Partager

Direction de l'Emploi, du travail et des affaires sociales

Eco-Santé OCDE : les médecins spécialistes sont plus nombreux que les généralistes dans la plupart des pays de l’OCDE

 

18/07/2007 - La médecine est un secteur en expansion : d’après Eco-Santé OCDE 2007, le nombre de médecins a augmenté de 35 % dans les pays de l’OCDE au cours des quinze dernières années, passant à 2.8 millions. Dans la majorité de ces pays, cette progression est imputable dans une large mesure à l’augmentation de l’effectif des spécialistes, qui a été proche de 50 % entre 1990 et 2005, contre 20 % pour celle du nombre de généralistes.

Les spécialistes représentent aujourd’hui plus de la moitié de l’ensemble des médecins dans la plupart des pays de l’OCDE, les exceptions étant l’Australie et la Belgique où les généralistes demeurent plus nombreux, ainsi que la France, le Portugal, la Nouvelle-Zélande et la Turquie où les effectifs sont égaux dans les deux catégories.

Les niveaux de revenu, l’un des déterminants de l’offre de médecins, sont très variables d’un pays de l’OCDE à l’autre. Les gains des spécialistes sont généralement beaucoup plus importants que ceux des généralistes, ce qui explique en partie l’évolution du rapport spécialistes/généralistes, laquelle laisse craindre une pénurie de généralistes dans plusieurs pays. Le revenu des spécialistes est élevé par comparaison avec le revenu national moyen aux Pays-Bas, en Belgique et aux États-Unis, mais assez faible en Hongrie et en République tchèque. Les généralistes ont un haut revenu (également par rapport au revenu national moyen) aux États-Unis, en Nouvelle-Zélande et au Royaume-Uni, et un revenu relativement bas en Hongrie et en République tchèque.

Des écarts importants entre pays de l’OCDE quant au nombre de médecins par habitant

Il existe des différences importantes entre les pays s’agissant du nombre de médecins en activité par habitant, qui va du maximum de 4 ou plus pour 1 000 habitants en Grèce et en Belgique à moins de 2 en Turquie, en Corée et au Mexique.

Le nombre de médecins en activité pour 1 000 habitants a progressé entre 1990 et 2005 dans la quasi-totalité des pays de l’OCDE, mais à un rythme plus lent qu’au cours des quinze précédentes années. Ce ralentissement a été dû aux mesures de maîtrise des dépenses prises par beaucoup de ces pays pendant les années 80 et 90, qui ont eu pour effet de réduire le nombre de nouveaux médecins en limitant les admissions dans les établissements de formation médicale (politique dite du numerus clausus).

De 1990 à 2005, le nombre annuel d’étudiants en médecine qui obtiennent leur diplôme a diminué en France, en Allemagne, en Italie, au Japon, en Espagne et en Suisse. Faute d’une intensification sensible des efforts de formation dans un proche avenir, beaucoup de pays devront de plus en plus recourir à des médecins ayant fait leurs études à l’étranger pour compenser le départ à la retraite de la génération du baby-boom.

Le rapport de l’OCDE intitulé Perspectives des migrations internationales, publié le 25 juin dernier, examine la "fuite des cerveaux" dans le domaine médical des pays à faible revenu vers les pays à revenu élevé. Entre 2000 et 2005, la part des médecins formés à l’étranger a augmenté dans bon nombre de pays de l’OCDE. En 2005, le Royaume-Uni, l’Irlande, les États-Unis, l’Australie, la Nouvelle-Zélande et le Canada enregistraient la proportion la plus forte de cette catégorie de médecins, qui pouvait atteindre environ un quart à un tiers de l’ensemble des médecins en exercice. De plus, la part des médecins formés à l’étranger est en augmentation rapide en Suisse, en France et dans certains des pays nordiques.

Les dépenses de santé continuent à progresser plus vite que l’économie dans son ensemble

Eco-Santé OCDE 2007 indique aussi qu’une part croissante de l’économie est consacrée à la santé dans l’ensemble des pays de l’OCDE. Les dépenses de santé par habitant y ont augmenté de plus de 80 % en termes réels entre 1990 et 2005 en moyenne, alors que la progression du PIB par habitant a été de 37 %. En 1970, les dépenses de santé ne représentaient que 5 % du PIB. En 1990, leur part avait atteint presque 7 %. Elle est à l’heure actuelle de 9 %. Un pays de l’OCDE sur quatre consacre aujourd’hui plus de 10 % de son revenu à la santé. Les États-Unis arrivent largement en tête avec 15.3 % en 2005, devant la Suisse (11.6 %), la France (11.1 %) et l’Allemagne (10.7 %).

Tant que la progression des dépenses de santé restera supérieure à la croissance économique, les pouvoirs publics devront soit augmenter les impôts ou les cotisations de sécurité sociale, soit réduire les dépenses dans d’autres domaines, ou encore demander aux malades de prendre directement en charge une part plus grande du coût des biens et services de santé.

Eco-Santé OCDE 2007 est la source la plus complète de statistiques comparables sur la santé et les systèmes de santé de l’ensemble des 30 pays de l’OCDE. Cette base de données interactive qui couvre la période 1960-2005 peut être utilisée pour effectuer des analyses comparatives sur les sujets suivants :

  • L’état de santé
  • Les ressources en santé
  • L’utilisation des ressources en santé
  • Les dépenses de santé
  • Le financement du système de santé
  • La protection sociale (notamment l’assurance maladie publique et l’assurance maladie privée)
  • Le marché pharmaceutique
  • Les déterminants non médicaux de la santé (notamment la consommation de tabac et la masse pondérale).

Eco-Santé OCDE 2007 est accessible en ligne aux personnes ayant soucrit un abonnement à SourceOCDE, la bibliothèque en ligne de l’OCDE. Cette base de données est également disponible sur CD?ROM (en version monoposte ou en version réseau). Elle peut être interrogée en anglais, en français, en allemand, en italien et en espagnol. Le japonais et le russe sont disponibles exclusivement dans la version en ligne. Pour plus d’informations, contacter sales@oecd.org ou la librairie en ligne de l’OCDE.

Les journalistes sont invités à prendre contact avec la Division des relations avec les médias de l’OCDE (tél. 33 1 45 24 97 00) pour obtenir l’accès à Eco-Santé OCDE 2007. Pour en savoir plus sur le contenu de la base de données, ils peuvent s’adresser à Peter Scherer (tél. 33 1 45 24 91 98) ou à Gaétan Lafortune (tél. 33 1 45 24 92 67) à la Division de la santé de l’OCDE. Pour toute précision complémentaire sur le chapitre consacré aux migrations des travailleurs de la santé dans le rapport Perspectives des migrations internationales récemment publié, les journalistes sont invités à prendre contact avec Jean-Christophe Dumont (tél. 33 1 45 24 92 43).

Pour plus d’informations, consulter le site www.oecd.org/sante/ecosante.

Liste des graphiques
1. Médecins en activité pour 1 000 habitants, pays de l’OCDE, 2005
2. Rémunération des médecins, spécialistes et généralistes, pays de l’OCDE, 2005
3. Dépenses totales de santé en pourcentage du PIB, pays de l’OCDE, 1990 à 2005
4. Dépenses de santé par habitant, dépenses publiques et privées, pays de l’OCDE, 2005
5. Part publique des dépenses de santé, pays de l’OCDE, 2005 et évolution depuis 1990
6. Versements nets des ménages et dépenses d’assurance de santé privée, en pourcentage des dépenses totales de santé, pays de l’OCDE, 2005

 

Documents connexes