Politiques et données sur l'emploi

Selon l’OCDE, l’Espagne "a encore des efforts à faire" pour diminuer le chômage et la précarité chez les jeunes

 

10/05/2007 - Ces dix dernières années, l’Espagne a accompli des progrès considérables dans l’amélioration des perspectives d’emploi pour les jeunes ; il lui reste encore toutefois beaucoup à faire pour revoir les règles en matière d’emploi qui ont une incidence sur les chances des jeunes de trouver un travail. Telles sont les conclusions d’un nouveau rapport de l’OCDE.

Ce rapport, intitulé "Des emplois pour les jeunes : Espagne", indique que la proportion des jeunes âgés de 16 à 24 ans qui ont un emploi a augmenté de plus de 50 % lors de la dernière décennie – offrant un contraste frappant avec la proportion moyenne de l’OCDE qui est restée stable au cours de la même période (voir tableau). Le taux de chômage et l’incidence du chômage de longue durée chez les jeunes ont été divisés par plus de deux au cours des dix dernières années.

Le taux de chômage des jeunes, qui atteignait près de 18 % en Espagne en 2006, reste pourtant supérieur de plus de 3 points de pourcentage à la moyenne de l’OCDE. Les jeunes femmes sont particulièrement touchées en Espagne, avec l’un des taux de chômage les plus élevés de l’OCDE. En outre, si l’incidence du travail temporaire parmi les jeunes dotés d’un emploi a tendance à diminuer, elle était encore de 66 % en 2006, soit plus de deux fois la moyenne de l’OCDE qui s’élevait à environ 30 %. Comme dans d’autres pays de l’OCDE, beaucoup de jeunes entrent sur le marché du travail avec un contrat à durée déterminée. Cependant, la particularité de l’Espagne est que les jeunes ont tendance à rester sur des contrats temporaires pendant très longtemps et connaissent de fréquentes périodes de chômage entre deux contrats.

Plusieurs obstacles doivent être supprimés en vue de continuer à améliorer les perspectives des jeunes sur le marché de l’emploi. Premièrement, comme dans les autres pays de l’OCDE, le marché du travail est de plus en plus sélectif, et le manque de qualifications pertinentes augmente le risque de chômage. En Espagne, un jeune sur quatre quitte le système scolaire sans avoir achevé le deuxième cycle de l’enseignement secondaire, soit l’un des taux d’abandon les plus élevés parmi les pays de l’OCDE.

Les liens entre le système d’enseignement et le monde du travail sont faibles et la formation pratique d’une profession est réservée aux élèves de l’enseignement professionnel – lesquels obtiennent d’assez bons résultats pour ce qui est de l’accès à l’emploi une fois leurs études achevées. Par ailleurs, la protection de l’emploi rigoureuse des contrats permanents a entraîné une segmentation du marché du travail espagnol entre emplois temporaires et emplois permanents, compromettant ainsi les perspectives de carrière et les possibilités de formation des jeunes.

Pour faire face à ces défaillances, le rapport de l’OCDE formule un certain nombre de recommandations : 

  • Accroître la participation dans le système d’enseignement  des tout jeunes enfants et assurer la pérennité de l’aide. Les services de garde des jeunes enfants gagneraient à bénéficier d’une aide publique supplémentaire. Il conviendrait de veiller tout particulièrement à ce que ces services accueillent les enfants les plus exposés au risque d’abandon précoce du système scolaire, et à ce que ces derniers bénéficient d’une aide tout au long de leur scolarité.
  • Garantir des places d’apprentissage dans les entreprises à tous les élèves de l’enseignement professionnel. Le système de l’apprentissage est beaucoup moins développé en Espagne que dans les autres pays de l’OCDE. Il est essentiel de veiller à ce que tous les élèves de l’enseignement professionnel puissent avoir une formation pratique. Cela implique que les organisations patronales participent davantage à l’élaboration des programmes. Il faut veiller en particulier à établir le salaire des apprentis à un niveau qui tienne compte de l’effort de formation des entreprises pour garantir un nombre suffisant de places d’apprentissage.
  • Mettre en place des études universitaires courtes et en promouvoir la fréquentation. Les études universitaires en Espagne doivent être moins théoriques et plus étroitement liées aux besoins du marché du travail. Des études universitaires courtes contribueraient à cet objectif.
  • Parvenir à une plus grande convergence des règles concernant les contrats temporaires et les contrats permanents. Réduire la différence des coûts de licenciement entre ces deux types de contrat permettrait d’inciter davantage les employeurs à offrir des emplois plus stables aux jeunes – soit en transformant des contrats temporaires en contrats permanents, soit en recrutant directement sur des contrats permanents.
  • Allonger la période d’essai dans le cadre des contrats permanents. La période d’essai actuelle dans le cadre d’un contrat permanent est parmi les plus courtes des pays de l’OCDE et les conventions collectives en négocient souvent de plus courtes. Si la période d’essai était prolongée, les employeurs seraient moins réticents à embaucher des jeunes inexpérimentés sur des contrats permanents et cela pourrait stimuler les recrutements.
  • Veiller à ce que des mesures d’emploi aux jeunes chômeurs soient effectivement offertes à un stade précoce. Les jeunes devraient participer à des entretiens personnalisés intensifs avec des conseillers pour l’emploi. Après une période vaine de recherche d’emploi de trois à six mois, ils devraient avoir la possibilité de i) participer à un programme adapté ; ii) travailler dans le cadre d’un dispositif ciblé et subventionné ; ou iii) retourner étudier.

