, aux chômeurs les plus difficiles à placer.

Une augmentation des investissements dans la formation, tenant plus particulièrement compte des besoins du marché du travail local, se justifie dans la situation actuelle, d’où la pertinence de la Stratégie de formation que les chefs d’État et de gouvernement ont appelée de leurs vœux et à l’élaboration de laquelle l’OCDE est prête à participer, en coopération avec l’OIT.


3. Troisièmement, les politiques visant à éviter l’émergence d’une “génération sacrifiée de jeunes” sont un impératif.

Le chômage des jeunes se situe autour de 19 % dans la zone OCDE. Un jeune sur quatre est sans emploi aux États-Unis, en France et en Italie, alors que le chômage des jeunes dépasse 40 % en Espagne. Les rapports de la série Des emplois pour les jeunes que nous avons établis pour 16 pays ont mis en évidence une multitude de bonnes pratiques pour réduire les taux d’abandon scolaire et aider les autres jeunes à gravir la première marche de l’échelle professionnelle.

Mesdames et Messieurs les ministres, Mesdames et Messieurs :

Encourager une reprise riche en emplois doit être la toute première priorité de nos gouvernements. La question est de savoir COMMENT ?
Notre présence ici aujourd’hui répond en partie à cette question. C’est en partageant nos connaissances et nos expériences, en coordonnant nos politiques et en rapprochant nos points de vue pour la recherche de solutions novatrices que nous gagnerons cette bataille. L’OCDE est prête à joindre ses forces aux vôtres dans cette entreprise.


Je vous remercie de votre attention.

 

Related Documents

 

to be changed

 

Also Available

Countries list

  • Afghanistan
  • Afrique du Sud
  • Albanie
  • Algérie
  • Allemagne
  • Andorre
  • Angola
  • Anguilla
  • Antigua-et-Barbuda
  • Antilles Néerlandaises
  • Arabie Saoudite
  • Argentine
  • Arménie
  • Aruba
  • Australie
  • Autorité Nationale Palestinienne
  • Autriche
  • Azerbaïdjan
  • Bahamas
  • Bahreïn
  • Bangladesh
  • Barbade
  • Belgique
  • Belize
  • Bermudes
  • Bhoutan
  • Bolivie
  • Bosnie-Herzégovine
  • Botswana
  • Brunéi Darussalam
  • Brésil
  • Bulgarie
  • Burkina Faso
  • Burundi
  • Bélarus
  • Bénin
  • Cambodge
  • Cameroun
  • Canada
  • Cap-Vert
  • Caïmanes, Îles
  • Centrafricaine, République
  • Chili
  • Chine (République populaire de)
  • Chypre
  • Colombie
  • Comores
  • Congo, La République Démocratique du
  • Corée
  • Corée, République Populaire Démocratique de
  • Costa Rica
  • Croatie
  • Cuba
  • Côte D'ivoire
  • Danemark
  • Djibouti
  • Dominicaine, République
  • Dominique
  • Egypte
  • El Salvador
  • Emirats Arabes Unis
  • Equateur
  • Erythrée
  • Espagne
  • Estonie
  • Etats Fédérés de Micronésie
  • Etats-Unis
  • Ethiopie
  • ex-République yougouslave de Macédoine (ERYM)
  • Fidji
  • Finlande
  • France
  • Gabon
  • Gambie
  • Ghana
  • Gibraltar
  • Grenade
  • Groenland
  • Grèce
  • Guatemala
  • Guernesey
  • Guinée Équatoriale
  • Guinée-Bissau
  • Guinéee
  • Guyana
  • Guyane Française
  • Géorgie
  • Haïti
  • Honduras
  • Hong Kong, Chine
  • Hongrie
  • Ile de Man
  • Ile Maurice
  • Iles Cook
  • Iles Féroé
  • Iles Marshall
  • Iles Vierges Britanniques
  • Iles Vierges des États-Unis
  • Inde
  • Indonésie
  • Iraq
  • Irlande
  • Islande
  • Israël
  • Italie
  • Jamaïque
  • Japon
  • Jersey
  • Jordanie
  • Kazakstan
  • Kenya
  • Kirghizistan
  • Kiribati
  • Koweït
  • l'Union européenne
  • Lao, République Démocratique Populaire
  • le Taipei chinois
  • Lesotho
  • Lettonie
  • Liban
  • Libye
  • Libéria
  • Liechtenstein
  • Lituanie
  • Luxembourg
  • Macao
  • Madagascar
  • Malaisie
  • Malawi
  • Maldives
  • Mali
  • Malte
  • Maroc
  • Mauritanie
  • Mayotte
  • Mexique
  • Moldova
  • Monaco
  • Mongolie
  • Montserrat
  • Monténégro
  • Mozambique
  • Myanmar
  • Namibie
  • Nauru
  • Nicaragua
  • Niger
  • Nigéria
  • Nioué
  • Norvège
  • Nouvelle-Zélande
  • Népal
  • Oman
  • Ouganda
  • Ouzbékistan
  • Pakistan
  • Palaos
  • Panama
  • Papouasie-Nouvelle-Guinée
  • Paraguay
  • Pays-Bas
  • Philippines
  • Pologne
  • Porto Rico
  • Portugal
  • Pérou
  • Qatar
  • Roumanie
  • Royaume-Uni
  • Russie, Fédération de
  • Rwanda
  • République du Congo
  • République Islamique d' Iran
  • République Tchèque
  • Sahara Occidental
  • Saint-Kitts-et-Nevis
  • Saint-Marin
  • Saint-Vincent-et-les Grenadines
  • Sainte-Hélène
  • Sainte-Lucie
  • Salomon, Îles
  • Samoa
  • Sao Tomé-et-Principe
  • Serbie
  • Serbie et Monténégro (avant juin 2006)
  • Seychelles
  • Sierra Leone
  • Singapour
  • Slovaquie
  • Slovénie
  • Somalie
  • Soudan
  • Soudan du Sud
  • Sri Lanka
  • Suisse
  • Suriname
  • Suède
  • Swaziland
  • Syrienne, République Arabe
  • Sénégal
  • Tadjikistan
  • Tanzanie
  • Tchad
  • Thaïlande
  • Timor-Leste (Timor Oriental)
  • Togo
  • Tokelau
  • Tonga
  • Trinité-et-Tobago
  • Tunisie
  • Turkménistan
  • Turks et Caïques, Îles
  • Turquie
  • Tuvalu
  • Ukraine
  • Uruguay
  • Vanuatu
  • Venezuela
  • Viêt Nam
  • Wallis et Futuna
  • Yémen
  • Zambie
  • Zimbabwe