Partager

Politiques et données sur l'emploi

La Suisse devrait encourager les travailleurs âgés à prolonger leur activité, selon l'OCDE

 

23/10/2014 - Il ressort d’un nouveau rapport de l'OCDE que la Suisse devrait redoubler d’efforts pour aider les travailleurs âgés, et surtout les femmes, à poursuivre leur activité professionnelle de manière à relever le défi du vieillissement rapide de la population.

 

Selon le rapport Mieux travailler avec l’âge – Suisse, le taux d’emploi des travailleurs âgés en Suisse est l’un des plus élevés de la zone OCDE. En 2012, 70.5 % des Suisses âgés de 55 à 64 ans travaillaient, ce qui est largement supérieur à la moyenne de 54 % de l'OCDE. Ce résultat exceptionnel doit être attribué à la forte proportion d’hommes et de diplômés du supérieur dans cette classe d’âge qui travaillent (79.5 % et 85 % respectivement). Toutefois, cette proportion est sensiblement moindre chez les femmes (61.5 %), surtout si elles n’ont pas de diplôme (49 %).

 

Lorsque les travailleurs âgés perdent leur emploi, il leur est souvent difficile de se réinsérer sur le marché du travail : en 2012, plus de la moitié (59 %) des chômeurs de plus de 55 ans étaient sans emploi depuis plus de 12 mois en Suisse, contre 40 % 10 ans plus tôt et une moyenne de 47 % à l’échelle de l'OCDE.

 

En incitant davantage de personnes à continuer à travailler, la Suisse pourrait renforcer le financement de son système de retraite qui a été peu réformé depuis 2003, contrairement à ce qui s’est produit dans la plupart des pays de l'OCDE. L'Organisation salue les efforts déployés actuellement par la Suisse, notamment la réforme en discussion Prévoyance vieillesse 2020 et l’initiative adoptée en vue de lutter contre la pénurie de personnel qualifié. Mais il faut faire encore plus pour stimuler efficacement la productivité des travailleurs âgés.

 

Entre autres recommandations, l'OCDE préconise en priorité à la Suisse :

 

  • d’aider les femmes en promouvant leur employabilité, en faisant en sorte qu’elles puissent mieux concilier vie professionnelle et vie de famille tout au long de leur carrière et en éliminant les freins au travail liés au traitement fiscal et au système de retraite ;
  • de rendre la formation plus attrayante aux yeux des travailleurs peu qualifiés et d’encourager les entreprises à continuer à les former en fin de carrière ;
  • d’encourager les partenaires sociaux et les caisses de pension à réduire les incitations à la cessation anticipée d'activité dans les régimes du deuxième pilier ;
  • d’appuyer l’action menée par le Service public de l’emploi pour aider les travailleurs âgés, notamment entre 60 et 64 ans, à trouver un emploi stable ; 
  • de mieux activer les budgets de l’aide sociale pour les chômeurs âgés pour les aider à retrouver du travail ;
  • d’encourager les partenaires sociaux à relier les salaires à l’expérience et aux performances plutôt qu’à l’âge ;
  • de lutter contre la discrimination liée à l’âge, qui reste légale en Suisse, contrairement à la plupart des autres pays de l'OCDE, et qui est courante.

 

Pour obtenir des informations ou pour transmettre des commentaires, les journalistes sont invités à contacter Anne Sonnet (+33 1 45 24 91 69) de la Direction de l’emploi, du travail et des affaires sociales de l'OCDE. Le rapport est disponible sur demande par courrier électronique à l’adresse news.contact@oecd.org.

 

>> Plus d’informations sur le vieillissement et les politiques de l’emploi