Ce rapport, intitulé Des emplois pour les jeunes : Espagne, est le dernier d’une série lancée par l’OCDE sur seize pays.

Pour obtenir une copie du rapport ou pour des informations complémentaires, les journalistes sont invités à contacter la Division des relations avec les médias de l'OCDE (tél. 33 1 45 24 97 00). Le rapport est en vente en format papier ou en format électronique via la Librairie en ligne de l’OCDE. Les abonnés et les lecteurs des institutions abonnées peuvent consulter l'étude via SourceOCDE.

 

 

 

Also Available

Countries list

  • Afghanistan
  • Afrique du Sud
  • Albanie
  • Algérie
  • Allemagne
  • Andorre
  • Angola
  • Anguilla
  • Antigua-et-Barbuda
  • Antilles Néerlandaises
  • Arabie Saoudite
  • Argentine
  • Arménie
  • Aruba
  • Australie
  • Autorité Nationale Palestinienne
  • Autriche
  • Azerbaïdjan
  • Bahamas
  • Bahreïn
  • Bangladesh
  • Barbade
  • Belgique
  • Belize
  • Bermudes
  • Bhoutan
  • Bolivie
  • Bosnie-Herzégovine
  • Botswana
  • Brunéi Darussalam
  • Brésil
  • Bulgarie
  • Burkina Faso
  • Burundi
  • Bélarus
  • Bénin
  • Cambodge
  • Cameroun
  • Canada
  • Cap-Vert
  • Caïmanes, Îles
  • Centrafricaine, République
  • Chili
  • Chine (République populaire de)
  • Chypre
  • Colombie
  • Comores
  • Congo, La République Démocratique du
  • Corée
  • Corée, République Populaire Démocratique de
  • Costa Rica
  • Croatie
  • Cuba
  • Côte D'ivoire
  • Danemark
  • Djibouti
  • Dominicaine, République
  • Dominique
  • Egypte
  • El Salvador
  • Emirats Arabes Unis
  • Equateur
  • Erythrée
  • Espagne
  • Estonie
  • Etats Fédérés de Micronésie
  • Etats-Unis
  • Ethiopie
  • ex-République yougouslave de Macédoine (ERYM)
  • Fidji
  • Finlande
  • France
  • Gabon
  • Gambie
  • Ghana
  • Gibraltar
  • Grenade
  • Groenland
  • Grèce
  • Guatemala
  • Guernesey
  • Guinée Équatoriale
  • Guinée-Bissau
  • Guinéee
  • Guyana
  • Guyane Française
  • Géorgie
  • Haïti
  • Honduras
  • Hong Kong, Chine
  • Hongrie
  • Ile de Man
  • Ile Maurice
  • Iles Cook
  • Iles Féroé
  • Iles Marshall
  • Iles Vierges Britanniques
  • Iles Vierges des États-Unis
  • Inde
  • Indonésie
  • Iraq
  • Irlande
  • Islande
  • Israël
  • Italie
  • Jamaïque
  • Japon
  • Jersey
  • Jordanie
  • Kazakstan
  • Kenya
  • Kirghizistan
  • Kiribati
  • Koweït
  • l'Union européenne
  • Lao, République Démocratique Populaire
  • le Taipei chinois
  • Lesotho
  • Lettonie
  • Liban
  • Libye
  • Libéria
  • Liechtenstein
  • Lituanie
  • Luxembourg
  • Macao
  • Madagascar
  • Malaisie
  • Malawi
  • Maldives
  • Mali
  • Malte
  • Maroc
  • Mauritanie
  • Mayotte
  • Mexique
  • Moldova
  • Monaco
  • Mongolie
  • Montserrat
  • Monténégro
  • Mozambique
  • Myanmar
  • Namibie
  • Nauru
  • Nicaragua
  • Niger
  • Nigéria
  • Nioué
  • Norvège
  • Nouvelle-Zélande
  • Népal
  • Oman
  • Ouganda
  • Ouzbékistan
  • Pakistan
  • Palaos
  • Panama
  • Papouasie-Nouvelle-Guinée
  • Paraguay
  • Pays-Bas
  • Philippines
  • Pologne
  • Porto Rico
  • Portugal
  • Pérou
  • Qatar
  • Roumanie
  • Royaume-Uni
  • Russie, Fédération de
  • Rwanda
  • République du Congo
  • République Islamique d' Iran
  • République Tchèque
  • Sahara Occidental
  • Saint-Kitts-et-Nevis
  • Saint-Marin
  • Saint-Vincent-et-les Grenadines
  • Sainte-Hélène
  • Sainte-Lucie
  • Salomon, Îles
  • Samoa
  • Sao Tomé-et-Principe
  • Serbie
  • Serbie et Monténégro (avant juin 2006)
  • Seychelles
  • Sierra Leone
  • Singapour
  • Slovaquie
  • Slovénie
  • Somalie
  • Soudan
  • Soudan du Sud
  • Sri Lanka
  • Suisse
  • Suriname
  • Suède
  • Swaziland
  • Syrienne, République Arabe
  • Sénégal
  • Tadjikistan
  • Tanzanie
  • Tchad
  • Thaïlande
  • Timor-Leste (Timor Oriental)
  • Togo
  • Tokelau
  • Tonga
  • Trinité-et-Tobago
  • Tunisie
  • Turkménistan
  • Turks et Caïques, Îles
  • Turquie
  • Tuvalu
  • Ukraine
  • Uruguay
  • Vanuatu
  • Venezuela
  • Viêt Nam
  • Wallis et Futuna
  • Yémen
  • Zambie
  • Zimbabwe
  • Topics list